Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

création

  • "Je" de piste

    Parce que nouvelle sur Hautetfort et indulgente à l'égard des nouveaux lecteurs qui n'auront pas le courage de rechercher et lire les archives de mon ancien blog, je vais rééditer certains posts de feu Le démon des mots histoire de faire un brin connaissance :cactus.jpg

    Le visage du démon #1

    Toutes mes confuses, je ne me suis pas présentée... Mais pour ne pas déroger à mon principe premier, je vais rétablir la forme avec les mots que mon amie d'enfance m'a dédiés il y a déjà quelques années. Merci belle plume. Et pour les amateurs du genre, rendez-vous de manière hebdomadaire pour découvrir les différentes facettes du démon.

    Ô ma Vénéneuse,

    Capiteuse comme le parfum qui court pour te suivre,

    Tes mains sont des fleuves qui enivrent,

    Enveniment la peau que tu touches,

    Et ta bouche, ô, ta bouche,

    Laisse d’indélébiles traces sur celles que tu mords,

    Hargneuse ! Tu déchiquettes, tu tords !

    Tu attrapes sans relâche dans tes subtils filets

    Et laisse se languir les hommes désespérés,

    Androphage au désarmant sourire.

    Sourire qu’arborent aussi ceux qui vont périr.

    Perdus les mâles qui par faiblesse

    Ont cru pouvoir jouir de la liesse

    Dans tes bras blancs, ouverts,

    Ils seront étouffés dans tes tentacules, aveuglés de lumière.

    Qui saura faire jaillir le suc de ta douceur ?

    Quand ces yeux pétillants deviendront bienveillance ?

    Poseras-tu les armes Amazone fougueuse ?

    Impassible, ténébreuse, te laisseras-tu vaincre?

    Toi, pierre majestueuse, seras-tu fleur mielleuse ?

    Claire A.

    Pour ceux qui auraient été effrayés par cette description, disons d'une femme de caractère, je tiens à préciser primo que je ne vais pas surgir de l'écran pour mordre, segundo que cette description date un peu - même si j'ai toujours le caractère - et tertio que j'ai fini par déposer les armes...