Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

enfance

  • Deux douceurs en une

    Bon alors mes petits lapins, tout le monde a transmis ses voeux pour la nouvelle année ? Parfait. Tout le monde a pris de bonnes résolutions et s'évertue à les tenir (au moins jusqu'à la fin du mois) ou tout le monde s'est abstenu pour ne pas immédiatement les trahir (comme à chaque fois) ? Parfait bis repetita.

    Alors on continue sur sa bonne lancée en se joignant à l'engagement de Skip 2 en 1 Cajoline auprès de l'association Enfance et Partage. Car oui, loin de se contenter de mettre du doux dans notre linge notamment avec son tout nouveau parfum Fleur de passion Ylang-Ylang mêlant la gourmandise du fruit à la fraîcheur boisée de la fleur et disponible en liquide, capsules ou tablettes, Skip contribue à mettre un peu de douceur dans la vie de ceux qui en manquent.

    C'est dans cet objectif que la marque a créé le site partageons la douceur. En se connectant, les internautes peuvent envoyer des câlins virtuels à la personne de leur choix grâce à trois programmes ludiques : le câlin Délicat, le câlin Mix ou le câlin à 90 °. Cette animation en ligne événementielle est un moyen simple et amusant de faire plaisir à ses proches tout en faisant gratuitement une bonne action puisque pour tout câlin envoyé, Skip 2 en 1 Cajoline reverse 0,50 € à Enfance et Partage (dans la limite de 100 000 câlins).

    Les sommes récoltées permettront entre autres des interventions au sein d'établissements scolaires (de la maternelle jusqu'au collège) et auprès d'adultes (Instituts universitaires de formation des maîtres, écoles d'infirmières, établissements de formation d'éducateurs, gendarmeries...) afin de sensibiliser ces différents publics à la problématique de la maltraitance.

    Allez mes p'tits lapins, on file faire du câlin deux en un.

    Article sponsorisé

    Partage propulsé par Wikio

  • Forger la jeunesse

    Non parce qu'il faut bien le dire, avoir un mouflet, c'est pas une sinécure. Au stade larvaire, inutile d'espérer quoi que ce soit, c'est la métaphysique des tubes : ça rentre par une extrémité (et c'est toi qui prépare et qui donne le bib') et ça ressort par l'autre (et c'est toi qui change les couches). Sans compter que le reste du temps ça dort mais bien sûr toujours à contre-temps de ton propre cycle de sommeil.

    Heureusement, cette phase reste assez courte. A l'échelle d'une vie. Parce que sur le moment, ça te semble tellement long que tu penses que tu vas mourir. Mais passée cette sale période, tu te retrouves avec un petit être qui ne demande qu'à apprendre des tas de choses. Et c'est là qu'il faut être un parent res-pon-sable : il faut développer des compétences utiles. Et quand je dis utile, c'est bien sûr pour l'enfant, mais pourquoi ne pas faire d'une pierre deux coups ?

    Et bien c'est exactement ce double bénéfice que propose la console pour enfants MobiGo de VTech (3-8 ans). Ce joujou portable (donc facilement transportable) et ergonomique permet au petits de 3 à 8 ans de découvrir les lettres, les couleurs, les formes ou encore la musique avec ses héros préférés (Shrek 4, la Fée Clochette, Toy Story 3, Monsieur Madame, Dora l'exploratrice, Super Hero Squad). La possibilité de connecter la console à l'ordinateur familial pour accéder à une plate-forme dédiée permet de suivre les progrès de l'enfant dans les activités et de télécharger plein de nouveaux mini-jeux.

    L'enfant s'amuse et apprend. Bien. Mais où est le bénéfice pour le parent ?

    Ce qu'il faut savoir, c'est que ce fameux jouet ludo-éducatif est doté d'un écran tactile et d'un clavier abécédaire coulissant. So what ? Et bien, si en parent res-pon-sable tu apprends consciencieusement et rapidement à ton rejeton son alphabet et les subtilités du tourner, glisser, déplacer du bout des doigts, tu te retrouves pourvu d'un assistant personnel qui pourra taper tes sms et autres mails sur ton iphone pendant que tu prépares le bib' et change les couches du petit dernier. Et quand le petit dernier sera assez grand, tu les colleras tous les deux sur cette console qui a un mode deux joueurs.

    CQFD.

    Article sponsorisé

    Partage propulsé par Wikio

  • Eloïse de Kay Thompson

    1151239180.jpgEditions Gallimard - 109 pages

    Quatrième de couv' : Eloïse, c'est moi ! J'ai six ans et j'habite au Plaza, un grand hôtel de New York. Je suis une vraie calamité, paraît-il. C'est ce que dit le directeur de l'hôtel... Mais moi, je dis que dans la vie, on n'a pas le droit de s'ennuyer, et croyez-moi, on ne s'ennuie pas au Plaza : entre les promenades en ascenceur, les réceptions mondaines et les tempêtes dans la salle de bain, je suis si occupée que je me demander bien comment je peux arriver à tout faire...

