Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Education

  • Dégénération

       Un criminel en puissance de 17 ans (un certain Mathieu), déjà impliqué dans une affaire de viol en 2010, peut s'inscrire dans un établissement scolaire (le collège Cévenol de Chambon-sur-Lignon) où il détecte sa prochaine proie (Agnès Marin), la viole et la tue dans des conditions déclarées atroces par les légistes, sans qu'a priori personne dans la commune ne soit informé du danger rôdant à proximité.

       Un parti politique français (le PS), en pleine période pré-électorale et non des moindres puisqu'il s'agit de la présidentielle, ne prononce pas catégoriquement le renvoi pur et simple d'un de ses plus célèbres représentants (Dominique Strauss-Kahn alias DSK) qui, après la tourmente de l'affaire Nafissatou Dialo aux Etats-Unis, a été non condamné grâce à la prescription pour tentative d'agression sexuelle avérée sur la personne de Tristane Banon.

       Un président de la République française (Nicolas Sarkozy Ier) peut prendre une chambre d'hôtel à 37 000 euros la nuit (selon le sensationnaliste The Sun) qui n'en vaudrait "que 3 500" (!) (selon Franck Louvrier, conseiller en communication - à n'en pas douter honnête et impartial - de l'Elysée) pendant un G20 consacré à la crise mondiale et au naufrage de la zone euro, alors même qu'il demande aux Français, surtout les plus modestes comme toujours, de se serrer la ceinture très fort, de perdre leur emploi (plan social annoncé de la BNP pour n'en citer qu'un) et de payer plus d'impôts pour payer la dette des Grecs qui, eux, n'en payent pas et ne comptent pas changer cet état de fait, et malgré tout, gagner des points dans les sondages.

       Deux connards (un certain Jacquard et un certain Saïdi) peuvent empêcher leur voisinage (dont moi) de dormir pour cause de tapage récurrent, peuvent menacer verbalement et physiquement, injurier racialement (mon compagnon doudou des îles) et harceler par des déménagements nocturnes, des martèlements au sol (les voisins du dessous étant évidemment ma moitié et bibi) et des coups de pieds violents tout au long de la nuit dans la porte d'entrée des deux seuls voisins (mézigue et mon conjoint), terrorisés commes les autres, mais qui sont les seuls à contacter les pseudo-forces de l'ordre et le syndic, sans que rien ne puisse être fait contre eux. Parce que tant qu'il n'y a pas de sang, les flics ne peuvent rien faire. Dura lex, sed lex. Parce que le syndic-bailleur se contente de courriers "de plus en plus fermes" (sic) pour résoudre le problème. Parce que la loi précise que la seule chose à faire est de ne pas renouveler le bail de ces individus ; bail de 3 ans donc et individus arrivés depuis trois mois à peine.

       Un homme (Frédéric Matwies) peut battre, brûler avec des cigarettes et faire manger des crottes de lapin à sa compagne et mère de ses deux filles pendant dix ans, finir par tenter de la poignarder et s'en sortir avec trois mois de sursis, une obligation de soins, la garde de ses filles et la possibilité de gagner de l'argent en écrivant un livre sur sa vie de malade (minable). Il y avait un monstre en moi aux Editions Michalon.

       Des millions de gens sont copains commes cochons, s'embrassent à qui mieux mieux quand l'équipe de France gagne un match de foot (la finale de la Coupe du Monde 1998) mais personne n'est assez solidaire pour partager ne serait-ce que sa bouffe pour régler le problème de la faim dans le monde alors que les ressources sont suffisantes.

    Une liste non exhaustive du monde dans lequel on vit. Un pays, des représentants, une justice, des hommes qui marchent cul par-dessus tête, où l'honnête citoyen n'est plus protégé et n'a aucun moyen de se défendre. Je suis la seule à être fed up ou quoi ?

  • Il était une histoire...

    Apprendre à lire est un enjeu essentiel de l'enfance. Malheureusement, dans cette ère du numérique, l'intérêt des enfants est davantage porté sur l'utilisation d'un ordinateur ou d'une console que sur la consultation d'un livre. Sans compter que ce support papier est devenu un quasi luxe à l'heure de la baisse croissante du pouvoir d'achat.

