Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeu

  • Rentrée littéraire : Trois fois le loyer de Julien Capron

    trois fois le loyer.jpgA paraître le 22 août 2012

    Editions Flammarion - 381 pages

    Présentation de l'éditeur : Il s’agit d’une quête. Peut-être pas la plus arthurienne des quêtes, mais pas forcément la moins épique : trouver, de nos jours, un logement à Paris. Et les moyens de se l’offrir. C’est l’histoire d’un couple qui a commis une erreur : croire qu’il faut faire ce qu’on aime dans la vie. Cyril est photographe de presse, Pauline cuisinière free-lance. Ils naviguent entre Montmartre et les jolis cafés des bords de l’Ourcq. En clair, ce sont des bobos. Mais des bobos sans complexe de supériorité et qui défendent courageusement leurs rêves. Célibataires, ils se débrouillaient avec des miettes de revenus. Ils se sont rencontrés, ils sont tombés amoureux, ils ont décidé de s’installer ensemble. Le deux-pièces où ils devaient emménager leur échappe. Ils n’ont que quelques jours pour trouver un toit. Les agents immobiliers les éconduisent à une cadence de métronome. Bientôt, c’est la plongée dans l’envers de Paris, celui des trafics et des misères. Pauline et Cyril n’ont plus qu’un moyen de s’en sortir : le poker. Il va falloir apprendre à jouer. Il va falloir faire équipe au-delà des bonnes intentions et des jolis sentiments.

    Je ne vais pas y aller pas quatre chemins : Trois fois le loyer est pour moi LE livre de la rentrée littéraire, comme La couleur des sentiments de Kathryn Stockett en son temps - quoique dans un genre tout autre. Mon seul regret est de ne plus pouvoir exercer mon métier de libraire et ainsi booster les ventes de ce page turner magnifique.

    La plume de Julien Capron est somptueuse, raffinée, élégante, racée et fait honneur à la langue française. Mais plus qu'un style incroyable, c'est un talent de narrateur qui s'est révélé à moi. J'ai été très rapidement prise aux tripes, à tel point que j'ai passé une nuit blanche tant il me semblait inimaginable de lâcher ma lecture en cours de route. C'était viscéral, je ne pouvais pas ne pas savoir au plus vite comment tout cela allait finir.

    L'ancienne Parisienne que je suis a adoré se replonger - fort heureusement sur le papier seulement - dans le casse-tête immobilier de la city of lights. Mais plus que tout, j'ai été subjuguée par le réalisme de l'univers du poker. L'auteur parvient magistralement à faire ressentir la tension de ce véritable sport et a même éveillé l'âme insoupçonnée de joueuse qui sommeillait en moi. En cela, ce livre peut se révéler assez dangereux et mériterait la mise en garde "interdit aux flambeurs, peut gravement nuire à la santé psychologique et financière". Bref, que l'on soit joueur ou que l'on ne le soit pas, l'on est immanquablement pris au jeu de l'écriture de Julien Capron qui malmène les nerfs de rebondissements inattendus en ressorts insupportables. Tout simplement incontournable.

    Ma seule petite critique porterait sur la légère caricature des présupposés penchants vénaux féminins. M'enfin...

    A noter en page 159 une référence à l'auteur Gore Vidal, disparu le 31 juillet dernier.

    Extraits :

    L'histoire classique du type plus timide, caché derrière son appareil photo, qui sait être drôle, qui a l'air d'être gentil, qui écoute avant de draguer. Et ça lui suffit à éclipser les autres.

    ...

    Pendant deux jours, ils ont vécu à moitié, l'autre moitié étant dévorée par l'attente du verdict. Sauf quand leurs regards, sauf quand leurs bouches, sauf quand leurs frissons, les foudres dans leurs corps ont ouvert un présent où être tout entier.

    (...) Sans se le dire, ils avaient eu tous les deux peur que le désir de l'autre se soit endormi. Ils ont retrouvé la complicité de se tirer les cheveux, de s'offrir l'inavouable du plaisir, de plonger ensemble là où le bien ne sait plus.

    Au bout de six mois ensemble, ce n'est plus une conversation continue et ce n'est pas encore un rituel domestique où le principe et la sollicitude entrent pour une bonne part. Ils découvrent un nouveau temps, ils entrent dans la fidélité. Si Cyril devait définir le mot, il dirait que ça consite à s'échanger, la plupart du temps, des égards de petits vieux, puis, soudain, de rougir et jouir, dans un pincement intact, des mêmes cochonneries.

