Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le connard du jour

  • Le connard du jour #3

    Bon en réalité, c'est le connard d'avant-hier mais vu le degré d'imbécilité, on peut légitimement estimer qu'il l'est devant l'éternel et que par conséquent, il n'y a pas de péremption de l'information. J'ai donc nommé : Jean-Paul Guerlain.

    Pour reconstituer : l'héritier de la célèbre marque en essences envoûtantes passait vendredi dernier sur le plateau du journal de 13 heures de France 2, présenté par la plus que passive Elise Lucet. Pour expliquer comment il avait séduit une femme en lui créant une fragrance, le parfumeur a jugé bon de traduire l'idée qu'il avait travaillé d'arrache-pied en disant qu'il s'était "mis à travailler comme un nègre". Et de préciser "qu'il ne savait pas si les nègres avait travaillé un jour, mais enfin".

    Déjà épinglé en 2002 pour l'emploi de clandestins dans sa plantation de Mayotte, on ne peut que douter des biens plates excuses du nez - qui ne l'a vraiment pas eu fin sur ce coup-là - disant que ses "paroles ne reflètent en aucun cas sa pensée profonde mais relèvent d’un dérapage hors de propos qu'il regrette vivement".

    Dans cette affaire, la médaille d'argent du racisme ordinaire revient bien évidemment à la journaliste qui n'a réagi d'aucune façon et ne s'est à aucun moment départie de son sourire à l'égard de son invité.

    L'on attend de pied ferme une condamnation exemplaire.

  • Le connard du jour #2

    ... est une connasse. Bah oui, ce n'est pas l'apanage de la gent masculine !

    J'ai donc nommé : Madame Betancourt.

    Non pas Madame L'Oréal en passe de sénilité, ni même son aspirante racketteuse de fille, mais l'ex-otage des Farc.

    Elle devrait d'ailleurs s'entendre à merveille avec son homonyme qui essaie désespérément de faire interner sa radine de mère pour mieux la dépouiller, puisque non contente d'avoir été odieuse avec ses co-détenus et insatisfaite d'avoir été salope avec son mari qui s'était battu pour elle pendant toute sa captivité, Ingrid, cette chère Ingrid, a tenté d'extorquer des fonds à la Colombie ainsi qu'à la France pour le préjudice subit par ses années perdues dans la jungle.

    Et de "renoncer" à ces indemnités réclamées et de s'embourber dans de pseudo-excuses...

    Le vice-président colombien lui a ironiquement décerné les "prix de l'ingratitude extrême". Je lui attribue à mon tour celui de la connasse du jour. Quand la femme icône devient la femme e-conne.

  • Le connard du jour #1

    J'ai nommé : Kemi Seba.

    Ce « ministre francophone » de l'organisation afro-américaine « New Black Panther Party For Self-Defense » - pour ne citer que cette partie de son pathétique curriculum vitae très clairement étayé par les seuls articles connexes du lien Wikipedia ci-dessus - est tout simplement la tragédie de la communauté noire.

    Que cet ethno-différentialiste, que dis-je, ce Le Pen strasbourgeois aux couleurs béninoises ose reprendre les mots d'Aymé Césaire pour défendre son indéfendable cause est juste abject.

    Ses nouvelles provocations.

    A l'attention de cet adepte imbécile de la théorie du complot : oui je suis une femme blanche qui contredit un homme noir. Cela fait donc forcément de moi une femme raciste. Je n'ai d'ailleurs choisi un compagnon noir que dans le but d'assouvir mon vice colonial intrinsèque toubab, c'est évident.