Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

voiture

  • Un mal pour un bien

    Un jour dans le passé lointain, j'ai raconté - plus ou moins bien - ça. Alors peut-être que les histoires à morale, c'est gonflant. N'empêche que c'est intemporel - si tant est que l'on soit pourvu a minima d'un certain code moral (qui avouons-le est bien relatif sur certains sujets...). Bref. Donc.

    Le CQFD, c'est que, le 31 décembre au soir, alors que je m'apprêtais à festoyer dignement à l'occasion de la Saint-Sylvestre, bien qu'un peu tardivement du fait - comme c'est étonnant n'est-il pas ? - d'un retard accusé par le train de ceux qui nous font préfèrer l'avion, ce soir-là donc, j'ai eu un accident de voiture. Rien de grave heureusement si ce n'est de la tôle froissée, dont la faute revient à deux jeunes imbéciles en scooter ne sachant pas que dans l'expression "sens giratoire", le "giratoire" signifie "tourner autour".

    L'on pourrait, dès lors, se dire : quelle déveine. Sauf que. "Grâce" à cet accrochage et au jeu des assurances, le vieux tas de boue que je devais acquérir ne peut pas m'être vendu. L'ancien propriétaire - ma mère - touche une prime qui couvre largement les réparations nécessaires et ce qui reste représente le prix que je devais verser. De plus, avec ce système, la carte grise est gelée, je n'ai donc pas à la refaire ; économie supplémentaire. Et je n'ai pas à changer les plaques. Economie bis repetita.

    Comme quoi, la morale de mon histoire du passé lointain est donc bien toujours d'actualité.

    Sinon bonne année ! C'est tard ? Oui mais tout le monde te l'a déjà souhaitée et, alors qu'un 11 janvier, personne ne devrait plus avoir à ton égard de bonnes pensées, moi si. Encore un mal pour un bien. Ne me remercie pas, c'est bien naturel.

  • Lord of the Rhin

    Il était un pays, en Terre du Nord Est de la France, qu'on appelait l'Alsace. Dans cette contrée, en un point précis situé entre Colmar et Mulhouse, les habitants aimaient tellement se divertir qu'on les surnommait les Hobbies. Les Hobbies ne pouvaient pas Sacquet ceux qui n'aimaient pas jouer (les pas drôles le Sauron) et leur amusement préféré était de conduire de vrais bolides ; c'est pourquoi ils avaient bâti le plus grand circuit de vitesse de leur région (pas moins de 3 kilomètres au coeur d'une forêt verdoyante) où l'on pouvait foncer sans craindre de tomber dans un Cul-de-Sac. On disait des Hobbies et de leur circuit qu'ils constituaient la Communauté de l'Anneau du Rhin.

    Les Hobbies étant d'un naturel généreux, ils permettaient aux Hommes, aux Nains ou à toute autre espèce en mesure de conduire de profiter de leur fantastique installation. Ainsi, tout un chacun pouvait vivre ou offrir une expérience inoubliable à bord de supercars, de GT ou de monoplace. Il existait des stages de pilotage et baptêmes de circuit à bord de supercars (Ferrari, Lamborghini, Porsche, Lotus, Corvette...), des stages de pilotage en monoplace (formules Renault et Ford), des cours de pilotage individuels et stages de sensibilisation à la sécurité routière ainsi que des formules "combinées" (duos, trios, multivolants).

    Même s'ils n'obéissaient pas au même calendrier que nous, les Hobbies n'en avaient pas moins intégré les règles élémentaires du marketing. C'est pourquoi, se rappelant pertinemment que nos fêtes de Noël approchaient, ils ne manquaient pas d'ériger leur offre comme une bonne idée cadeau pour un homme comme pour une femme (car les Hobbies ne sont pas sexistes). Ils insistaient également sur le fait que pour les indécis, ils avaient mis en place un système de passeport cadeau permettant au bénéficiaire de choisir le stage de pilotage de son choix.

    Et pour finir - car les Hobbies étaient avant tout des gens prudents -, ils soulignaient qu'en dehors de leur circuit, les vitesses, même à bord d'un puissant bolide, étaient limitées... Le contrevenant risquant au moins une amende, au pire une transformation du Seigneur en saigneur des anneaux.

    Ndlr - Comme tout un chacun l'aura compris, il s'agit ici d'un détournement de la célébrissime oeuvre de J.R.R Tolkien. Inutile donc de chercher à rencontrer les Hobbies qui n'existent pas. En revanche, le circuit de l'Anneau du Rhin, les stages et le passeport cadeau sont une réalité. Inutile donc de commencer à s'arracher les cheveux pour trouver des idées cadeaux de Noël pour la famille, chéri/e ou les copains/copines. L'idée cadeau, c'est l'Anneau !

    www.anneau-du-rhin.com

    Article sponsorisé

  • La preuve de l'existence du Yéti !

    S'il vous en souvient, j'ai évoqué il y a quelques temps, le sujet, entre autres créatures fantastiques, de l'abominable homme des neiges, également appelé Big Foot. Bref, le Yéti.

    Il y était question des croyants et des sceptiques - bien que le Yéti ne soit pas une religion -, de la possibilité de son existence selon certains témoignages et d'un cochon à gagner pour le témoignage le plus probant de sa présence réelle dans nos contrées.

