Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

france - Page 2

  • Sheryfa, fais-moi peur...

    Non, vous n'hallucinez pas, je vais bien vous parler de Miss déni de grossesse. Non pas que je sois fan de la popstar Sheryfa Luna, loin, biiiiiien loin de là. En fait, je n'évoque le sujet que parce que je suis consternée.

    Que la demoiselle ouaich ouaich cause pas le français dans le texte, on l'excuse, elle est pas la seule et c'est pas tout à fait de sa faute, même si aller à l'école, ça peut aider, mais quand on entend les fautes grammaticales ou syntaxiques que font aujourd'hui les journalistes, on se dit que bon. Bref. Mais que sa maison de disques lui fasse chanter "Malgré que tu me manques", on se dit "au secours !". Soit c'est un plan com' de ridiculisation de la chanteuse, soit c'est une goutte d'eau dans la mer du grand complot du nivellement par la connerie.

    Déjà qu'avant ça, le très incorrect "malgré que" était ancré plus que de raison dans le mauvais verbe français, mais là, c'est foutu !

    Sauf si l'on considère que Sheryfa Luna est loin d'être une star de poids pouvant irrémédiablement porter préjudice à la langue française...

  • Rentrée littéraire : Passé sous silence d'Alice Ferney

    Editions Actes Sud - 204 pagespassé sous silence.jpg

    Présentation de l'éditeur : Passé sous silence est le récit, en forme de conte historique, d'un événement réel de la seconde moitié du XXe siècle. Les dates, lieux, noms de personnes ont été effacés, mais les choses dites l'ont été et les fait sont authentiques : dans un moment décisif de notre histoire s'affrontent deux visions de l'honneur et du service de l'Etat. Entre la Terre du Sud et le Vieux Pays, une guerre d'indépendance s'éternise. Pour la finir, le Vieux Pays rappelle au pouvoir son chef le plus prestigieux. Une fois investi, le souverain n'agit pas comme on l'attendait. Contre ce pouvoir, un jeune officier mène une conjuration jusqu'à l'attentat. Sain et sauf, le chef de l'Etat accordera-t-il sa grâce ? Pour raconter ce moment singulier où un héros s'est retrouvé juge et partie, Alice Ferney convoque tour à tour les pensées des deux protagonistes. Une documentation méticuleuse et une précieuse prise en compte des mécanismes psychologiques lui donnent l'audace de soulever la chape du silence. Avec la volonté ardente d'exhumer une injustice, et sans jamais juger, Alice Ferney essaie de comprendre ce qui, dans des temps troublés, a pu mener un homme à mourir et un autre à condamner. Elle touche en vérité le point focal d'un drame national qui irradie encore. Et fait entendre, avec un efficacité saisissante, la voix du romancier face à l'Histoire.

    Certains ne trouvent pas ce roman à la hauteur d'Alice Ferney et estiment que la façon de traiter le sujet est un peu tiré par les cheveux au regard de l'Histoire. Mais pour une lectrice telle que moi qui ne connaît que de loin la guerre d'Algérie et l'attentat du Petit Clamart, ce roman est une vraie prouesse et la plongée dans la psychologie des protagonistes est captivante. Les gaullistes convaincus ne manqueront pas de blêmir à cette représentation peu flatteuse de leur héros et à la quasi-glorification du responsable de la tentative de coup d'Etat. Les autres seront comme moi révoltés qu'un homme n'ayant pas tiré et n'ayant pas tué fut condamné à mort à la suite d'un procès arbitraire supervisé par l'ego du Général. De quoi diviser les opinions. Mais il ne laisse en aucun cas indifférent et rien qu'en cela, c'est une réussite.

  • Les Bleus, ça fait mal...

    Et en la matière, ni l'Arnica ni le Synthol n'ont la capacité de soulager la douleur.

    Moi qui déteste le foot et tout ce qui l'entoure, je profite que tout le monde est énervé pour balancer un peu sans risquer de me retrouver avec un contrat sur la tête de la part de quelques suppporters fanatiques.

    Donc.

    Déjà que nous les Français, on avait mauvaise réputation à l'étranger mais là, c'est le pompon. En plus de "sales cons", voilà que maintenant on nous prend pour des imbéciles.

    Faut dire qu'avec des mecs qui n'avait pas compris que leur statut de sportifs pétés de thunes leur permettait de tirer leur coup gratos, fallait pas s'attendre à grand chose.

    Je me demande ce que Raymond va nous réserver comme scoop pour faire oublier ce fiasco...

    Peut-être qu'Estelle demande le divorce ?

    Mouahahah.

  • God save la France de Stephen Clarke

    god save la france.jpgEditions du Nil - 318 pages

    Quatrième de couv' : Nom : Paul West. Âge : 27 ans. Langue française : niveau très moyen. Fonction : jeune cadre dynamique promis à un grand avenir. Occupation : déjouer les pièges potentiellement désastreux du quotidien français. Hobbie : lingerie féminine. Signe particulier : Paul West serait le fruit d'un croisement génétique entre Hugh Grant et David Beckham. Jeune Britannique fraîchement débarqué à Paris, créateur, en Angleterre, de la fameuse enseigne Voulez-vous Café Avec Moi, Paul a bien du mal à s'adapter au pays des suppositoires, des grèves improvisées et des déjections canines. Et il n'est pas au bout de ses surprises... "Une véritable comédie à l'anglaise (...)" Sabine Audrerie - Le Figaro Magazine "(...) un hilarant best-seller." L'Indépendant

    Une fois encore, je me félicite de ne jamais lire les rubriques littéraires des journaux. Je choisis moi-même, je me goure (rarement) toute seule et je n'en veux à personne. Hilarant ? Best-seller ? Parle-t-on du même livre ?

    Ok, nous les Français sommes de sales cons raleurs et prétentieux. Mais là, s'il y a du vrai, c'est un peu too much, comme la légende du l'humour anglais qui ici n'est vraiment pas flagrant. Nos défauts pourraient donner lieu à des mises en scènes poilantes mais on ne trouve dans A year in ze merde (titre original bien plus méritant) du plat, rien que du plat.

    Même pas à ranger dans les "lectures d'été".

  • Chronique street #2

     

    bonnard.jpg

    Bonnard - Yonne (89)

    La Bourgogne est réputée pour ses vins et pour sa gueule langue de bois : on n'y parle jamais directement d'alcoolisme. Notons qu'il est tout de même plus mignon d'appeler sèche bouteille un pochtron.