Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ordinateur

  • Aaah ! Eee : hiii ! Oh !

    Quand la haute technologie rencontre le design, ça donne ça :

    Ouaaaaaaaah, crie-t-on tous en coeur. C'est le nouveau Netbook ASUS Eee PC™ Seashell looké par Karim Rashid, the créateur aux 3 000 projets himself (meubles, déco, parfums, objets d'art, restaurants et lieux branchés, chaussures, vêtements, bijoux, accessoires...). Enfin, celui que je préfère - le Hot Pink flamboyant au touché laqué et lisse - parce que je suis girly à fond mais il y en a un autre tout marron - le Coffee Brown mat et chaleureux à la texture effet peau de pêche - pour les garçons.

    Déjà que le phénomène netbook est devenu l'indispensable des vrais gens connectés : compact et léger, il est possible de l'emporter partout afin de surfer everywhere. Mais désormais, c'est un véritable accessoire modesque à assortir avec les "déjà dans la garde-robe" ou justifiant une séance de shopping pour trouver les nouveaux cooordonnés. Si c'est pas fantastique, qu'est-ce ? Je le demande.

    Petit rappel technique : le Netbook est le premier ordinateur véritablement mobile - rappelons qu'il a la taille d'un livre - qui se glisse partout pour suivre son heureux propriétaire où qu'il soit, il dispose d'un écran de 10,1 pouces à rétroéclairage LCD, d'un clavier ergonomique, d'une autonomie de 6h (pour chacune des deux batteries livrées avec l'Eee PC Karim Rashid !), de 250 Go de stockage pour avoir toujours sur soi documents / photos / musique / vidéos et Internet, le tout en un clic grâce à ses performances idéales en termes de rapidité et d'accès web et multimédia. Si ça, ce n'est pas le compagnon idéal d'une vie nomade professionnelle et personnelle, qu'est-ce ? Je le demande.

    Personnellement, si j'avais un généreux mécène pour m'offrir ce petit bijou, je jouerai l'élégante partout et surtout, je posterai beaucoup plus souvent sur mon blog... A bon entendeur !

    Article sponsorisé

  • Clic, clac, Pico... D'acc' !

    T'en souvient-il de ces interminables dimanches après-midi quand, après un bon quart de douzaine d'heures de véritable torture, tu étais enfin délivré de la table familiale ? Et que comme un fait exprès, Tonton Marcel et Tante Raymonde, comme de braves et sadiques bourreaux, faisaient tomber le couperet de la galère prolongée en souhaitant faire partager à tous leurs 1 500 dernières diapos de leurs vacances à Palavas-les-Flots ?

    Et bien aujourd'hui, toi aussi deviens Tonton Marcel ou Tante Raymonde grâce au Pico-Projecteur ! Ce nouveau projecteur de poche 3MTM MPro120 ouvre de toutes nouvelles perspectives à tous ceux qui veulent partager un contenu numérique, où qu'ils soient.

    Bien entendu, tu n'es pas obligé de t'en servir pour pourrir la vie de ta famille ou celle de tes amis mais te contenter de l'utiliser dans un contexte professionnel, en vidéo-projection mobile, afin de présenter un projet à tes collègues ou mieux encore à tes clients. C'est plus sérieux et moins barbant (sauf si tes projets sont bidons, évidemment).

    En effet, ce pocket projecteur LED est idéal pour les réunions impromptues en comité restreint puisqu'il se connecte facilement à tous les ordinateurs portables, à la plupart des diffuseurs vidéo sans manipulation ainsi qu'à un Ipod ou un Iphone avec le câble optionnel. Il projette des images/vidéos/présentations sur une diagonale allant jusqu'à 1,27 m, offre une résolution VGA 640x480, dispose de quatre heures d'autonomie, de hauts-parleurs intégrés et d'une luminosité de 12 lumens. Son design compact - 6x12 cm pour 154 g - fait de lui un compagnon facile à glisser dans sa poche.

    Bref, c'est l'outil nomade parfait pour les pro et les particuliers.

    Article sponsorisé

  • EA Sims 3 vs IRL*

    Depuis le 19 novembre, le label EA Play d’Electronic Arts Inc. créé le dépaysement avec les Sims 3 Destination Aventure. Si l'accent avait été, jusqu'à présent, particulièrement mis sur Al Simhara (Egypte), les adeptes de la virtual life peuvent désormais vivre de grandes aventures dans les destinations inspirées du monde réel que sont Shang SimLa en Chine et Champs Les Sims en France.

