Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fille

  • Petit précis de numérologie

    Cette pseudo-science est un ensemble de croyances et de pratiques fondées sur l'attribution de propriétés à des nombres. Egalement appelée arithmancie (comme à Poudlard, l'école de notre cher Harry Potter international), cette discipline à tendance kabbalistique (pour plus de précisions, appeler Madonna ou Demi Moore future ex-Kutcher) a obtenu ses lettres de noblesse grâce à la ô combien profonde presse féminine aux contenus de référence incontestable. Pas un titre de chick'mag' ne peut renier avoir eu, à un moment donné et peut-être même encore, une page numérologie aux côtés du sacro-saint horoscope. De Jeune & Jolie à Elle, en passant par 20 ans, Biba et autres Cosmo, par un ne manque à l'appel, ils ont tous commis l'impair.

    Parce que.

    Si l'on considère que j'ai attribué une valeur affective à certains chiffres que je joue régulièrement au Loto ou à l'Euromillion sans jamais, JAMAIS, gagner plus de 5,6 €.

    Si l'on s'attarde sur le fait que mon numéro fétiche est le 9, que j'avais emménagé il y a peu dans un appartement qui portait ce chiffre chouchou, que la cave allouée avec ce bien portait le numéro 3 (dans ma VIN* list parce que 3 x 3 = 9), que le tout constituait le lot n°18 (VIN too because 9 x 2 = 18, logique !) de la résidence et qu'au bout d'à peine 48 h après avoir investi les lieux, j'ai déposé mon préavis du fait de voisins indélicats (terme retenu par la rédaction plutôt que l'expression "gros connards" initialement choisie par l'auteur).

    Attendu donc ces deux simples mais parlant exemples, la conclusion qui s'impose est bel et bien la suivante : arrête de croire à ces conneries, c'est de la pure foutaise cré nom de diou !

    *very important number

  • La fille invisible de Villeneuve & Rocheleau

    Editions Glénat Québec - 48 pagesfille invisible.jpg

    Quatrième de couv' : A la rentrée, la grosse conne sera morte. La grosse conne, c'est Flavie, quinze-ans-presque-seize. Jeune fille à la fois timide et curieuse, Flavie croit pourtant qu'elle est une catastrophe sur deux pattes, un désastre ambulant. Au début de l'été, elle décide de se prendre en mains afin de devenir une nouvelle Flavie : une saine alimentation, plus de desserts et une heure de jogging par jour. C'est le début d'une chute vertigineuse. D'abord du poids de Flave, puis de son existence toute entière.

    Bien que passablement traité en raccourci et de façon quelque peu optimiste au regard de la réelle difficulté à guérir vraiment, cette BD aborde le thème de l'anorexie chez les jeunes filles, victimes de leurs souffrances intérieures bien plus que des diktats de la mode.

    Il s'agit plus d'un livre à mettre entre les mains des malades pour tenter de leur donner une lueur d'espoir qu'entre les mains de l'entourage faute d'une réelle dimension pédagogique.

  • Un peu plus de légèreté dans un monde de filles

    Editions Jean-Claude Gawsewitch - 96 pagesun peu plus....jpg

    Quatrième de couv' : Quarante graines d'illustratrices talentueuses et généreuses croquent avec fantaisie et autodérision des anecdotes typiquement féminines.

    Pour la bonne cause, l'association Toutes à l'école dont la mission est de créer des écoles et des programmes pédagogiques pour les petites filles des pays en voie de développement et la marque Always se sont associées pour récolter des fonds.

    Elles ont donc réuni des blogueuses célèbres ou en devenir - Pénélope Bagieu est la marraine de l'opération - pour créer ce petit livre très divertissant dont les bénéfices seront reversés pour l'éducation des petites Cambodgiennes qui souffrent cruellement du manque de scolarisation.

    Un bon geste à faire donc en achetant ce petit florilège des blablogs de filles. Et un grand merci aux blogueuses participantes pour toutes les petites filles qu'elles aideront indirectement.

  • Pile ou farce

    Conseils retors (rotor devrais-je dire...) à l'usage des adultes. Si tu as moins de 18 ans, file dans ta chambre.

    Comme tu le sais probablement, l'univers des joujoux et autres gadgets a fait de considérables progrès. Et mf3b0a950a559449a23c78981c4d74c96.jpgoi je dis, si ça profite aux enfants, pourquoi pas aux grands ? Le marché des jouets pour les grands a donc, lui aussi, fait preuve d'un investissement important des forces vives de ses pôles R&D.

    Partant, la demande est exponentielle face à une offre de plus en plus alléchante. Mais qu'importe, la question n'est pas de faire une étude de marché, les avertissements étant orientés non pas pré mais post-acquisition.

    Donc.

    Quand tu achètes, tu cachettes... dans le sens planquer j'entends. Normal, c'est mal venu d'exposer son intimité au vu et au su de belle-maman, du plombier ou qui sais-je encore. Mais quand tu déménages, que faire ?

    Soit tu jettes. Mais c'est gâché, sauf si luxure l'usure est avancée.

    Soit tu empaquettes. Et c'est là que tu dois bien prêter attention au conseil qui va suivre : surtout, avant de balancer l'objet du délire dans le fond d'un carton quadruplement scotché par précaution, enlève les piles. Sinon, tu t'exposes à un glissement du dit objet sur le côté du dit carton qui permettra au déménageur, dans sa délicatesse légendaire, d'actionner le mécanisme au ronronnement intempestif. Et là, c'est le moment de solitude assuré. L'astuce étant d'éloigner le butor à l'origine de l'incident en lui expliquant que tu vas tenter de mettre la main sur ta brosse à dents électrique (ou ton épilateur) qui s'est déclenchée.

    La troisième solution consistant à déménager soit même son joujou dans son sac à main me laisse à penser que c'est forcément le jour où on se fait tirer son sac...