    ...

    - Et en plus, tu vas jouer bourré...

    Jérémie est venu le vanner, mais avec bonne humeur. Il semble considérer que, puisque Cyril a commis l'irréparable, autant passer un bon moment entre potes.

    ...

    Qu'est-ce qu'on attend de l'autre, sinon d'être un reflet flatteur de soi, au moins physiquement, au mieux socialement ? Qu'est-ce qu'ils ont vécu comme éducation sentimentalen sinon un jeu de massacre, une jolie petite sélection au bon reproducteur, à la correcte reproductrice ? Qu'est-ce qu'ils ont appris, eux qui ont trente ans aujourd'hui et sont célibataires, sinon qu'ils ne sont pas assez ci, pas assez ça ? Comme le phénomène est général, on finit par trouver aussi humilié, aussi découragé, aussi petit que soi. Alors c'est le couple. Un reflet comme un autre. Une propagande vite usée qui veut qu'on fasse le bien qu'on attend, qu'on épargne le mal qu'on redoute. Quelques mots pour drogue : tendresse, fidélité. Mais ça n'éteint pas le moi. Après avoir repris des forces, on se lasse. On oublie qu'on a souffert, et toutes les leçons de la souffrance. On a besoin d'autres défis pour se sentir vivant. Bien obligé, qu'est-ce qu'on a d'autre comme horizon ?

    ...

    - Et donc, sinon, le poker ?

    - J'y viens. Il y a donc le hasard, et dans ce hasard, il faut bien vivre, il faut agir, sans être sûr d'avoir raison. Il faut parier. En termes pokéristiques, il faut miser. Sans savoir la main qu'ont les autres, sans savoir quelles cartes vont tomber au tableau. Le poker comporte exactement le même dosage que la vie entre le hasard et la volonté, l'intelligence et le prends-ça-dans-la-gueule, la liberté et le un-point-c'est-tout. Les gens jouent parce qu'ils comprennent que le poker, c'est comme leur vie. A la différence que, pour une fois, ils pensent que ça peut leur rapporter de l'argent.

    ...

    - Je t'explique. Il y a tant de millions de chômeurs en France. Pour la gauche c'est le signe de l'égoïsme des patrons qui préfèrent faire de la marge avec des esclaves en Chine plutôt que de payer des mecs ici à hauteur de vie, pour la droite c'est à cause de tous ces fainéants qui préfèrent voler les allocs plutôt que de faire caissière, pour l'extrême droite c'est à cause de tous ces salopards d'ailleurs qui prennent nos postes de chercheurs en physique nucléaire, pour l'extrême gauche c'est cool, ça va bientôt être la révolution. Même réalité, différentes analyses, surtout différentes perceptions des signes. Qui a la vérité dans tout ça ?

    - Je sais pas... Bernard-Henri Lévy ?

    - Pauline, la réponse à "Qui a la vérité ?" est simple. C'est : on s'en fout. En tout cas, c'est pas l'essentiel. L'essentiel, c'est que, en fonction de ce qu'elle voit, chaque vision de monde va agir différemment. Elle va créer l'assurance chômage, ou elle va lancer la brigade anti-glande. Au poker, c'est pareil. L'essentiel c'est que tu comprennes comment l'autre analyse les choses, ce qu'il voit et ce qu'il ne voit pas, sa façon à lui d'interpréter

    ...

    Parfois, aimer quelqu'un, ça consiste à ne pas relever ses injustices.

    ...

    A quoi bon faire des études, qui mèneront à des emplois moins bien rémunérés et pas moins précaires que le jeu ?

    ...

    Pour les Américains : "Le poker est l'activité la plus violente qu'on puisse pratiquer assis."

  • KIA Dubstep Contest Euro 2012 : KDO énOOOrmes !

    Fans de foot ou désireux de changer votre voiture ? Cet article vous concerne. Mais il va falloir être créatif et réactif !