    Inspirées du monde réel donc. Mais qu'en est-il vraiment ?

    Shang SimLa en Chine

    IRL, la Chine, tu n'y vas pas parce que c'est vraiment trop cher ou si tu y vas, ça te prends la bagatelle onze à quatorze heures (en vol direct !). Dans les Sims 3, te rendre en Chine ne te coûte que 59,99 €, ça ne te prend que cinq minutes le temps de démarrer ton PC ou ton Mac et tu pars directement à la rencontre d'une communauté tranquille et isolée située dans les montagnes, fondée par un groupe de moines il y a très longtemps

    IRL, le sport, tu commences toujours demain, tu est stressé et tu ne peux t'adonner à la pyrotechnie sans risquer de perdre au moins trois doigts. Dans les Sims 3, tu visites l'Académie pour apprendre la compétence Arts martiaux et maîtriser le kung-fu en un rien de temps, tu te rends au Jardin des érudits pour une méditation introspective et tu achètes des feux d'artifices au marchand local pour organiser un spectacle inoubliable au sommet de la plus haute colline.

    IRL, ta vie est morne et sans mystère. Dans les Sims 3, en haut de la colline surplombant Shang SimLa, se trouve une grotte dont l’origine est inconnue. Que s’est-il passé là-bas ? Qu’est-ce que cela signifie ? C'est en suivant la fumée que tu trouveras la mystérieuse Grotte du dragon qui renferme la clé du mystère de cette vallée oubliée.

    IRL, tu es tellement occupé à travailler pour gagner une misère que tu ne prends jamais le temps de regarder le paysage ; sauf peut-être pendant tes congés payés et encore, parce que faire la queue pour des visites entourées de beaufs, c'est pas des vacances. Dans les Sims 3, tu admires des vues époustouflantes, tu explores seul, tranquillement, l'ancien et mystique Temple du ciel pour découvrir d'incroyables secrets laissés il y a bien longtemps et tu découvres des richesses infinies dans la salle du trésor de Dong Huo qui te permettent de prendre une retraite anticipée.

    IRL, tu n'aimes pas trop l'armée parce que la guerre c'est mal. Dans les Sims 3, tu te rends au plus profond des collines de Shang SimLa pour découvrir et rendre hommage à la grandeur des anciens et résolus soldats de terre cuite du Premier empereur disparu depuis très longtemps.

    IRL, les biscuits chinois te font grossir et leurs messages sont souvent absurdes ou incompréhensibles. Dans les Sims 3, tu peux les engloutir sans conséquences et leurs messages sont hilarants et révélateurs.

    Champs Les Sims en France

    IRL, tu es loin d'être un cordon bleu et tu n'as pas la main verte. Dans les Sims 3, tu es fasciné par le jardinage et les arts culinaires, tu apprends en un tournemain à fabriquer du nectar avec les fruits des récoltes de ta plantation et à créer des mélanges uniques que tu peux vendre, échanger ou déguster et tu achètes de nouvelles recettes sur le Marché où tu aimes t'assoier et savourer une tasse de café ou une délicieuse crêpe. Mais prends garde, la plantation n’est pas qu’un endroit touristique pour amateurs de nectar, c’est aussi le site de l’un des tombeaux les plus mortels et étendus du monde...

    IRL, tu n'utilises que les transports en commun car tu n'as pas les moyens d'avoir un moyen de locomotion et/ou tu te préoccupes de l'environnement. Dans les Sims 3, tu te déplaces à toute allure sur un nouveau scooter branché.

    IRL, ton animal de compagnie est le plus souvent un chien ou un chat, parfois un furet quand tu as succombé à la NAC attitude. Dans les Sims 3, tes petits compagnons sont des grenouilles ou des escargots.

    IRL, tu ne multiplies pas forcément les activités intellectuelles et culturelles. Dans les Sims 3, les gens sont cultivés, fiers de leur riche histoire médiévale, férus d'arts. A Champs les Sims, tu apprends la compétence Photographie pour devenir un artiste, tu visites le musée du coin qui expose des reliques et objets du monde entier, tu peux y découvrir des trésors qui te donneront l'inspiration pour de nouvelles aventures et tu explores, à la frontière de la ville, le monticule funéraire recouvert de pierres anciennes mystiques qui est le Tombeau de la fée, caché depuis très longtemps, qui renferme des secrets qui attendent d'être percés et qui, une fois la première section terminée, permet d'accéder à de grandes richesses mises à l'abri sur l'île. Tout ceci te rend tellement plus futé qu'IRL que tu pourras peut-être résoudre la mystère du rusé Jean Necteaux...

