Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

de tout et de rien - Page 5

  • Comment séduire (et conclure) en 3 étapes

    Seul le public majeur et averti est habilité à lire ce post mais n'ayant pas la capacité technique de vérifier qu'il en ira bien ainsi, je n'ai qu'une chose à dire : fais-toi plaiz' jeune padawan.

    L'expression consacrée étant "jamais deux sans trois", après la visite guidée et les idées St-Valentin, je vais vous replonger dans l'univers de SexyAvenue, le site partenaire des moments hot proposant des services et produits érotiques branchés et ludiques pour s'épanouir sexuellement seul, à deux ou à plusieurs. Aujourd'hui, le but de l'annonceur est de m'extorquer les 3 conseils séduction pour une soirée intime réussie. Etant femme à brouiller les pistes des fois que je risquerais de trop me dévoiler, je vais donner trois fois trois conseils, histoire de m'adapter aux différentes cibles... Et qui sait, peut-être serai-je triplement rémunérée. Vous en doutez ? Oui, moi aussi, mais n'allons-nous pas parler de fantasmes ? Alors autant se mettre en condition !

    Donc.

    Primo : la tactique romantique (lui pour elle)

    Bander délicatement les yeux de sa belle pour l'emmener by night dans un endroit romantique (exemple le Pont des Arts) et trinquer en amoureux dans un cadre idyllique. NDLR : prévoir la bouteille et les verres ; plan réservé aux heureux propriétaires d'une voiture sous peine d'infliger un moment de solitude à sa douce, affublé d'un loup avec "sexy" inscrit en gros dessus.

    Après cette petite escapade, regagner ses pénates pour profiter à deux d'un bain chaud moussant tout en continuant à déguster un excellent vin, cette fois-ci accompagné de petits canapés savoureux. NDLR : éviter les aliments du type caviar qui laissent de disgracieux grains entre les dents ; ne pas trop boire ; plan réservé aux heureux propriétaires d'une grande baignoire.

    Laisser courtoisement la demoiselle se sécher en s'esquivant rapidement de la salle de bains... et lui tracer un chemin de roses pour l'inciter à vous rejoindre. NDLR : aucune recommandation ou restriction donc pas la peine de râler.

    Segundo : la stratégie harpie (elle pour lui)

    Se faire une beauté et revêtir ses plus beaux atours. NDLR : la combinaison lingerie fine / bas / porte jarretelles, uniquement dissimulés sous un trench, est préconisée.

    Débarquer à l'improviste chez son homme, en arborant une moue affectée du type "faut qu'on parle". Lui demander de s'asseoir. NDLR : être sûre de ne pas tomber sur le moment où monsieur reçoit sa maîtresse ; ne pas trop bien jouer la comédie de la boudeuse dès fois qu'il monte sur ses grands chevaux et sorte les vieux dossiers avant vous.

    Se débrouiller pour attacher monsieur, jouer la carte du strip tease en arrachant son trench, se trémousser, masser, titiller, susurrer jusqu'à l'insoutenable et... lâcher le fauve.

    Tertio : le dessein on se marre bien

    Parce qu'il est dit que "femme (ou homme d'ailleurs) qui rit à moitié dans son lit"... et que les idées ne manquent pas. Combo pour totale crampe d'abdos : le déguisement limite ringard et le gadget qui déstabilise avant de s'atteler aux positions les plus improbables du Kamasutra.

    Pour ceux qui ne seraient pas enthousiasmés outre mesure par mes suggestions ou qui manqueraient d'inspiration - quasi fatalité dès l'instant où le partenaire demande "quel est ton fantasme ?" -, SexyAvenue propose une rubrique Les 10 conseils de séduction pour entretenir la flamme et pimenter le quotidien.

    Take pleasure !

    Article sponsorisé

  • Pensées pacotilles

    Le chômage, c'est comme gagner au Loto* ou à l'Euromillions* : il ne faut le dire à personne sous peine d'être sempiternellement dérangé.999205200.jpg

    L'adulte pense que l'adolescent ne veut pas écouter ses conseils parce qu'il préfère la rébellion à la raison. L'adolescent sait que l'adulte a souvent raison mais il préfère prendre le risque de regretter ce qu'il aura appris par lui-même.

