Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

internet - Page 7

  • Ice time

    Avec Alsa, voici venu le temps des sorbets sans sorbetière !

    Faut dire qu'avec le retour tant attendu du soleil, c'est plutôt bonnard de pouvoir se concocter en un tournemain son petit rafraîchissant maison. Enfin en un tournemain, disons plutôt en un tour de mixeur puisqu'il suffit de mélanger 500 grammes de fruits frais bien mûrs au sachet de préparation Ma Glace Maison (sans colorant ni arôme artificiel, prix de vente conseillé 2,49 €), de faire bzz bzz, de verser le mélange (900 ml) dans un bac, de le placer bien refermé pendant 6 heures au congélo (à - 18°C) et c'est prêt ! L'avantage étant de pouvoir réaliser ses propres recettes au gré de son imagination, à conserver jusqu'à 12 mois au congélateur.

    C'est ultra simple même s'il faut, comme pour toute chose, respecter deux-trois principes tout de même. A savoir : il ne faut en aucun cas utiliser de fruits surgelés car comme chacun le sait, un produit décongelé ne peut être recongelé. Il est également conseillé de ne pas utiliser de fruits trop durs tels que la pomme (dommage, j'imaginais bien une petite glace pomme-canelle...). Par ailleurs, il faut incorporer de l'air en mixant pour avoir une texture plus aérienne et foisonnée. Enfin, la préparation n'est pas adaptée pour réaliser des glaces au chocolat, à la vanille... En revanche, il est possible d’agrémenter les recettes avec de la chantilly, du yaourt, des inclusions (pépites de chocolat...). L'utilisation du sachet entier permet d'obtenir une glace onctueuse et celle d'un 1/2 sachet (toujours avec 500 grammes de fruits) permet d'obtenir un effet sorbet.

    Comme je ne suis pas une kamikaze culinaire, je me suis basée sur une recette proposée : glace à la fraise au lait d'amande. J'ai donc mixé comme suit : 300 grammes de fraises lavées et équeutées, 1 sachet de Ma glace maison aux fruits Alsa, 5 ml de jus de citron. Une fois le mélange homogène et mousseux (ne pas oublier d'incorporer de l'air !), j'ai ajouté progressivement les 200 ml de lait d'amande - toujours en mixant. Après 6/7 h au congél' - dans un récipient fermé -, j'ai pu déguster : mmmhhh, miam !

    Ce produit est donc idéal puisqu'il ne nécessite pas de posséder une sorbetière. Il faut néanmoins avoir un robot (il ne faut jamais trop froisser les constructeurs d'électroménager...). Comme ce n'est pas le cas de tout le monde, Alsa organise un concours jusqu'au 7 juin sur www.alsa.fr pour tenter de gagner des yaourtières et des pieds mixeurs Moulinex. Des idées recettes de glaces seront bientôt disponibles sur ce même site.

    Découvrez d'autres témoignages produit et des idées recettes sur : Ok ce Bon, Papilles et Pupilles, Mes Petits Bonheurs, Audrey Cuisine, Cuisiner tout Simplement, Chef Nini ou encore Libelul.

    Article sponsorisé

  • Les produits laitiers...

    De plus en plus de produits sont réalisables chez soi par soi-même. Outre l'immense satisfaction que cela procure - de l'art de l'auto-congratulation culinaire -, c'est aussi un excellent moyen de ne pas se faire racketter par les lamentables enseignes ou professions (boulangers par exemple) qui ont cupidement profité de l'euro et autres "bonnes excuses" pour faire exploser leurs prix.

    Donc réaliser soit même ses produits est non seulement gratifiant mais également un acte économique révolutionnaire.

    Si la fabrication de son propre pain ne nécessitait pas de toujours passer par la case boulangerie, celle de yaourts exigeait quant à elle de toujours consommer a minima des produits frais puisque qu'il fallait toujours utiliser un yaourt industriel pour confectionner ses yaourts home made sans additifs. Exit les rayons frais comme les boulangeries ! Alsa lance le premier ferment lactique disponible en grande surface.

    C'est tout simple : il suffit de bien mélanger un sachet de ferments dans un litre de lait entier UHT à température ambiante, de répartir le mélange dans les pots, de placer ces derniers dans la yaourtière, de lancer le programme (8h environ) et de mettre les pots au réfrigérateur au moins deux heures avant de les déguster (conservation pendant 7 jours). Ne reste qu'à choisir préalablement le sachet Mon Yaourt Maison, Mon Bifidus Maison et Mon Yaourt Maison onctueux selon les préférences.

    C'est donc simple, rapide, pas cher (prix de vente conseillé de 2,75 € pour quelque 32 yaourts) mais c'est surtout l'occasion de savourer de l'authenticité mêlée d'innovation : à la confiture, au miel, aux fruits, à la vanille, au sirop... chaque paquet de ferments lactiques Alsa renferme des idées recettes qui n'ont pour frontière que les limites de l'imagination. Pour davantage d'avis et tenter de gagner des sachets Alsa, rendez-vous chez Okcebon, Papillesetpupilles, Mespetitsbonheurs, Audreycuisine, Recettesnath, Mercipourlechocolat ou encore chez Chefnini.