    La plus célèbre des petites pestes a, aujourd'hui encore, incontestablement sa place dans les bibliothèques enfantines. Une frimousse à croquer, des personnages aux expressions désopilantes dont l'incontournable Nanny, le chien Mouflet et la tortue Fanchounette... Décidemment, les dessins exceptionnels d'Hillary Knight réhaussés de la plume de Kay Thomson ont su bâtir une légende pour le divertissement de tous... même si les plus grands riront un peu jaune en espérant que leur progéniture ne prenne pas modèle sur la petite héroïne.

    L'attachante tornade a d'ailleurs rencontré un tel succès que ses aventures ont été déclinées en quatre ou cinq tomes, dont deux adaptés pour la télévision. Pour la génération image malheureusement de plus en plus réfractaire à la lecture, l'option DVD est donc disponible.

  • Chronique de l'effort #14

    Ou ma vie d'aide-monitrice en colo.

    Activité annexe de ma fonction de lingère dont je n'aurais jamais due être détournée. Car vois-tu, les petits d'hommes et moi, c'est pas tout à fait ça.86479097ff58e82ec4822e6fcc202982.jpg

    Mais recontextualisons. Quand je n'étais pas en train de laver les linges d'enfants sales et/ou malades et quand je n'étais pas réquisitionnée pour astiquer le moulin, j'étais sollicitée par les monos pour contribuer à la canalisation des moutards surexcités. En l'occurrence, il s'agissait d'emmener les enfants à la chasse au Dahu.

    Quid du Dahu, me diras-tu, sombre citadin ?

    Et bien, cet animal, aussi imaginaire que la licorne, est le fruit d'une légende rurale établie aux dépens des naïfs et par extension des gens de la ville. La plaisanterie consiste a prétendre que le Dahu, animal évoluant sur les coteaux ou à flancs de montagne, est doté de deux pattes plus courtes que les deux autres, la différence s'observant non pas entre les pattes antérieures et les pattes postérieures mais entre celles de gauche et celles de droite (cf croquis) ; cette particularité l'obligeant, comme on s'en doute, à se déplacer toujours dans le même sens de la pente, sans pouvoir faire demi-tour sous peine de chute. De fait, sa chasse, rituel initiatique, s'exerce comme suit : les locaux avisés prétendent grimper dénicher le Dahu, le surprendre de dos pour l'obliger à se retourner et ainsi dégringoler la pente. Au nigaud ensuite, posté en contrebas, de capturer la proie dans le grand sac ouvert qui lui a honorablement été confié. Les rabatteurs naturellement de s'éclipser et de calculer le temps d'affût stoïque du dindon de la farce.

    Tout ceci est follement drôle, ça ne mange pas de pain et ça occupe.

    Mais c'était sans compter la nécessaire pédagogie à l'égard de tout razmoket. Et moi, transposer pour des gosses de cinq ans, je sais pas faire. Ce qui aurait donc du être une joyeuse chasse au Dahu dans la forêt savoyarde s'est transformée en véritable Projet Blair Witch. Parce que quand tu te retrouves dans un bois un peu sombre avec des nains, un mot aussi anodin que "chut" se transforme en détonateur de psychose. Les trolls de pleurer, d'hurler et de courir dans tous les sens. L'horreur.

    L'avantage fut de ne plus être sollicitée pour les ateliers, croulant sous les tâches de ma fonction originelle... Ben oui, un gamin qui a peur, après il fait des cauchemars et par extension pipi au lit.

    Tu peux me croire, si j'le chope le Dahu, j'aurai deux mots à lui dire.

  • Six milliards de visages de Peter Spier

    2c10bc170236135cd333e657c20a0dcd.gifEditions L'école des loisirs - 43 pages

    Présentation de l'éditeur : Sur Terre, il y a plus de six milliards de personnes... et pas deux qui soient exactement semblables ! Le racisme, d'où vient-il en premier ? De l'ignorance ? De la peur de ceux qui ne sont pas pareils ? Allons-y ! Regardons, apprenons, comprenons et luttons, dit Peter Spier avec son charmant album. Pendant des pages et des pages bourrées de détails, il présente aux enfants toutes sortes de gens de toutes tailles, de toutes couleurs, avec des vêtements très différents, des habitudes de vie tropicale, occidentales, asiatiques, etc... Il y a des pages que l'on regarde pendant des heures...

    A l'époque où l'on m'a offert ce magnifique ouvrage (une vingtaine d'années...), il s'intitulait Quatre milliards de visages, mais le message reste le même. Avec des textes accessibles et de splendides illustrations, l'auteur a su ériger son livre en un outil incroyable d'apprentissage de la tolérance. Cette invitation au voyage devrait indiscutablement figurer dans toutes les bibliothèques de notre relève générationnelle.