    C'est face à ce double constat que la Maif et Rue des écoles ont lancé, voilà plus d'un an, la première bibliothèque numérique entièrement gratuite pour les enfants de 3 à 10 ans. Iletaitunehistoire.com propose quelques 200 oeuvres (classiques, contemporaines et de tous horizons : Afrique, Asie...), chaque semaine plus nombreuses, réparties en différentes catégories pour s'adapter à tous les goûts : albums & histoires, contes & légendes, fables & poésies, comptines & chansons, documentaires et même histoires en anglais pour aller au devant d'une nouvelle langue.

    Une fois la thématique et le titre choisis, le petit lecteur peut opter pour différents modes de lectures : lire l'histoire présentée en mode texte, écouter l'histoire lue par un comédien, regarder l'histoire présentée sous forme de vidéo ou d'animation, lire l'histoire avec une aide (fonction karaoké). Au fil de la lecture, il suffit de passer sa souris sur les mots ou expressions difficiles pour en obtenir le sens. En marge, une rubrique "découvrir" permet d'approfondir l'univers, les personnages et les thèmes abordés dans l'histoire et une rubrique "jouer" permet de tester compréhension et mémorisation à l'aide de quiz sonorisés et illustrés. Il est bien évidemment possible d'imprimer l'histoire pour la découvrir de manière traditionnelle.

    L'ensemble de la bibliothèque est disponible en téléchargement PDF ou MP3. Le petit apprenti (ou émérite) peut se composer sa bibliothèque personnelle en y ajoutant ses histoires préférées et peut contaminer ses petits camarades à ce très bon virus qu'est la lecture en transférant ses coups de coeur d'un simple clic. Et parce qu'au côté éducatif s'ajoute immanquablement une dimension ludique à toute bonne pédagogie, des bonus sont proposés au fur et à mesure des lectures : puzzles, coloriages, activités manuelles, etc.

    Côté parents, un espace réservé permet de suivre les lectures et les jeux de l'enfant pour cerner ses progrès et connaître ses goûts pour d'éventuelles idées cadeaux. Côté enseignants, il est possible de commenter ou recommander chaque histoire pour aider les parents et collègues dans leur sélection mais surtout, d'accéder à des fiches pédagogiques utilisables en classe, aussi librement que l'ensemble de la bibliothèque.

    Voilà un outil qui s'adapte indiscutablement aux tendances tout en permettant d'acquérir les bases fondamentales et qui contribuera, on l'espère, à réduire le décrochage scolaire et le handicap social.

    Article sponsorisé

    Partage propulsé par Wikio

  • Comment dresser son enfant en 50 leçons

    dresser.jpg50 conseils pour charmer et désarmer votre mini-adversaire

    Editions Marabout - 96 pages

    Quatrième de couv' : Les bambins peuvent avoir l'air angélique mais ils arriveraient à venir à bout de la patience d'un saint. La vie quotidienne est un bras de fer et le mot préféré de votre petit chéri est "NON", mais voici de l'aide grâce à ces stratégies testées et approuvées qui vous permettront de renforcer votre détermination, de maîtriser votre jeune rebelle et de transformer le chaos ambiant de votre vie en havre de paix.

    Et ben voui, maintenant que je suis libraire, j'ai accès à tous les sujets. Et certains m'intéressent de plus en plus...

    Dans ce petit guide donc, l'on trouve ou l'on retrouve (selon...) des tas d'astuces pour surmonter les inévitables crises causées par ce que les déjà-parents vous affirment n'être "que du bonheur" (c'est ça ouais...). L'on y apprend à gérer au mieux les crises de nerfs, l'exhibitionnisme, les goûts parfois surprenants, les mauvaises manières etc. etc. de notre chère progéniture. L'idée centrale étant bien sûr que c'est pas le bout de chou le patron, mais que ce n'est pas une raison pour agir comme le nôtre que l'on critique à longueur de temps. En un mot (enfin trois) : patience, dialogue et diversion sont les clés du succès.

    Enfin, disons, de la non-sempiternelle défaite...

    Reproduisez-vous qu'y disaient...