Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2012

Face cachée de Sylvain Runberg et Olivier Martin

Editions Futuropolis - 152 + 152 pages

Présentation de l'éditeur : Satoshi travaille comme financier dans une société à Tokyo. Sa vie est uniquement rythmée par le travail. Les journées sont longues, et il ne peut rejoindre sa famille (en banlieue) que durant les week-end. Il passe ses nuits dans un capsule hôtel, parfois en compagnie de Mayumi, la jeune secrétaire de 26 ans. Au bureau, tout le monde ignore leur liaison. Marquée par le divorce de ses parents, Mayumi rêve d'un grand et bel amour. Mais Janichi, le collègue arriviste et jaloux de Satoshi s'intéresse de très près à cette jeune fille et finit par deviner que les deux collègues sont amants. Il découvre également que le couple de Satoshi bat de l'aile, et compte bien en tirer profit. Mais les apparences sont encore bien plus trompeuses. Et Satoshi cache des choses qui pourraient s'avérer encore plus dangereuses pour lui si elles venaient à être sues. Sylvain Runberg et Olivier Martin se lancent dans un long manga intimiste digne des meilleurs auteurs japonais. Un récit psychologique qui nous plonge au coeur d'une société nippone, où les convenances et les apparences servent souvent à cacher des situations dramatiques...

face cachée.jpgface cachée 2.jpg

Se lancer dans le manga quand on est originaire de France et de Belgique, c'est s'exposer potentiellement à la vindicte populaire tant les amoureux du genre sont d'exigeants puristes. Mais pour Sylvain Runberg et Olivier Martin, relever ce défi semble n'être qu'une simple formalité ; preuve en est le Silver Award du 4e Prix International du Manga 2011 décerné au premier volet de ce troublant diptyque.

D'un classique triangle amoureux, les auteurs nous entraînent dans une observation scrutatrice de la société nipponne moderne. Entre pression socio-professionnelle, faux-semblants, solitude, adultère et blessures intimes, les fausses pistes sont nombreuses et il est bien impossible d'anticiper le dénouement de cette histoire tragique. Le scénario brillant est surprenant et réhaussé par un traitement somptueux au lavis qui renforce l'élégance, le mystère et la profondeur du récit. Une narration subtile et poignante au coeur d'un Japon ultra-codifié et lissé où les aspérités individuelles, à force d'être gommées, ne demandent qu'à se révéler, qu'à exploser...

Attention à ne pas se laisser décourager par le premier tome qui ménage tant le suspens qu'il nous laisse gravement sur notre faim.

00:42 Écrit par charlotte sapin dans Bande dessinée, Culture, Littérature belge, Littérature française, Livre, Manga | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

01/04/2012

Deuxième génération de Michel Kichka

culture,littérature,bande dessinée,BD,histoire,guerre,biographieEditions Dargaud - 104 pages

Présentation de l'éditeur : Deuxième Génération n'est pas un règlement de comptes avec un père ni avec l'histoire. C'est une tentative pour expliquer une enfance dans l'ombre de la Shoah. Michel Kichka, à travers des anecdotes formidables et des souvenirs aussi tragiques que précis, retisse la toile familiale de cette maison installée au cœur de la Belgique industrielle. Récit autobiographique d'une vie qui porte la douleur des siens, mais qui mesure l'urgence de s'occuper de ses besoins : celui de partir à l'âge de dix-huit ans, selon l'auteur, sur une "terre vivante".

Cette saga familiale illustrée nous raconte avec douleur et humour la vie dans l'ombre de la Shoah. Les victimes sorties vivantes de cette sombre période de l'Histoire ont eu des pages et des micros pour raconter l'indicible. Mais les enfants de ces morts vivants ? Car eux-aussi, à leur façon, ont perdu un bout d'âme en cours de route.

Michel Kichka se veut ici la voix de ces victimes par ricochet atteinte du syndrome de la deuxième génération. Un vibrant hommage au père mais surtout à ces enfants qui devaient avancer coûte que coûte et se réjouir toujours car ils n'avaient pas connu l'horreur.

Cet album rappelle, si besoin est, qu'en dehors de l'Histoire en général, les malheurs des histoires individuelles ou générationnelles n'ont rien de négligeable. Le désespoir ne souffre pas la comparaison. Rien que pour ce message, cet album est vraiment beau. Si l'on y ajoute un scénario bien découpé et un trait précis, l'on obtient un très bel album historico-biographique qui mérite le détour.