    EA Sims 3 = 10 points / IRL = 1 point

    D'aucuns s'interrogeront vraisemblablement sur l'origine de ce seul point accordé à IRL. Un unique point, un point unique : c'est la réalité ! Les Sims 3 Destination Aventure, c'est donc, à l'instar des versions précédentes, complètement génial : on peut y être celui qu'on est vraiment, celui qu'on rêverait d'être, celui qu'on oserait pas être pour de vrai, etc., etc... mais malgré des possibilités infinies, un graphisme plus vrai que nature et un onirisme exceptionnel, mieux vaut vivre cette vie parallèle avec modération sous peine de devenir un vrai No life. Ma technique à moi dans les Sims 1 pour passer moins de temps à jouer était d'avoir un copain geek qui me filait un code pour avoir plein de sous immédiatement sans travailler (encore un point de moins pour IRL). Ici, il faudra s'armer de patience car je n'ai aucun code à fournir !

    *Electronic Arts, un des leaders du marché des logiciels de loisir interactif, commercialise ses produits sous quatre marques : EA Sports™, EA™, EA Sports Freestyle™ et Pogo™.

    IRL = in real life = dans la vraie vie

    http://presse.ea.com

    www.leblogsims3.com/

    Article sponsorisé

  • La pelle du 18 juin

    Intéressant le titre non ? La question étant de quoi peut-il s'agir ? Quel est le fondement de cette tournure aussi mystérieuse - et subtile n'est-il pas ? - que d'actualité, dont, je dois bien l'avouer, je ne suis pas peu fière ?

    Digression : si l'on se penche sur les habitudes d'écriture, l'on peut constater que certaines personnes rédigent après avoir élaboré un plan précis dont le déroulement, une fois seulement achevé, leur permet d'intituler. Le rédac' chef de ces lieux - mézigue -, quant à lui - elle -, à un fil conducteur qu'il ne laisse se dérouler au hasard des justes formulations de son esprit qu'une fois la manchette emmanchée. Or, parfois, ma maïeutique intitulatoire est parfois longue à accoucher et, pour le moins, capillotractée, comme la rédaction le démontrera aisément par la suite.

    La pelle du 18 juin.

    Donc.

    Nul n'est évidemment besoin de préciser qu'il s'agit avant toute chose du détournement de l'évènement gaulliste du jour parce que bon, c'est pas parce qu'on est chômiste qu'on est coupé du monde réel.

    Mais quid du sens caché que seuls les esprits les plus sagaces peuvent pénétrer ; bien qu'en la matière, l'art divinatoire ou la télépathie seraient davantage utiles pour espérer trouver un sens là où il n'y en a, en vérité, que peu.

    Partant. 

    La pelle du 18 juin.

    Pour les non initiés, il est important de souligner qu'il existe ce que l'on appelle des "sports d'élite". Oui, il faut toujours que l'élite s'approprie des trucs, de préférence onéreux, non pas par goût prononcé ni même pour le plaisir de dépenser mais uniquement pour s'assurer que les basses castes ne puissent y accéder. C'est vicieux - et crétin -, je sais. Parmi ces activités réservées, l'on compte l'aviron... The Boat Race... Henley on Thames... Oxford / Cambridge... L'élite quoi. Et bien, à l'aviron, la palette qui sert à ramer ou dénager (ndla : ramer en sens inverse) s'appelle, dans le jargon, la pelle. Or, comme je l'ai expliqué tout à l'heure, il m'est parfois difficile - bien qu'indispensable - de trouver ma titraille. En l'occurrence, j'ai ramé... Hep hep hep, on ne commence pas à hausser les épaules ou à rouler des yeux car, comme vu ci-dessus également, j'avais précisé "capillotracté". CQFD.

    Mais encore.

    La pelle du 18 juin.

    Ne dit-on pas, quand on est d'jeuns, "se rouler une pelle" pour qualifier les échanges bucco-salivaires ? Et bien, en la matière, c'est d'auto-embrassade qu'il s'agit. Car aujourd'hui, je célèbre le premier anniversaire du blog présentement noirci par des suites de caractères sans queue ni tête mais on s'en fout, c'est sa fête.

    Deux cent quatre-vingt quatorze posts. Huit cent quarante commentaires. Trente-huit mille cent douze visiteurs. Des chiffres à la pelle - mouahahah - qui, à eux seuls, sont un chouette cadeau.

    Bon anniversaire mon p'tit blog !