Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bonne année

  • Gwordia vous souhaite ses meilleurs voeux

    N'en déplaise aux pessimistes qui spéculent sur l'aussi hypothétique qu'inélégante rime riche supposée faire suite à "2012 la lose", je ne vais pas vous souhaiter mais vous garantir à toutes et à tous une merveilleuse année 2013. Impossible promesse ? Pourtant, je n'ai pas la santé, je suis fauchée, mais malgré tout j'y crois. Pourquoi ? Parce que comme le disait Manu Larcenet dans le dernier tome de sa somptueuse tétralogie Le combat ordinaire :

    Le pur désespoir pose des questions tellement essentielles qu'il ne peut s'accomoder d'idéologie... L'escroquerie idéologique, c'est de convaincre qu'il existe une vérité. Le réel n'importe plus alors que dans la mesure où il peut se plier pour s'y conformer. Pourtant, la rue ou les métastases, par exemple, sont abyssalement indifférentes au CAC 40 ou à la ligne du parti... On m'objectera sans doute qu'elles le sont tout autant à la poésie, et on aura tort. Délestée de toute logique, la poésie est la seule manière libre de remarquer ce qui est précieux. Depardon, Brassens, Miyazaki, Bonnard, Jarmush, Sempé, Tom Waits, Cézanne, Monty Pithon, Monet... Brel, Desproges, Klee, Cartier-Bresson, Springsteen, Céline, Harvey Keitel, Baudelaire, Van Gogh... La poésie rachète tout.

    Alors certes, joie, santé, prospérité, succès, chance... ne seront peut-être pas le lot quotidien des 364 jours à venir. Mais la littérature, oui. Alors l'on va s'y réfugier à s'en faire péter les yeux dans ces bouquins ! Romans, BD, polars, essais, jeunesse, bio, SF... Il y en aura ici encore et toujours pour tous les goûts. J'espère que vous continuerez à franchir toutes les frontières littéraires à mes côtés. Merci pour votre intérêt, à très bientôt et, pour sacrifier une dernière fois au rituel : la meilleure année possible à toutes et à tous !

    book.jpg

  • Un mal pour un bien

    Un jour dans le passé lointain, j'ai raconté - plus ou moins bien - ça. Alors peut-être que les histoires à morale, c'est gonflant. N'empêche que c'est intemporel - si tant est que l'on soit pourvu a minima d'un certain code moral (qui avouons-le est bien relatif sur certains sujets...). Bref. Donc.

    Le CQFD, c'est que, le 31 décembre au soir, alors que je m'apprêtais à festoyer dignement à l'occasion de la Saint-Sylvestre, bien qu'un peu tardivement du fait - comme c'est étonnant n'est-il pas ? - d'un retard accusé par le train de ceux qui nous font préfèrer l'avion, ce soir-là donc, j'ai eu un accident de voiture. Rien de grave heureusement si ce n'est de la tôle froissée, dont la faute revient à deux jeunes imbéciles en scooter ne sachant pas que dans l'expression "sens giratoire", le "giratoire" signifie "tourner autour".

    L'on pourrait, dès lors, se dire : quelle déveine. Sauf que. "Grâce" à cet accrochage et au jeu des assurances, le vieux tas de boue que je devais acquérir ne peut pas m'être vendu. L'ancien propriétaire - ma mère - touche une prime qui couvre largement les réparations nécessaires et ce qui reste représente le prix que je devais verser. De plus, avec ce système, la carte grise est gelée, je n'ai donc pas à la refaire ; économie supplémentaire. Et je n'ai pas à changer les plaques. Economie bis repetita.

    Comme quoi, la morale de mon histoire du passé lointain est donc bien toujours d'actualité.

    Sinon bonne année ! C'est tard ? Oui mais tout le monde te l'a déjà souhaitée et, alors qu'un 11 janvier, personne ne devrait plus avoir à ton égard de bonnes pensées, moi si. Encore un mal pour un bien. Ne me remercie pas, c'est bien naturel.

  • Areva : faites vos voeux, rien ne va plus.

    Caustiques :

    Bonne année, ouais...

    Civiques :

    Citoyennes, citoyens du monde... cette année sera t'elle la bonne ?

    Classiques :

    Meilleurs voeux !

    Bonne année et surtout la santé !

    Variantes platissimes infinies.

    Cliniques :

    Au regard du diagnostic 2008, nous proclamons un état stationnaire pour l'année à venir... A moins que cela n'empire...

    Comiques :

    A tous ceux qui m'ont envoyé leurs meilleurs voeux pour 2008, je leur signale qu'à ce jour, cela n'a absolument servi à rien ! Compte tenu de la situation économique actuelle, pour l'année 2009, prière de m'envoyer du bois de chauffage ou des chèques repas. Merci d'avance.

    Erotiques :

    Mmmhhh-na-néééhhhhhh...

    Ethyliques :

    Nanané... Hips !

    Exotiques :

    Bon lanné !

    Lunatiques :

    Meilleurs voeux à tous. Non pas les cons. Si les cons aussi, soyons moins cons qu'eux. Quoique...

    Olympiques :

    L'essentiel, c'est de participer à cette nouvelle année.

    Prosaïques :

    Pas trop mauvaise année.

    Sceptiques :

    Bonne année, hum.

    Statistiques :

    AREVA organise un concours bloggeurs. Le bloggeur qui postera les voeux les plus créatifs (texte, son, vidéo, animation, bd, etc.) pourra filmer ses voeux devant la Tour Eiffel illuminée une dernière fois* aux couleurs de l'Europe. Areva se chargera de de la diffusion de la vidéo dans la blogosphère. De quoi faire exploser son trafic pour cette nouvelle année !
    (* Du 1er juillet au 31 décembre 2008, soit 184 nuits, Areva a illuminé la Tour Eiffel aux couleurs du drapeau européen à l'occasion de la présidence française de l'Union européenne. La Tour Eiffel européenne s'est éteinte le 31 décembre à minuit, après six mois de présence dans la nuit parisienne, alors que la France passait le flambeau à la République Tchèque.)

    Stoïques :

    Bon an, mal an... Nous l'affronterons.

    Théoriques :

    L'année sera peut être très bonne. L'année sera peut être très mauvaise. Mais selon toutes probabilités, elle sera bonne et mauvaise à la fois.

    Article sponsorisé

  • Happy new year !

    Bonne année à toutes et à tous ! Pour ma part, pas de résolutions. Ca m'évitera de ne pas les tenir.

    8da8bb04b89294c9cac9f48a5ea890e8.jpg