Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réflexion - Page 5

  • Con dit : si on...

    Pendant longtemps j'ai cru que l'amour, le vrai, était inconditionnel. Et puis l'âge... et les échecs... aidant, j'ai fini par0f02850e73d1dab9779fad4f235b43f0.jpg accepter qu'entre la vie et la littérature, il y avait un monde. Contractuel. J'ai donc rangé ma passion et activé ma raison.

    Si on a un problème, on en discute.

    Si on ne regarde plus dans la même direction, on se sépare proprement.

    Pour chaque chose, il y a une règle, parfois tacite.

    Mais la vérité, c'est que malgré la tristesse conditionnelle, les règles restent faites pour être bafouées. Et l'homme est un arnaqueur professionnel.

  • Mal embouché

    bd3abd353307d7df0e90a6f5c3df8c90.jpgA tous les fabricants de conditionnements - qu'il s'agisse de déodorant, de bouteille d'huile, de dentifrice, de pot de sucre, de tube de colle... tout quoi -, je suggère pour l'avenir l'idée de privilégier davantage la fermeture clip que le système vissable. Parce qu'on vit dans un monde où les gens sont de tels feignants - s'en est presque difficile à concevoir -, qu'une simple torsion du poignet pour reboucher correctement les produits utilisés est un effort surhumain. A moins qu'en fait, le système ne soit tout simplement trop complexe pour eux... 

    Quoi qu'il en soit messieurs les packageurs, vous faciliterez la vie des paresseux ou limités ainsi que celle de ceux qui doivent ramasser, éponger ou que sais-je encore du fait des manchots du bouchon en adoptant un système plus ergonomique. En vous remerkiant !

  • Chronique d'une ambivalente #11

    Quand on me côtoie, on sait que je suis quelqu'un d'exigeant avec les autres - à peu près autant qu'avec moi-même, ce qui n'est pas peu dire -, que j'ai la langue bien pendue et la critique facile. De manière catégorique, je passe pour une langue de pute aussi blasée que cynique.

    Quand on me connaît, je suis exigeante, critique, blasée et cynique... et toujours déçue qu'on me donne raison d'être telle que je suis. Parce que la vérité, c'est que la vile laideur est partout, qu'elle prend toutes les formes possibles et que sous mes airs de "revenue de tout", je suis une naïve mille fois désenchantée mais désespérément incurable.

  • Temps et rature

    Le verbe aimer est le plus compliqué de la langue française. Son passé n'est jamais simple, son présent est imparfait et son futur toujours conditionnel.

    Jean Cocteau

    Pour ne pas dire antérieur... J'endure froidure... On efface tout et surtout, on ne recommence pas.

  • Messe qui ne rit...

    Vous avez souvent vu vous des gens s'éclater à l'office du dimanche ? Des gens y retourner plus par envie que par habitude ? Des gens y sourire continuellement de manière extatique ? Des gens profondément investis prêts à tout sacrifier pour leur foi ? Des gens fondamentalement tolérants ? Des gens qui ne pensent qu'à appliquer les beaux préceptes dominicaux tout au long des six autres jours de la semaine ? Des gens qui pensent réellement aux autres avant eux-mêmes, qui aiment leur prochain plus qu'eux-mêmes ? Des gens qui se donnent les moyens de réinventer leur ferveur plutôt que de la laisser s'enraciner dans des cultes routiniers voire dépassés ?

    L'amour est une religion.