Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chien

  • Avoir du chien

    J'ai toujours été très amusée... tout autant que très agacée... par l'attitude des maîtres de chiens irresponsables. Enfin plus exactement des maîtres irresponsables de chiens. Je pense70bd7ec6c324e33e4a8ed8da9903808e.jpg profondément que ces gens sont de grands aventuriers qui s'ignorent, accrocs à l'adrénaline.

    Pour ces gens-là, le chien n'est pas un être qu'on a décidé de choyer, il est un vulgaire accessoire de mode ou de pouvoir qui devient vite encombrant dès lors qu'il exprime l'envie de satisfaire ses besoins naturels. Là est tout le suspens : crotte or not crotte ?

    Et si le toy cède - fatalement - à la métaphysique des tubes, le maître en mal de reconnaissance qui l'instant d'avant se pavanait avec son faire-valoir à quatre pattes se transforme soudain en être piteux tentant sournoisement de tirer sur la laisse pour décourager la bestiole, feignant l'air de ne s'être pas aperçu de la requête vitale de son "meilleur ami" quand vous le fusillez du regard. Exit la belle assurance, le maître déchu se résigne à laisser caguer son chien. Le regard frontal de la personne affirmée se transforme illico en oeillades furtives et scrutatrices. La fierté cède sa place à l'instinct de survie : ne pas être vu pas trop de gens en compagnie de cet importun qui s'adonne à ce genre de saletés en public et surtout... profiter d'un champ libre de badaud pour décamper sans ramasser, pour le plus grand plaisir des piétons inattentifs.

    Salauds de chiens, va !

    Pense-bête : contacter un psy pour éclaircir mon intérêt soudain pour le caca (2 notes en 2 jours). Suis-je en train d'entamer une phase régressive ?