Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie

  • Sayonara Gangsters de Genichiro Takahashi

    À paraître le 20 mars 2013.sayonara gangsters.jpg

    Books Éditions - 223 pages

    Présentation de l'éditeur : La vie tranquille d’un professeur de poésie est bouleversée par sa rencontre avec un groupe de terroristes : les « gangsters ». Il entame alors un trépidant périple littéraire. Au cours de ce voyage, le lecteur fait de mémorables rencontres, parmi lesquelles : la muse du poète, « Livre de Chansons » ; un réfrigérateur flambant neuf, réincarnation de Virgile ; Henri IV, un matou bibliophile amateur de lait-vodka. Entre science-fiction, traité philosophique, poésie, roman noir et autobiographie, Sayonara Gangsters est une œuvre d’une originalité sidérante, souvent drôle voire hilarante, parfois incroyablement émouvante.

    Ma note :

    culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis

    Broché : 18 euros

    Un grand merci à Books Éditions pour m'avoir offert l'opportunité de découvrir ce livre en avant-première.

    En général, je commence les notes des livres que je n'ai pas achevés par le numéro de page auquel j'ai interrompu ma lecture. Je ne parlerais pas ici d'abandon en page 113 puisque je sais que je finirai, au moment opportun, le livre de Genichiro Takahashi.

    Sayonara Gangsters est de ces livres, tel Enig marcheur de Russel Hoban, qui ne se lisent pas d'une traite. Complexes, ils se dégustent, se remachent, phrase après phrase, avec lenteur et attention pour être sûr de n'en pas louper la substantifique moelle... qui finit pourtant toujours pas m'échapper... J'ai beau entendre et comprendre l'engouement pour la littérature nippone, mes diverses tentatives m'ont fait comprendre que ce n'était pas ma came ; ces récits se heurtent à mon esprit par trop cartésien.

    Malgré tout, dès les premières pages, j'ai été fascinée autant que troublée par cette narration follement poétique. Ou lyriquement dingue. L'atmosphère surréaliste m'a imméditament conduite à la comparaison d'avec Boris Vian. D'une même plume fantasmagorique dissimulée sous de réalistes apparences laissant à penser au lecteur qu'il est victime d'hallucinations littéraires, l'auteur transmet beaucoup. Mais quoi ? Le sens profond est aussi certain qu'indéfinissable. Je ne saurais que dire si ce n'est qu'il semble évident que les inconditionnels de Murakami Ryû, d'Haruki Murakami ou du Vernon Sullivan de nos latitudes seront séduits par ce livre inclassable d'une ahurissante originalité.

    Ce texte inédit en France a paru en 1982 au Japon. Lauréat du prestigieux Prix Gunzo, il est rapidement devenu culte dans l'Empire du Soleil Levant et a érigé Takahashi comme l'une des figures du renouveau des lettres japonaises. À quelque trois décennies d'écart, parviendra-t-il à s'imposer auprès du lectorat français ? Pour ma part, je continuerai à piocher dans ce texte et il ne sera pas dit qu'il m'échappera définitivement !

    Ils en parlent aussi : Sha.

    Vous aimerez sûrement :

    Un été en vêtements de deuil d'Akira Yoshimu

    Les bébés de la onsigne automatique de Murakami Ryû

    La course au mouton sauvage d'Haruki Murakami

    Et le bébé était cuit à point de Mary Dollinger

    Extraits :

    Et c'est ainsi que nous avons commencé à nous nommer les uns les autres.

    Nous demandons à la personne dont nous désirons qu'elle nous nomme de nous donner un nom.

    C'est notre manière de faire la cour.

    J'ai donné mille noms et les ai perdus mille fois. J'ai circulé sans nom quelques temps avant de rencontrer Livre-de-Chansons.

    À force de donner des noms, on devient prudent.

    ...

    La première fois où Livre-de-Chansons m'a embrassé, Henri IV nous regardait attentivement dans son panier en clignant des yeux.

    Henri IV est un affreux matou géant noir qui boit des cocktails lait-vodka avant de s'endormir à nos pieds.

    ...

    Quand Livre-de-Chansons est toute nue, on a l'impression qu'elle porte encore un dernier jupon.

    "C'est ridicule ! Quand je me mets nue, je suis vraiment nue, mais quand tu te mets nu tu n'as pas du tout l'air nu", affirme Livre-de-Chansons avec sa logique toute aristotélicienne.

    ...

    Il est très triste de sentir quand on fait l'amour que nos corps sont simplement des machines à faire l'amour.

    Je me sens épanoui quand je fais l'amour avec Livre-de-Chansons.

    Faire l'amour est un dialogue.

  • Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi de M. Malzieu

    Editions Flammarion - 151 pagesmalzieu.jpg

    Quatrième de couv' : "Comment on va faire maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi ? Qu'est-ce que ça veut dire la vie sans toi ? Qu'est-ce qui se passe pour toi là ? Du rien ? Du vide ? De la nuit, des choses de ciel, du réconfort ?" Mathias, une trentaine d'années mais une âme d'enfant, vient de perdre sa mère. Sans le géant qu'il rencontre sur le parking de l'hôpital, que serait-il devenu ? Giant Jack, 4,50 m, "docteur en ombrologie", soigne les gens atteints de deuil. Il donne à son protégé une ombre, des livres, la capacité de vivre encore et de rêver malgré la douleur... Il le fera grandir. Mathias Malzieu nous entraîne dans un monde onirique, intimiste et poignant, dans la lignée d'un Lewis Carroll ou d'un Tim Burton.

    Comment vivre dans un monde où l'un, l'autre ou pire... ses deux parents ne sont plus ? Question que j'ai la chance de ne pas me poser mais dont je cherche déjà la réponse. Et celle-ci, malgré mon ignorance du sujet (bien le seul dont je veuille rester béotienne), me semble juste.

    Si je ne connais pas l'oeuvre du chanteur (Dionysos), celle de l'écrivain m'a profondément bouleversée. Il nous prouve avec talent que la métaphore est parfois l'expression la plus hyper-réaliste qui soit. La seule formule exacte là où les mots semblent vides de sens. C'est triste avec ce qu'il faut d'optimisme. C'est un déballage du coeur tout en pudeur.