    Pour  celles qui ne seraient pas encore équipées (ou ceux hein...), Alsa et Moulinex proposent à l'occasion de la fête de mères une offre de remboursement conjointe de 10 € pour l'achat de deux produits de préparation pour yaourts Alsa et d'une yaourtière Yogurto dans laquelle se trouve un sachet de Mon Yaourt Maison ainsi qu'un bon de réduction de 0,50 €.

    Last but not least, un jeu concours est organisé début mai sur www.alsa.fr pour tenter de ganger des yaourtières et des pieds mixeurs Moulinex.

    Ne ratez pas de pures sensations avec nos amis pour la vie !

    Article sponsorisé

  • Mmmhhh, chocolaaaaaaat... Suchaaaaaaaard !

    Combien d'entre vous serez prêts à se damner pour un délicieux, onctueux, crémeux, sucré, croustillant, fondant Rocher Suchard ? D'un point de vue statistique, si l'on retire les allergiques, les masochistes et les personnes dépourvues de goût qui prétendent ne pas aimer le chocolat, je dirais... mmmhhh... environ 99,5 %. Plutôt honorable comme moyenne.

    Et bien, réjouie-toi, chère majorité de la population. Le chocolat de toutes les impertinences à créer le "8" : la maison des plaisirs défendus au Scopitone. Suchard revisite les coulisse de ce lieux mythique depuis le 8 et ce, jusqu'au 13, sur la thématiques des 7 péchés capitaux. Un programme osé et éphémère à ne pas manquer, dans une ambiance feutrée et intimiste où plaisirs et gourmandises sont de rigueur. Les épicuriens las des interdits, de la bienséance et des protocoles pourront s'évader sur le dancefloor des salles cachées du Scopitone animé par des groupes et Dj's interprétant à leur façon l'envie, la gourmandise, la paresse, l'orgueil, la colère, l'avarice et la luxure.

    Ce soir, venez déguster une soirée unique jusqu'à six heures du mat'. Et demain, tous les péchés seront permis lors de la soirée privée de clôture, l'Illicit Party. Vous pouvez dès à présent visionner le clip sur un air de ragtime avec la participation d'Hélèna Noguerra et de Marc Collin de Nouvelle Vague sur le site 8 by Suchard.


    Le 8 by Suchard
    envoyé par Mindshare. - Regardez plus de vidéos comiques.

    Article sponsorisé

  • La vie d'une autre de Frédérique Deghelt

    vie d'une autre.jpgEditions Actes Sud - 252 pages

    Quatrième de couv' :  Marie a vingt-cinq ans. Un soir de fête, coup de foudre pour le beau Pablo, nuit d'amour et le lendemain... Elle se réveille à ses côtés, douze ans plus tard, mariée, mère de trois enfants, sans un seul souvenir de ces années écoulées. Comment faire pour donner le change à son entourage ? Et comment retrouver sa propre vie ? C'est avec une énergie virevoltante et un optimisme rafraîchissant que Frédérique Deghelt a écrit ce roman sur l'amour et le temps qui passe, sur les rêves de jeunes filles confrontés au quoitidien et à la force des choix qui déterminent l'existence.

    Après Bonne à tout faire, Brel par Leloir, Tant que je serai noire, Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates et Les rois du crimes, Babelio m'a permis de me plonger dans le Prix des lecteurs sélection 2010. Décidément, j'ai du bol, je pourrais être obligée de me colter un gros navet - auquel cas, si je n'avais pas la manie de toujours laisser sa chance au produit jusqu'au dernier mot, je pourrais tout à fait m'arrêter au bout de quelques pages en déclarant "illisible" - mais non. Une fois encore, l'attribution semi-aléatoire m'a gâtée.

    Derrière une simple histoire d'amnésie, c'est toute une réflexion sur l'amour, l'amitié, la vie qui est menée avec brio jusqu'au final. De quoi remettre en perspective le "travail de mémoire". C'est très agréablement écrit et le suspens, sans être insoutenable, oblige le lecteur à ne pas lâcher facilement son livre.

    Extraits :

    "Et alors, qu'est-ce que tu deviens ?" Une question qui m'a toujours donné envie de répondre : "Rien." Est-ce qu'il faut vraiment devenir quelque chose ou quelqu'un aux yeux de celui qui vous signifie ouvertement une sorte de mépris anticipé ? Ou simplement la question exprime-t-elle qu'il n'y a pas d'écoulement du temps sans devenir, pas de possibles retrouvailles sans évolution ?

    ...

    Mais aujourd'hui, je ne sais plus où est l'amour. Est-ce que j'aime Pablo ? Ai-je cessé de l'aimer ? Ai-je voulu oublier que je ne l'aimais plus ou ai-je voulu l'oublier pour l'aimer à nouveau ?

    ...

