Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

détente

  • Des arguments de poids

    bb3ce0cd1c912f13a7590318aa3a6c05.jpgAujourd'hui, je suis partie au travail avec mon sac de sport, fermement résolue à aller me défouler au sortir de mes horaires d'esclavage légalisé.

    Et puis au fil de la journée, ma motivation s'en est allée.

    Jusqu'à l'intervention providentielle de mon cher collègue observateur (mateur ?) qui a très délicatement remarqué que mes efforts commencaient à payer. Et oui, déjà 3,2 kilos en moins !

    Du coup je suis reboostée à mort.

    Mais d'un autre côté, je pourrais aussi sécher ma séance pour me féliciter de mes bons résultats... 

  • Tue heure

    Besoin de divertissement ou de passer le temps ? Allez donc faire ce petit jeu (connaissances de l'anglais préférables) et découvrez-vous - ou non - des talents de profiler.

    Programming language inventor or Serial killer ?

  • Addict tifs

    fbf754ed4c3311b74f121068292b83fd.jpgJe ne sais pas, je ne sais pas, je ne sais pas...

    Que fais-je ? Voilà la sempiternelle question qui m'obsède toutes les quatre ou cinq semaines.

    Est-ce que je vais chez le coiffeur me faire couper tout ça ou est-ce que je m'accroche à laisser pousser en surmontant dignement la phase critique de l'inter-longueur ?

    Bon, si je coupe tout, il est sûr que je n'aurai pas à subir ma tête dans le miroir pendant les longues semaines de coupe bâtarde... Mais d'un autre côté, si je cède au coup de ciseau narcissique, je recule d'autant la possibilité d'avoir un jour à nouveau les cheveux longs... A moins que je ne mette suffisamment de côté pour me payer des extensions comme ça, exit la tête de rien, bonjour ma coiffeuse dès que la masse capillaire (la touffe pour les intimes) se fait envahissante... Bouarf, entre le crédit, les impôts, les projets de vacances et de fringues et toutes les charges incompressibles, j'arriverai jamais à trouver encore de quoi mettre de côté...

    Que fais-je ? Voilà la sempiternelle et inexorable question qui m'obsède... 

    Sinon, comme j'avais aujourd'hui les cheveux qui poussent à l'intérieur (et si c'était le solution à mon interrogation934a149e8f6e931306263aa167fe1fbc.jpg obsédante ? non, je m'égare...), résultat peu glorieux d'une soirée au rythme désormais impitoyablement éprouvant pour ma vieille carcasse, je me suis abstenue d'appliquer le fondement de ma nouvelle hygiène de vie, entendez par-là que je ne suis pas allée à ma session dominicale d'hyper-sudation thérapeutique, autrement dit de sport. Et bien croyez-moi ou pas, j'ai larvé pendant des années des mois et des mois sans culpabiliser et voilà qu'en trois semaines de reprise d'activité physique, je me sens toute flapie, limite déprimée, de n'avoir pu m'adonner à ma séance de défoulement physique et nerveux. Oh my god, vous pensez que je dois m'inscrire aux Dépendants Sportifs Anonymes ?