Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vie quotidienne

  • Lulu Femme nue d'Etienne Davodeau

    Editions Futuropolis - 77 et 80 pages

    Présentation de l'éditeur : Abandonnant provisoirement le documentaire et l'enquête dessinés (cf Rural), Étienne Davodeau renoue avec la fiction, à sa manière, c'est-à-dire au plus près des gens, ceux de la vie de tous les jours, ancrés à plein coeur dans le réel. Lulu, femme nue est à coup sûr l'un des récits phare de cette rentrée. Lulu, mère de famille de quarante ans, sans histoire, a disparu depuis plus de deux semaines, abandonnant mari et enfants à ses amis désemparés. L'un d'eux, Xavier, a retrouvé sa trace. En une nuit, il entreprend de raconter aux autres ce qu'a vécu Lulu pendant cet étrange voyage : Lulu a quitté sa vie normale en sortant d'un énième entretien d'embauche. Elle n'avait rien prémédité. Ça s'est passé très simplement. Elle est partie avec une femme dont elle ne connaissait rien, et s'est octroyé quelques jours de liberté, seule, sur la côte, sans autre projet que de savourer pleinement, et sans culpabilité, cette vacance inédite. Presque surprise par sa propre audace, Lulu rencontre de drôles de gens, qui sont, d'une façon ou d'une autre, eux aussi au bord du monde. Grisante, joyeuse, dangereuse et cruelle, l'expérience improvisée de Lulu en fera une autre femme.

    lulu2.jpglulu1.jpg
    Tout plaquer, tout envoyer valser, pour profiter, s'amuser, se découvrir ou se redécouvrir, prendre le temps, enfin. Vivre, quoi ! Qui n'en a pas rêvé ? Mais combien ont franchi le cap ?

    Lulu l'a fait. Et cette évasion est délicieuse - elle n'est pas sans rappeler l'excellent album Vacance de Cati Baur. La narration en une nuit de cette escapade de dix-neuf jours est très particulière, très plaisante... et nécessite d'acheter les deux albums concomitamment, sous peine d'être accablé d'un insoutenable suspens.

    Cette quête de soi est particulièrement poignante car profondément vraisemblable. Etienne Davodeau, comme dans Rural !, n'a pas son pareil pour dépeindre des personnages vrais, des lieux réalistes... Bref, pour être juste et créer un attachement à ses héros qui n'en sont pas dès les premières pages.

    Les BD de Davodeau ont incontestablement une âme et c'est ce qui en fait des incontournables.
  • Comment dresser son enfant en 50 leçons

    dresser.jpg50 conseils pour charmer et désarmer votre mini-adversaire

    Editions Marabout - 96 pages

    Quatrième de couv' : Les bambins peuvent avoir l'air angélique mais ils arriveraient à venir à bout de la patience d'un saint. La vie quotidienne est un bras de fer et le mot préféré de votre petit chéri est "NON", mais voici de l'aide grâce à ces stratégies testées et approuvées qui vous permettront de renforcer votre détermination, de maîtriser votre jeune rebelle et de transformer le chaos ambiant de votre vie en havre de paix.

    Et ben voui, maintenant que je suis libraire, j'ai accès à tous les sujets. Et certains m'intéressent de plus en plus...

    Dans ce petit guide donc, l'on trouve ou l'on retrouve (selon...) des tas d'astuces pour surmonter les inévitables crises causées par ce que les déjà-parents vous affirment n'être "que du bonheur" (c'est ça ouais...). L'on y apprend à gérer au mieux les crises de nerfs, l'exhibitionnisme, les goûts parfois surprenants, les mauvaises manières etc. etc. de notre chère progéniture. L'idée centrale étant bien sûr que c'est pas le bout de chou le patron, mais que ce n'est pas une raison pour agir comme le nôtre que l'on critique à longueur de temps. En un mot (enfin trois) : patience, dialogue et diversion sont les clés du succès.

    Enfin, disons, de la non-sempiternelle défaite...