    Le jeu concours qui pourrait faire de vos envies une réalité, le KIA Dubstep Contest, se termine le 13 mai 2012 ! Donc très très bientôt. Pour tenter de gagner : à vos tutus, à vos ballons, à vos je-ne-sais-quoi mais imaginez une chorégraphie dubstep-football sur le morceau de DJ Pavilion I Can't Stop. Bougez, ondulez, shootez, buzzez et remportez peut-être des places pour le match d'ouverture de l'Euro 2012 ainsi que la nouvelle Kia Picanto ! Inutile d'être danceur professionnel (il y a même des tutoriaux pour ceux qui ne voient absolument pas en quoi consiste le dubstep), il faut seulement tenter et surtout, s'amuser.

    Pour participer, rendez-vous immédiatement sur l'application Facebook  Kia DubStep Contest, remplissez le formulaire, uploadez votre "clip" et croisez les doigts. Vous pouvez move your body seul ou à plusieurs mais sachez que si vous réunissez une véritable compagnie pour votre choré, il n'y aura que deux gagnants par vidéo invités à l'Euro. Les mineurs n'ont pas le droit de se qualifier pour être sélectionnés mais ils peuvent participer aux films. Les 8 finalistes gagneront le voyage en Pologne incluant vol, hôtel et places pour le match d'ouverture à Varsovie le 8 juin 2012. Le grand gagnant aura en plus une nouvelle Kia Picanto. Les 16 premières équipes seront désignées en fonction de leur talent, de leur créativité et de leur divertissement par des juges et les 8 meilleures seront départagées par le vote des fans sur la fan page Facebook de Kia.

    Donc hop hop hop, allez imaginer de super pas, vous n'avez que jusqu'à dimanche ! Pour vous décomplexer; j'ai osé :

     

    A ma décharge, je viens de me faire opérer et je suis handicapée du dos... Donc possibilités limitées... Merci de votre compréhension bande de petits moqueurs.

    Article sponsorisé

    Vidéo virale par ebuzzing

  • Fluctuat nec mergitur

    Quand j'avais 7 ans, j'm'ai noyée... Et en cette funeste occasion, mes très chers parents, frère et soeur m'ont laissée mourir en s'esclaffant. Leur obstination à nier cette anecdote des années après, prétextant un délire de ma part alors qu'à l'époque je ne savais nager que depuis quelques semaines, me laisse à penser qu'ils ont peut-être chercher, sans succès fort heureusement, à se débarrasser de moi.

    Nul doute que si l'un des 6 000 sauveteurs en mer avait été dans le coin (quand bien même cette triste mésaventure prit place dans une piscine privée), ce naufrage tant physique qu'émotionnel de mon enfance n'aurait pas eu lieu. C'est en l'honneur de ce potentiel sauvetage passé et des centaines de personnes qu'ils sauvent en France chaque année que je tiens à tirer mon chapeau au sauveteurs en mer de la SNSM.

    Non mais parce que c'est important de signifier aux héros qu'ils le sont. Surtout que ces gens-là sont bénévoles. C'est dans cette optique que le site chapeau les sauveteurs propose différentes façons de leur rendre hommage. Laisser un témoignage, faire un don, relayer la campagne actuelle de soutien de leur oeuvre sur Facebook ou Twitter... Autant de manières de souligner leur dévouement, leur bravoure et leur solidarité mais surtout de rendre possible leur action. Car oui, ils ont beau offrir leurs services gratuitement, ils ont besoin de moyens humains et matériels considérables par continuer à sauver des vies (formation, prévention, mobilisation de bateaux et équipages, etc.). Et tout cela n'est presque exclusivement possible que grâce à la générosité du public.

    Venez au moins vous aussi soulever votre casquette, votre bachi ou votre bonnet de bain pour les encourager, vous pourrez même, ce faisant, éventuellement gagner des places pour le salon nautique, des jumelles, des t-shirts et plein d'autres lots. Parce qu'il est vraiment important de maintenir à flot cette formidable équipe.

    Article sponsorisé

    Partage propulsé par Wikio

  • Souriez, vous êtes filmés !

    Noël approche à grands pas et avec cette fête de fin d'année son cortège de casse-têtes pour trouver les bonnes idées cadeaux. Si les présents pour les adultes de la famille (et les amis pour les bourses les moins serrées) s'avèrent relativement simples à dégoter (un livre fait toujours plaisir), il n'en va pas de même pour les enfants.

    Non pas que les rayons jouets soient dépourvus, loin de là (!), mais une certaine exigence associée à une volonté de satisfaire pleinement le destinataire rendent la tâche tout de suite plus délicate. Les jouets bêtes et inutiles qui enchantent les petits se comptent par milliers. Les joujoux qui apprennent plus qu'ils ne divertissent font la fierté des parents mais sont vus davantage comme une punition que comme un super cadal par la plupart des enfants. L'idéal, on l'aura compris, étant d'allier l'utile et l'agréable à parts égales.