    Et bien voilà, c'est fait, la preuve est incontestablement apportée :

    Yeti2.png

    Le 4x4 Yéti de Skoda existe bel et bien. Des espaces les plus sauvages à l'affluence des villes, rien ne l'effraie ! Sa puissance et son agilité rendent le Yéti totalement polyvalent. Aussi à l'aise dans les contreforts escarpés des Pyrénées que dans l'espace réduit d'une place d'un parking encombré, le Yéti est toujours partant pour toutes les aventures dans lesquelles vous voudrez l'emmener. Boîte automatique, airbag genous, système park assist, système AFS, toit panoramique, système Varioflex, avantage coffre ne sont pas les sept erreurs mais bien les sept différences qui surclassent "l'animal". Couleur, motorisation, finition... Créature polymorphe, le Yéti se prête à toutes vos envies.

    Belle bête !

  • Faire son Bonhomme de chemin

    D'aussi loin que je me souvienne, les départs en vacances en voiture ont toujours été l'occasion de prises de têtes mémorables entre le pilote (mon père) et le co-pilote (ma mère). Soit avant le départ parce que faire tenir les valises dans le coffre s'avérait être un véritable casse-tête, soit après le départ quand mon père vérifiait - toujours une fois qu'il était trop tard - que le parasol ou ci ou ça avaient bien été oubliés. Mais le sujet de discorde le plus mémorable restait bien sûr l'itinéraire qui était soit inintéressant parce qu'intégralement autoroutier, soit trop long rapport aux insupportables moutards geignards de la banquette arrière - "c'est quand qu'on arrive ?"... -, soit erroné parce que ni ma mère (trop occupée par les valises), ni mon père (trop occupé à être préoccupé) n'avaient pris soin de le préparer minutieusement a priori. Bien sûr, c'est toujours le co-pilote qui trinque...

    L'on aurait pu penser que l'avènement du GPS participerait largement à détendre l'atmosphère des grands départs, mais c'était sans compter les prises de becs face aux difficultés de programmation et surtout les problèmes de réception satellite, les pannes technique ou de batterie rendant l'objet inutile. Et la prise de tête de reprendre, plus virulente que jamais, faute de s'être prémunis de ce genre de déconvenues par l'acquisition des indispensables cartes et guide Michelin.

    C'est pour parer ce genre de contre-temps que Michelin a lancé son nouveau site http://www.jamaissansmacartemichelin.com.

    Jamais sans ma carte rappelle que la gamme complète (collections national, région, département, zoom) permet de choisir sa route et d'organiser son voyage en toute sécurité (informations sur la déclivité, la hauteur maximale des ponts, les passages à niveau, les obstacles divers) et de façon bien plus intéressante grâce aux nombreuses informations touristiques (parcours pittoresques, pistes cyclables, voies vertes, sites incontournables...). Et loin de se contenter de sauver la mise des aspirants vacanciers, ces cartes sont pratiques (indéchirables, résistantes à l'eau...), économiques (de 2,95 à 6,65 €) et surtout fiables (mises à jour annuelles très précises).

    Si avec ça, le drame des départs perdure, c'est que c'est par goût de la tradition (de casser les bonbons).

    Merci Bibendum !

    michelin.jpg

    Article sponsorisé

  • A dream comes true...

    Non parce que franchement, ça ne pouvait vraiment plus durer comme ça.

    Trop de jugements, trop de mises au banc, trop de critiques... de discrimination !

    Il fallait faire quelque chose pour ces pauvres êtres en passe de devenir définitivement des marginaux et pour ceux n'osant pas franchir le cap, effrayé par l'opprobre publique, afin qu'ils puissent enfin vivre leur envie, leur rêve, bref, s'accomplir et ce, au grand jour.

    Mais enfin, ce grand jour est arrivé ! Grâce à Toyota, les propriétaires de 4x4 ne recevront plus les premières pierres de la défense environnementale tout simplement parce que le nouveau RAV4 est sans malus écologique.

    Yippie y... Quoi, cette annonce vous semble incongrue ?

    Et bien cette nouvelle tellement incroyable, quasi inespérée, a été diffusée massivement grâce à la campagne virale LesAveux.com mise en place par Saatchi & Saatchi qui proclament fièrement que le RAV4 est "le 4x4 de ceux qui n'aimaient pas le 4x4"... et misent justement sur l'incongruité - et donc l'humour - d'aimer soudainement ce type de véhicule. Un coming-out automobile en somme...

    Y'a pas à dire, ils ont mis les p'tits plats dans les grands ou plus exactement des chevaux sous le capot ! Non seulement cette campagne vidéo est décalée, drôle, mais elle l'est doublement puisqu'elle est interactive : l'internaute peut intervenir pour choisir l'une ou l'autre des deux fins de la publicité.

    Et tout ça au final pour nous apprendre, puisque c'est bien ce qu'il faut retenir, que dans sa nouvelle version, le cultissime 4x4 Toyota RAV4 est devenu plus propre en réduisant ses émissions de CO2 à un niveau de seulement 154g/km pour la motorisation 150 D-4D donc pas de malus écologique et une consommation en cycle mixte de 5,8 litres aux 100. Sans compter le nouveau style, les nouveaux équipements et les nouveaux moteurs essence et diesel dotés de la technologie Toyota Optimal Drive.

    Propriétaires et aspirants de 4x4 du monde entier, comme Vincent, vous êtes liiiiiiibres !

    Pfff, c'est trop beau...

    Article sponsorisé