    Les brunes comptent pas pour des prunes. Je le sais, je suis récemment devenue brune.

    Quand on me regarde signer, ma main se crispe et je fais un affreux gribouillage. Pourquoi ?

  • What else ?

     586475770.jpg
    Week-end nature, pour que le vert dure... 

  • Comment taire ?

    314686669.jpgOui, comment ? Comment garder plus longtemps ce silence qui m'étouffe face à cette situation intolérable dont je suis le pantin ? Certes, je pourrais me résigner, subir passivement. Mais je ne suis et ne serai probablement jamais de ceux qui la ferment. Sauf quand je devrais l'ouvrir naturellement.

    Comme disait Camus, je me révolte donc je suis. Subséquemment, je m'insurge haut et fort* (ndlr - je remercie par avance la plate-forme de me faire passer dans le club VIB* pour ce gracieux placement de produit).

    Mais quid de ce soulèvement pourrait-on légitimement s'interroger ? Je compte bien évidemment sur votre sens de la confidentialité pour vous révéler l'objet de mes tourments.

    Roulement de tambours.Tadam.

    Je suis victime d'un odieux chantage. Une personne, que dis-je, un groupuscule encore inconnu de mes services de renseignements a fait de moi la proie d'un rapt par ricochet. Sans qu'aucune rançon ne me soit demandée - ce qui tombe plutôt bien sachant que je suis une chômeuse fauchée -, j'ai toutes les raisons de croire que mes gentils lecteurs ont été kidnappés au mieux, réduits au silence j'espère sans trop de souffrance au pire. Mes soupçons parfaitement fondés s'appuyant sur la preuve irréfutable suivante : aucun commentaire depuis le 11 avril. Douze jours. Deux cent quatre-vingt huit heures. Dix-sept mille deux cent quatre-vingts minutes. Et soixante fois plus de secondes.

    Mais je m'affole. Je suis peut-être uniquement au coeur du complot international blogosphérique dont les milieux autorisés ont ordonné à l'un de leurs hackers la mise en place d'un système de boycott de mon blog. Des fois que je deviendrais influente, il n'y a qu'un pas.

    ... 

    De géant.

    Pour rejoindre le combat du Front de Libération de mes Commentateurs, merci de signer la pétition disponible en cliquant sur le lien commentaires ci-dessous.

  • Le trou dans le mur

    1454687856.jpgL'on pourrait légitimement penser que, ce blog se voulant un tant soit peu littéraire, je m'apprête à vous parler de ma dernière lecture en date : Le trou dans le mur de Michel Tremblay. Que nenni ! La simple et bonne raison étant que je n'ai jamais rien lu - encore - de cet auteur.

    Pourquoi donc un tel titre ? Et bien tout simplement parce qu'avec ma chance légendaire - ne me surnommait-on pas "La Guigne" à une certaine époque -, je ne pouvais me cantonner à simplement endurer le bruit infernal des travailleurs en charge de l'intégrale réfection de l'appartement sis au-dessus de chez moi. Non, bien sûr que non. En plus de piloner comme des damnés jusqu'à me rendre quasi hystérique, les maîtres es bâtiment n'ont pas manqué l'incroyable opportunité de creuser tant et si bien qu'ils ont fini par percer de part en part leur sol ennemi, autrement dit mon plafond. Voilà donc qu'au lendemain de mon anniversaire, je me retrouve avec un trou béant pile au-dessus de ma salle de réunion en comité restreint, autrement dit mes gogues.

    Il ne me reste qu'à aller aux toilettes avec mon parapluie et à prêter la plus grande attention à l'endroit où je poserais mes pieds dans les jours à venir. Car naturellement, dans la série gag bidon dont on ne se lasse pas, je pense que j'ai toutes les chances de glisser sur une peau de banane à ma prochaine sortie...