Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pub

  • Protégeons les animaux

    Aujourd’hui a lieu le résultat du jeu Les Pires vacances de Léa. La dernière fois, je me vantais d'avoir la solution de cette énigme.

    Comme je suis d'extrême bonne foi, j'avouerai que je n'étais qu'à moitié dans le vrai. J'avais bien deviné qu'il s'agissait d'une campagne traitant du problème particulièrement estival de l'abandon d'animal de compagnie. Mais je pensais que l'annonceur était la SPA. Or, cette campagne ambigüe à l'affiche partout en France est à l'initiative de la Fondation 30 Millions d'Amis.

    Malheureusement, il reste toujours nécessaire de bousculer les mentalités du fait de l'abandon de 60 000 animaux chaque été par des gros connards irresponsables qui, après avoir cédé à un caprice, ne veulent pas s'enquiquiner pendant leurs vacances ni raquer pour que quelqu'un s'occupe de leur animal.

    Rappel à l'usage des connards : quand tu fais un gosse, tu t'en débarasses quand tu es soûlé ? Tu t'en débarasses quand tu es fauché ? Non ? Ben figure-toi que ton animal - qui a eu bien peu de chance de tomber chez toi - est plus proche de ton gosse que de ton kleenex. Alors assume, connard.

    visuel.jpg
  • Synchronisation des montres #2

    Qui se cachait donc derrière la Hopper Invasion précédemment évoquée ? L'heure du reveal a sonné !

    Il s'agissait donc d'une campagne d'ampleur pour le compte de Sony Ericsson, son image et ses deux nouveaux téléphones : le Aino et le Satio.

  • A dream comes true...

    Non parce que franchement, ça ne pouvait vraiment plus durer comme ça.

    Trop de jugements, trop de mises au banc, trop de critiques... de discrimination !

    Il fallait faire quelque chose pour ces pauvres êtres en passe de devenir définitivement des marginaux et pour ceux n'osant pas franchir le cap, effrayé par l'opprobre publique, afin qu'ils puissent enfin vivre leur envie, leur rêve, bref, s'accomplir et ce, au grand jour.

    Mais enfin, ce grand jour est arrivé ! Grâce à Toyota, les propriétaires de 4x4 ne recevront plus les premières pierres de la défense environnementale tout simplement parce que le nouveau RAV4 est sans malus écologique.

    Yippie y... Quoi, cette annonce vous semble incongrue ?

    Et bien cette nouvelle tellement incroyable, quasi inespérée, a été diffusée massivement grâce à la campagne virale LesAveux.com mise en place par Saatchi & Saatchi qui proclament fièrement que le RAV4 est "le 4x4 de ceux qui n'aimaient pas le 4x4"... et misent justement sur l'incongruité - et donc l'humour - d'aimer soudainement ce type de véhicule. Un coming-out automobile en somme...

    Y'a pas à dire, ils ont mis les p'tits plats dans les grands ou plus exactement des chevaux sous le capot ! Non seulement cette campagne vidéo est décalée, drôle, mais elle l'est doublement puisqu'elle est interactive : l'internaute peut intervenir pour choisir l'une ou l'autre des deux fins de la publicité.

    Et tout ça au final pour nous apprendre, puisque c'est bien ce qu'il faut retenir, que dans sa nouvelle version, le cultissime 4x4 Toyota RAV4 est devenu plus propre en réduisant ses émissions de CO2 à un niveau de seulement 154g/km pour la motorisation 150 D-4D donc pas de malus écologique et une consommation en cycle mixte de 5,8 litres aux 100. Sans compter le nouveau style, les nouveaux équipements et les nouveaux moteurs essence et diesel dotés de la technologie Toyota Optimal Drive.

    Propriétaires et aspirants de 4x4 du monde entier, comme Vincent, vous êtes liiiiiiibres !

    Pfff, c'est trop beau...

    Article sponsorisé

  • Ne la laisse pas tomber...