20:03 Écrit par charlotte sapin dans Bande dessinée, Bio/autobiographie, Culture, Littérature belge, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

10/08/2011

Alter ego de P.-P. Renders, D. Lapière et M. Reynès

Editions Dupuis

Scénario : Pierre-Paul Renders & Denis Lapière

Dessin : Mathieu Reynès, Benjamin Benéteau, Luca Erbetta, Efa, Emil Zuga

Couleur : Albertine Ralenti

Darius - 64 pages

Camille - 64 pages

Fouad - 64 pages

Park - 64 pages - A paraître le 26 août 2011

Noah - 64 pages - A paraître le 16 septembre 2011

Jonas - 64 pages - A paraître le 7 octobre 2011

Présentation de l'éditeur : L'Humanité est sous contrôle. Aux quatre coins du monde, six individus sont confrontés à une découverte scientifique d'une portée phénoménale. Sans le savoir, ils détiennent dorénavant notre liberté entre leurs mains.

culture,littérature,livre,bande dessinée,BD,polarculture,littérature,livre,bande dessinée,BD,polarculture,littérature,livre,bande dessinée,BD,polar

culture,littérature,livre,bande dessinée,BD,polarculture,littérature,livre,bande dessinée,BD,polarculture,littérature,livre,bande dessinée,BD,polar

Après avoir adoré Le Bar du vieux Français et Page noire, j'ai tendance à me précipiter sur les albums dont la couverture porte le nom de Denis Lapière. Une fois de plus, je n'ai pas été déçue - même si je n'aurai le fin mot de l'histoire que début octobre - avec ce thriller tentaculaire en six volets qui se lisent dans l'ordre choisi par le lecteur. Six albums, six protagonistes, une histoire commune. Une intrigue palpitante qui a le mérite de ne pas trop jouer sur les nerfs du lecteur puisque les six opus auront tous paru dans un timing de six mois.

Cette fiction est parfaitement orchestrée et particulièrement captivante et angoissante dans la mesure où elle repose sur une réalité plus que probable, une potentialité scientifique à vous glacer le sang. La construction d'une trame du point de vue de chacun des protagonistes n'est pas sans me rappeler l'excellent film Go de Doug Liman que j'avais adoré dans mes vertes années et pose le postulat selon lequel une adaptation de cette série franco-belge serait une réussite. Six actes à ne pas manquer où appétit de pouvoir, santé publique et avancées technologiques ne font pas bon ménage.

13/06/2011

Seuls de Gazzotti et Vehlmann

Editions Dupuis

Tome 1 - La disparition - 48 pages

Tome 2 - Le maître des couteaux - 48 pages

Tome 3 - La clan du requin - 48 pages

Tome 4 - Les cairns rouges - 48 pages

Tome 5 - Au coeur de Maelström - 48 pages

Tome 6 - La quatrième dimension et demie - 48 pages

Présentation de l'éditeur : Ils sont cinq... mais ils sont seuls. Il y a d'abord Yvan, 9 ans, l'artiste rigolo et carrément lâche. Il y a ensuite Leïla, 12 ans, la garçonne énergique et optimiste. Viennent ensuite Camille, 8 ans, la naïve généreuse et moralisatrice et Terry, 5 ans et demi, le gamin turbulent et attachant. Et puis, il y a aussi Dodji, 10 ans, l'ours au grand coeur. Ces cinq enfants se réveillent un matin et constatent que tous les habitants de la ville ont mystérieusement disparu. Que s'est-il passé ? Où sont leurs parents et amis ? Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans une grande ville vide et vont devoir apprendre à se débrouiller... seuls !

culture,bande dessinée,BD,littérature jeunesse,littérature,sf,polarculture,bande dessinée,BD,littérature jeunesse,littérature,sf,polarculture,bande dessinée,BD,littérature jeunesse,littérature,sf,polar

culture,bande dessinée,BD,littérature jeunesse,littérature,sf,polarculture,bande dessinée,BD,littérature jeunesse,littérature,sf,polarculture,bande dessinée,BD,littérature jeunesse,littérature,sf,polar

Parce que j'ai reçu en librairie un box plus que fourni de cette série à l'occasion de la sortie du tome 6, je me suis dit qu'il serait bon que je la lise enfin afin d'avoir les arguments pour la vendre massivement. Convaincue a priori que j'allais passer un simple bon moment en lisant une gentillette petite histoire pour la jeunesse, je me suis surprise à dévorer d'une traite les six tomes de ce thriller fantastique.

Si les premier et cinquième opus se sont vus décerner, à juste titre, le Prix jeunesse 9/12 ans du Festival d'Angoulême 2007 et 2010, je pense toutefois que la série peut se révéler un peu trop angoissante pour certains jeunes lecteurs. Pour les moins sujets aux terreurs nocturnes comme pour les adultes, cette saga est un réel plaisir. Suspens à gogo et frissons garantis. Pourquoi tout le monde a disparu ? Quels sont tous ces évènements étranges ? De nombreux éléments de réponse déjà dans ces six premiers albums mais la question reste entière puisque la série est en cours.

Pour les fans : un site dédié mais surtout, un jeu pour tenter de devenir le prochain héros de la série.