Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pollution

  • L'écologie en bas de chez moi de Iegor Gran

    l'écologie en bas de chez moi.jpgEditions POL - 185 pages

    Présentation de l'éditeur : Un voisin durable, c'est un voisin qui trie ses déchets et me surveille pour que j'en fasse autant. Une amitié durable, c'est une amitié où l'on ne met pas en danger l'avenir de la planète, même en paroles. On évite d'aborder les sujets qui fâchent. On gobe le discours moralisateur avec le sourire. On accepte l'opportunisme marchand en ouvrant son portefeuille. On se garde de penser sans gourou, sans nounou. On se retient. Ce livre raconte comment je ne me suis pas retenu.

    Les enragés de la cause environnementale ne manqueront pas de faire une syncope à la lecture de ce texte. Pour les plus modérés, ce texte sera plein de vérités quoique vaguement réac' et pour les écolo-sceptiques complets, sans doute l'équivalent d'une holly baïbeul. Mais aucun public ne pourra contester que l'auteur pratique tout sauf la langue de bois. Si, a priori, le feuillettement promet une lecture rebutante - il y a autant de notes de bas de page que de texte -, il n'en est rien. C'est très bien écrit et les a parte n'en sont pas vraiment et s'intègrent donc parfaitement dans la lecture. L'ensemble paraît bien documenté, l'on apprend plein de choses et l'on commence à relativiser ou l'on continue (selon). Malgré tout, le dernier tiers s'essoufle un peu.

    Extrait :

    Le prurit est une affaire de riches. Ceux dont les besoins élémentaires ne sont pas satisfaits ont d'autres priorités, n'en déplaise à Vincent. Ils sont dans l'entreprenariat de la survie. Quand ce n'est pas la nourriture qui manque, c'est le travail décent. Ou la sécurité élémentaire : ne pas se faire tuer. Trouver un toit. Une éducation pour les enfants, c'est déjà un luxe. Quand on ne sait pas ce que l'on va manger dans un mois, la planète, on s'en tape comme de l'an quarante, et l'on a raison.

    ...

    La surpopulation menace? L'humain pullule. Le vénérable commandant Cousteau lui-même l'a dit à l'époque : "Je voudrais que l'on réduise le nombre d'humains à 600 ou 700 millions d'un coup de baguette magique".

  • Mendeleïev sans six, merci Aramis !

    Comme tu l'auras compris grâce à mon titre éminemment recherché à la juste mesure de ton ineffable culture, nous allons parler aujourd'hui du carbone parce qu'on à la fibre - non pas de carbone donc - mais environnementale. Partant, quid du fameux CO2 ? Bon, je vais pas te la jouer professorale du genre "appelé communément gaz carbonique, le dioxyde de carbone fut découvert en 1638 par un médecin belge du nom de Jan Baptist van Helmont qui lui donna le nom d'anhydride carbonique, qu'on le trouve sous forme solide ou liquide, qu'il connaît une phase dite supercritique et qu'il a des tendances électrophiles (tsst, tsst, rien de sessuel)". Non, je vais te la faire courte en te disant juste, si besoin est vraiment, que c'est un gaz à effet de serre naturellement présent dans l'atmosphère mais que sa présence, malheureusement nuisible, augmente rapidement de par les activités humaines de consommation des combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz).

    Comme il est étonnant de constater que nous, sombres humains, sommes toujours à l'origine de la lose, n'est-il pas ? Mais comme on est quand même entre gens intelligents, on a compris qu'on devait appliquer le principe de réparation. Donc au même titre que tu fais le tri de tes déchets parce que c'est quand même la moindre des choses, que ça te coûte rien sauf un peu de place et la mobilisation de deux neurones quand tu te diriges vers tes poubelles et bien tu vas désormais conduire durable. Oui, bon, dans l'absolu, tu dois éviter de prendre ta voiture, utiliser davantage les transports en commun ou les moyens de locomotion clean du type ta bicyclette ou tes pieds, mais bon on te concède que la voiture, c'est parfois plus pratique voire indispensable.

    Comment donc conduire si ce n'est sain du moins moins sale ? Et bien sache, jeune padawan, que la maîtrise énergétique d'un véhicule à l'autre n'est pas la même et que depuis le début de l'année, l'Etat fait appliquer le décret concernant l'écopastille qui touche la vente des véhicules neufs. Mais comment savoir quel modèle est le moins pire, comme qui dirait ? C'est là que tel un vaillant mousquetaire, Aramis Auto met à ta disposition son label Ecopratic®. Eco, logique puisqu'on parle d'environnement. Pratic parce que, l'info étant centralisée, c'est hyper fonctionnel, tu peux choisir facilement ta voiture neuve parmi de nombreux modèles en fonction de son rapport qualité-prix-fiabilité et de sa consommation de carburant et bénéficier jusqu'à 35 % de remise.

    Au choix, je prendrais celle-là. Mais ça n'engage que moi, il paraît que les modèles les plus sollicités sont la Renault Scenic et la Citroën C4 Picasso.

    Alors moi je dis, si tu refuses le concept écologie + économie, c'est vraiment que t'as rien compris !
     

    disclaimer
    mandataire renault