    Si depuis quelque 40 années, on nous rebat les oreilles avec la pseudo libération de la femme, ce n'est toujours pas si facile. Après le génial Un gars, une fille qui nous présentait, avec beaucoup d'humour, un couple dont la femme petite secrétaire tentait toutes les manoeuvres pour taper du fric à son chef d'entreprise de mari, voilà une campagne de pub très décalée... mais qui s'appuie toujours sur des standards rétrogrades. Parce que nous en sommes toutes convaincues : seules les femmes couchent pour réussir (...) et une femme qui a réussi a forcément couché (...).

    Manifestement, la cause persiste à vouloir être défendue...

    2efeeb5e59730686c632f24548b18e08.jpg
    f8f5792c2cc0ef962e4e0a5b77a8ed4a.jpg
  • 99... et 100 !

    Pour ma centième note, le film (et livre) 99 francs.36915a01d4923789f58296e7317d2788.jpg

    Editions Grasset - 281 pages

    Quatrième de couv' : Octave est le maître du monde. Octave exerce en effet la profession lucrative de rédacteur publicitaire : il décide aujourd'hui ce que vous allez vouloir demain. Octave est un mort-vivant, couvert d'argent, de filles et de cocaïne. Un jour, il se rebelle. Le doué Octave déjante. La cliente idéale ? "Une mongolienne de moins de cinquante ans." Les nababs de la publicité ? "Ils mènent la troisième guerre mondiale." De l'île de la Jatte où négocient les patrons d'agence à Miami où l'on tourne un spot sous amphétamines, d'un séminaire en Afrique à Saint-Germain-des-Prés, de l'enfer du sexe à la pureté perdue, Frédéric Beigbeder, entre fiction et pamphlet, écrit la confession d'un enfant du millénaire. En riant, il dénonce le mercantilisme universel. En quelque sorte, un livre moral. Pour 99 francs, seulement.

    Si j'avais adoré le livre, je n'en avais qu'un vague souvenir, beaucoup, beaucoup de temps et d'autres lectures étant passés par-là. Ce dont je me souvenais en revanche inévitablement était ce ton sarcastique, cette dénonciation du monde la pub par le biais de noms à peine déguisés de marques (tout le monde l'aura compris) et de personnages (seuls les gens du "milieu" pouvant appréhender la subtilité).

    Bien que réticente à aller voir le film - bah oui, je suis bibliophile, pas cinéphile, du coup je suis toujours déçue -, j'ai finicd9e999df1051627728f569f05f8a4c3.jpg par céder à la tentation Dujardin... Grand bien m'en a prise ! Si le livre m'avait plongée dans mon univers - je suis concepteur-rédacteur comme Octave -, le film m'y a catapultée. Superbement réalisé par Jan Kounen, le rythme est effréné et original grâce à un jeu d'acteurs exceptionnels. Rire, émotion, trash et extraits de vécu pour nous gens du "milieu"... par la Madone (...), ce script est "complètement focus" ! Bref, il est génial et ça fait vraiment plaisir de voir enfin un bon film au cinoch (attention, je dis pas que tout est de la merde, je dis juste que j'ai vraiment pas eu de pot ces derniers temps)... surtout au prix où sont les places !

    Bon alors d'aucuns vous diront que c'est manicchéen, que c'est inutile, que c'est prétentieux comme Beigbeder (ses détracteurs étant nombreux... et jaloux) ou je ne sais quelle aigreur. Moi je dis juste, qu'il vaut mieux agacer que laisser indifférent. Et puis comme disait Sacha Guitry :

    Plaire à tout le monde, c'est plaire à n'importe qui.

    Alors, continuez à critiquer ! Ca ne le rend que meilleur.

    D'ailleurs, en parlant du trublion, j'ai reçu mon exemplaire d'octobre de mon canard chouchou Lire, élu meilleur magazine culturel de l'année et ce malgré, messieurs les diffamateurs, la présence du polémique Frédéric Beigbeder comme chroniqueur, dont le papier est excellent, comme d'habitude.