    Avant, il ya a douze ans ou quatre semaines, je n'étais pas un modèle de fidélité. Je pensais l'amour en termes de plaisir. Je n'avais aucun esprit de vengeance, aucune ardeur pour combler les manques de l'un avec la nouveauté de l'autre. Je regardais avec consternation le cirque des petits couples qui m'entouraient. J'avertissais mes amants : J'ai besoin de liberté. Je ne comble jamais les vides, j'accumule le bonheur. L'autre n'a rien que vous n'avez pas. Il est juste un autre, et en cela, il est irremplaçable. En face, c'était l'incrédulité ! Le principe affirmé de la jouissance à deux et sans la contrainte de l'exclusivité n'est pas facile à assumer pour une femme. Tout de suite, on me reprochait de fonctionner comme un homme, ce qui est un comble ! une hérésie totale !

    ...

    Vous connaissez sûrement l'histoire extrêment bourgeoise que l'on raconte sur la longévité des couples : c'est un petit vieux et une petite vieille de quatre-vingt-seize et quatre-vingt-dix-huit ans qui demandent le divorce. Et l'avocat étonné leur demande : " Pourquoi divorcer après tant d'années de vie commune ?" Le plus sérieusement du monde, ils répondent : " On attendaient que les enfants soient morts." C'est terrible, dis-je tout en riant. Oui, c'est effectivement ce qu'on pense quand on nous la raconte. Et elle fait plus ou moins rire selon les personnes. Mais notez tout ce qu'il y a d'espoir sur la vie qui reste. Et c'est cela, Marie, que dit cette histoire plus philosophique qu'il n'y paraît : à tout âge, quelles que soient les convenances stupides d'un environnement ou d'une morale, on a encore droit au bonheur quand on s'est trompé.

    ...

    Quand nous ne pouvons plus rien maîtriser des sentiments, des émotions qui nous arrivent, quand des forces extérieurs rencontrent nos gouffres intérieurs, nous mourrons ou nous devenons fous. Votre personnage et moi n'avons pas su choisir. Nous avons suicidé l'intérieur et, vus de l'extérieur, nous sommes fous...

    ...

    J'ouvre une année puis une autre, je parcours, je vais en diagonale ! A la fin de l'après-midi, j'ai retenu des perturbations du monde la guerre du Golfe, la guerre en Bosnie, le deux cent millième épisodes des conflits israëlo-palestiniens, une impressionnante avancée du sida, la chute du mur de Berlin, la mort du communisme, la France titulaire de la Coupe du monde de football, des guerres un peu partout, ethniques, affreuses... Et toutes les informations qui me semblent minimisées mais vont sans doute marquer les années à venir : le réchauffement de la planète, la percée de la couche d'ozone et la folie humaine de vouloir tout fabriquer, même ce qui est vivant ! Bref, le coup de théâtre du siècle n'a pas eu lieu pendant que je "dormais". Mais tout prendre ainsi en pleine face en un seul après-midi me cloue de peur. J'avais raison de ne pas me pencher sur tout ça. Ce n'est que du passé... A un détail près. Mes enfants vont vivre dans ce monde-là et le recul que me donne cette froide découverte est bien plus effrayant que les événements vécus au jour le jour. En sortant de la bibliothèque ce soir-là, je regarde autour de moi et il me semble voir le monde en sursis...

    ...

    "Les gens qui ne pleurent jamais sont pleins de larmes. Mais les gens qui ne rient jamais ne sont pas pleins de rires, ça se saurait !"

  • 10 vies, 10 destins... Le reveal !

    Quelle était donc la clé de cette énigme derrière les dix visages en noir et blanc ? Quelle était cette aventure humaine intitulée 10 vies 10 destins. L'heure de la révélation a sonné : il s'agissait des premiers maillons de la chaîne de solidarité du don et de la greffe de moelle osseuse à l'occasion de la 5e semaine de mobilisation pour la cause organisée du 8 au 14 mars par l'Agence de la biomédecine, en collaboration avec l'Etablissement français du sang, les centres hospitaliers et les associations.

    Brigitte, Erick et Stanko sont inscrits sur le Registre France Greffe de Moelle pour, un jour peut-être, donner une seconde chance à une personne atteinte d'une grave maladie du sang. Amaury, Muriel et Soline ont, quant à eux, eu le privilège de faire don de leur moelle osseuse et offert une chance de guérison à des malades. Last but not least, Eric, Karine et Sandra ont eu le bonheur de bénéficier d'une greffe ; ils sont guéris aujourd'hui ou en cours de rémission et ce, grâce à l'engagement désintéressé de personnes bien portantes.

    Ce lien unissant ces dix personnes est aussi celui de milliers d'autres et plus encore si chacun s'inscrit sur le fameux Registre. L'objectif de cette semaine de mobilisation est bien sûr d'informer, de sensibiliser le plus grand nombre... mais surtout, de pousser à passer à l'acte en récoltant concrètement 38 000 nouvelles adhésions.

    Pour cette édition, l'Agence de biomédecine vous propose de devenir donneur en un clic et de vous mobiliser en créant votre message de solidarité en mettant en scène le mot d'ordre "Ma chance, c'est vous !". Vous pouvez également créer une page personnelle pour recruter deux personnes de votre entourage... et bien plus encore, on l'espère.

    Merci d'avance.

    Article sponsorisé