    Mais quand on parle "utile", la volonté adulte commune est d'apporter au bambin un soutien à la lecture, à l'écriture ou à tout ce qu'il peut apprendre à l'école. Or, si besoin est de le rappeler, il n'y a pas que l'école dans la vie, tout ne s'apprend pas sur les bancs de l'Education nationale et l'enfant n'a pas vocation à y rester ad vitam aeternam.

    Dès lors, "utile" ne doit plus être synonyme de soutien scolaire mais d'ouverture d'esprit voire même de création de vocation. C'est ainsi que la KidiZoom vidéocam de VTech apparaît comme une possibilité remplissant les conditions parfaites. Ce caméscope pour enfants de 4 à 10 ans est la première caméra numérique junior (coque en caoutchouc pour résister à toutes les chutes). Elle réunit quatre fonctions (vidéo, photo, trucage et jeux) et intègre des fonctions high tech et de multiples effets pour que le cinéaste / journaliste en herbe puisse personnaliser et perfectionner ses créations (jusqu'à 10 minutes d'enregistrement et 4 heures avec une carte SD de 16 GB).

    Alors évidemment, si le souhait premier est de révéler le nouveau Spielberg ou la nouvelle Bettina Rheims, il ne faut pas négliger le risque de se retrouver avec un Elfassi à domicile. Et là, c'est le drame...

    Bénéficiez jusqu'au 31 décembre de 10 euros de réduction : connectez-vous sur www.vtech-jouets.com pour accéder à l’espace promo en ligne, suivez les instructions et renvoyez les justificatifs demandés dans les 7 jours suivant votre achat.

    Article sponsorisé

    Partage propulsé par Wikio

  • Forger la jeunesse

    Non parce qu'il faut bien le dire, avoir un mouflet, c'est pas une sinécure. Au stade larvaire, inutile d'espérer quoi que ce soit, c'est la métaphysique des tubes : ça rentre par une extrémité (et c'est toi qui prépare et qui donne le bib') et ça ressort par l'autre (et c'est toi qui change les couches). Sans compter que le reste du temps ça dort mais bien sûr toujours à contre-temps de ton propre cycle de sommeil.

    Heureusement, cette phase reste assez courte. A l'échelle d'une vie. Parce que sur le moment, ça te semble tellement long que tu penses que tu vas mourir. Mais passée cette sale période, tu te retrouves avec un petit être qui ne demande qu'à apprendre des tas de choses. Et c'est là qu'il faut être un parent res-pon-sable : il faut développer des compétences utiles. Et quand je dis utile, c'est bien sûr pour l'enfant, mais pourquoi ne pas faire d'une pierre deux coups ?

    Et bien c'est exactement ce double bénéfice que propose la console pour enfants MobiGo de VTech (3-8 ans). Ce joujou portable (donc facilement transportable) et ergonomique permet au petits de 3 à 8 ans de découvrir les lettres, les couleurs, les formes ou encore la musique avec ses héros préférés (Shrek 4, la Fée Clochette, Toy Story 3, Monsieur Madame, Dora l'exploratrice, Super Hero Squad). La possibilité de connecter la console à l'ordinateur familial pour accéder à une plate-forme dédiée permet de suivre les progrès de l'enfant dans les activités et de télécharger plein de nouveaux mini-jeux.

    L'enfant s'amuse et apprend. Bien. Mais où est le bénéfice pour le parent ?

    Ce qu'il faut savoir, c'est que ce fameux jouet ludo-éducatif est doté d'un écran tactile et d'un clavier abécédaire coulissant. So what ? Et bien, si en parent res-pon-sable tu apprends consciencieusement et rapidement à ton rejeton son alphabet et les subtilités du tourner, glisser, déplacer du bout des doigts, tu te retrouves pourvu d'un assistant personnel qui pourra taper tes sms et autres mails sur ton iphone pendant que tu prépares le bib' et change les couches du petit dernier. Et quand le petit dernier sera assez grand, tu les colleras tous les deux sur cette console qui a un mode deux joueurs.

    CQFD.

    Article sponsorisé

    Partage propulsé par Wikio