    Reproduisez-vous qu'y disaient...

  • Money money money

    Parce que la société Transcash a bien compris que les transfert d'argent sont aussi populaires que l'est le foot, elle a fait appel à l’agence indépendante Buzzman pour développer une campagne pluri-média qui interpelle pour le moins en mêlant subtilement les deux univers.

    D'aucuns auront sans doute vu les spots télé, d'autres encore les affiches (ci-dessous) et ceux qui auront tout loupé pourront se rattraper en visionnant les vidéos sur Youtube. La campagne met en scène six homonymes de joueurs de football français très célèbres (Benzema, Makelele, etc...) qui apportent le témoignage de leur transfert... d'argent grâce à Transcash. Alors certes, les sommes sont loin d'être les mêmes que celles engagées dans les transferts habituels des sportifs... mais là est le point précis qui étonne et fait du bruit.

    Mais au final, cékoidonk Transcash ? Et bien c'est tout simplement un pack de deux cartes Visa (une noire + une rouge) permettant les paiements et les retraits d'argent. Le détenteur de la carte noire envoie ou donne la carte rouge à un parent ou à qui bon lui semble, recharge sa carte noire et transfère sur la rouge. L'argent est immédiatement disponible sur la carte rouge et tout un chacun peut l'utiliser sans posséder nécessairement de compte bancaire. Et si l'on compare au plus célèbre organisme gérant les transferts d'argent (la Western Union pour ne pas la citer), l'opération chez Transcash est en moyenne deux fois moins coûteuse !

    De quoi simplifier la vie de nombreuses familles éloignées d'un point de vue de la paperasse. De quoi alléger le coût de la procédure et permettre d'envoyer plus à ses proches. C'est tout bénéf' !

    Article sponsorisé

  • Complètement malades !

    Ah ça, je l'ai eue mauvaise cette année. Non seulement j'ai chopé trente piges mais en plus on me l'a fait payer. Six euros par mois ! Ben oui, trente ans, ça veut dire soixante douze euros à l'année dans le langage de mon assurance santé. En l'espace donc d'une seconde, je suis passée de cinquante-huit à soixante-quatre euros mensuels. A ce rythme là, je sais pas combien faudra allonger passée la quarantaine (je me montre sciemment peu ambitieuse histoire de tenter de conjurer le sort... merci Dame Nature !).

    Ca donne pas des masses envie de vieillir tout ça. P't'être bien que c'est la tactique pour remédier aux problèmes du vieillissement de la population et des retraites. Mais m'est d'avis que ça ne ralentira guère la croutonite aigüe. Le quidam aspire à se décatir, mais sans trop dégarnir son portefeuille. Du coup, c'est la chasse à la mutuelle compétitive. Et les offres de fleurir et de proposer des prix toujours plus bas.

    Sauf que bon, y'a un moment faut arrêter. On ne peut pas brader indéfiniment. Parce qu'au final, ce qu'on brade, c'est la santé. Prétendre que l'on peut être entièrement couvert pour quinze euros par mois est un leurre, aussi joliment formulé soit l'argument marketing.

    Face à la mauvaise foi de la pléthore de sites internet qui mentent de manière éhontée en se foutant totalement que le tout un chacun un peu crédule mais surtout fauché (ou radin...) se retrouve dans une situation doublement désespérée - c'est-à-dire malade et ruiné -,  Kelassur, l'un des leaders des sites comparateurs d'assurances, a créé le Pack Santé. Le but ? Démontrer qu’il est certes normal d'être exigeant concernant sa couverture mais que la santé ne se solde pas. Et comme on ne plaisante pas sur ce sujet, autant en rigoler. Le Pack Santé présente donc le produit irréaliste adapté aux prétentions les plus abracadabrantes avec beaucoup d'humour : une complémentaire santé comprenant entre autres une carte vitale gold, un accès illimité à SOS médecin, une intervention esthétique par an, le remboursement des frais liés aux vacances tels que l'alcoolisme festif, l'auto-déclaration de l'arrêt de travail, une mutuelle optique prenant intégralement en charge les lunettes de luxe... le tout pour seulement cent euros par an !

    Bien sûr tout ceci est un fake ! Quand on souhaite souscrire à l'offre, l'on est invité à piéger un ami avec cette offre surréaliste et rédirigé vers le vrai site sérieux : www.devismutuelle.com. Il suffit de remplir le questionnaire pour accéder à des offres adaptées, réelles et compétitives et ainsi opérer un choix raisonné. Et pour obtenir d'avantage de documentation sur la mutuelle santé, il suffit de se rendre à cette adresse :
    http://www.devismutuelle.com/guide/aide-mutuelle-assurance-sante.asp.

    De quoi tomber malade en toute sérénité ! Euh non... Enfin bon, on se comprend hein...

    Article sponsorisé

  • Boucher double

    Ah, la magie d'internet ! L'exemple le plus significatif ne serait-il pas celui de vous donner l'occasion - alors que mercredi dernier, soir de la diffusion de la nouvelle saison de Grey's anatomy, vous étiez de sortie et aviez programmé votre rogntudju! de magnétoscope qui, pour on ne sait quelle obscure raison, n'a pas fonctionné - l'occasion, disais-je, de rattraper les trois épisodes manqués ?

    Sauf que.

    Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, en ce bas monde, tout est médaille. Ce qui fait que la magie a son revers.

    En l'occurrence, l'internetéléphagie. Car sous prétexte de rattraper la perte pour le moins cruciale de trois épisodes d'une série indispensable à l'équilibre de votre vie par procuration, que faites-vous ? Que faites-vous ?

    Pfff, vous êtes minable, faible, incontrôlable... Addict ! Au lieu de vous contenter de vos trois épisodes stricto sensu, vous vous avérez incapable de résister à la tentation et cédez d'un simple clic : vous ingurgitez d'une traite l'intégralité de la saison et même le début de la suivante.

    Tragique si l'on analyse le double CQFD que cela implique. Non seulement, vous avez réduit à néant des semaines entières de soirées télé du mercredi mais de surcroît, vous avez développé, à grand renfort d'actes chirurgicaux en tous genres, une sorte de dépendance à la bidoche.

    Alors une bonne et une mauvaise nouvelle.

    La mauvaise, c'est que concernant les quelque sept ou huit semaines à venir, vos mercredis seront sinistres.

    boucherie.jpg

    La bonne, c'est que s'agissant de votre nouvelle passion pour la viande, il existe une solution : www.iboucherie.fr. Oui, ça peut sembler complètement dingue, mais en ce jour de l'an de grâce 2008, il est désormais possible de commander et de se faire livrer sa carne en su casa. Forcément, comme vous êtes un brin cynique, vous commencez à imaginer le grouillement des larves et des mouches sur un tas de chairs froides entreposées à même le sol. Et, c'est à cet instant précis que nous vous délivrons notre diagnostic : iboucherie est un vrai  boucher, spécialisé dans la boucherie traditionnelle et assurant de manière inédite un service de livraison de viande de qualité (boeuf Angus, boeuf irlandais, Charolais, agneau, veau, porc, volaille...), aux meilleurs prix et à domicile en 12 / 24 h. Mais plus que de vous livrer de la bonne barbaque, de proposer en sus de la charcuterie (saucisson, boudins, rillettes...), des accompagnements (piémontaise, taboulé...) et des recettes adaptées, iboucherie assure des process optimaux d'achat, de conservation et de livraison, garantissant traçabilité, respect de la chaîne du froid et sécurité alimentaire.

    Et si à force d'engloutir de la protéine, vous avez envie de mettre le poisson à l'honneur, continuez à vous faire livrer des pieds de porcs et occupez vos sinistres mercredis à perfectionner votre suture en surget.

    Nice to meat you !

    Article sponsorisé