Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blog - Page 2

  • Rentrée littéraire : Les morues de Titiou Lecoq

    les morues.jpgEditions Au Diable Vauvert - 450 pages

    Présentation de l'éditeur : C'est l'histoire des Morues, trois filles et un garçon, trentenaires féministes pris dans leurs turpitudes amoureuses et professionnelles. Un livre qui commence par un hommage à Kurt Cobain, continue comme un polar, vous happe comme un thriller de journalisme politique, dévoile les dessous de la privatisation des services publics et s'achève finalement sur le roman de comment on s'aime et on se désire, en France, à l'ère de l'internet. C'est le roman d'une époque, la nôtre.

    L'auteur du blog girlsandgeeks.com nous offre avec Les morues un roman résolument moderne, entre chick'litt' pas noeunoeud, polar politique et portrait de société. Alors certes, il y a plein d'histoires en une et l'on peut avoir l'impression que ça part dans tous les sens sans vraiment qu'aucune des intrigues ne soient abouties mais je trouve personnellement que c'est ce qui donne à ce texte un tel ancrage dans la réalité et qui pousse l'identification à son paroxysme. C'est de la vraie vie, ça n'a rien de caricatural et ce sont des qualités rares chez ces auteurs qui se veulent témoins de leur époque mais bien souvent à côté de la plaque. Le tout est dynamique, émouvant, original et vraiment divertissant. Un très agréable premier roman.

  • On dirait que j'étais un peu célèbre...

    Pas beaucoup hein, c'est pour ça que je me permets de pas bien causer la France dans mon intitulé et de me monter le bourrichon. Du coup, tu te marres un peu, je le sens bien.

    N'empêche que tu te gausseras certainement moins quand tu seras allé faire un petit tour sur Paris-ci la culture. Et peut-être même que je t'impressionnerai un peu. C'est normal, même moi je m'impressionne sur ce coup-là.

    En tout cas, un grand merci à Stéphanie Joly pour son super site qui parle de trucs et de gens bien (comme moi quoi), de m'avoir accordé un petit coup de projo et surtout, de m'avoir donné l'occasion de me sentir encore un peu Parisienne du fin fond de ma province.

  • Les autres gens de Thomas Cadène et collectif

    Editions Dupuis

    Les autres gens #1 - 220 pages

    Les autres gens #2 - 220 pages

    Présentation de l'éditeur : À partir d'une trame de soap-opera contemporain, Thomas Cadène a initié sur le web l'une des oeuvres collectives les plus étonnantes du moment, en fédérant toute une génération de dessinateurs blogueurs. Avec sa narration feuilletonesque au croisement de la BD et du manga, sa totale liberté graphique et son rythme quotidien, le webfeuilleton Les Autres gens développe jour après jour une approche à la fois novatrice et très premier degré du medium BD. La série ose l'amour, les larmes et les drames petits et grands. Elle révèle aussi les meilleurs talents d'aujourd'hui, primés et honorés dans tous les festivals (Bastien Vivès, Nicolas Nemiri, Kris, Aseyn, Vincent Sorel, Thomas Cadène et tous les autres). Chaque jour un nouveau chapitre est mis en ligne, depuis le mois de mars 2010. L'équivalent pour la seule année 2010 de 1400 pages de BD, dont les qualités graphiques et scénaristiques ont été salué par une presse enthousiaste ! La diffusion web continue quotidiennement, et les albums "rediffusent" les épisodes, mois par mois, à la manière dont les séries tv connaissent une première diffusion sur des chaines câblées, puis sont repris sur les chaines généralistes.

    culture,littérature,livre,bande dessinée,BD,blog,web,internetculture,littérature,livre,bande dessinée,BD,blog,web,internet

    C'est l'histoire de Mathilde, une étudiante comme tant d'autres, qui croise un type lui demandant de compléter sa grille de loto et qui lui donne son numéro pour lui donner la moitié de ses gains s'il gagne. Il décroche la timbale, elle l'appelle, il est honnête, elle se retrouve multi-millionnaire. Comment gérer cette nouvelle vie, avec sa famille, ses amis, les inconnus ?

    Rien que l'idée de départ est géniale puisque tout être normalement constitué mais n'ayant pas été pourvu à la naissance d'un compte en banque bien garni s'est déjà imaginé ce que serait sa vie une fois décroché le pactole. Dès le début donc, il y a identification. Et puis comme le principe est le feuilleton et que les scénaristes - pas moins de quinze qui se passent le relais à chaque épisode - sont balaises, impossible de décrocher une fois qu'on a plongé le nez dans le quotidien de la brochette de personnalités un poil carticaturales (le frère homo, l'arabe encarté UMP, les parents gauchos, le séducteur, etc.).

    Les plus impatients pourront retrouver l'épisode quotidien de la série sur le site payant Les autres gens, les autres n'attendront pas trop puisque le premier tome a paru en avril, le second en mai, que le troisième est annoncé en août et que le rythme prévu est callé sur celui des mangas (deux à trois mois).

    Un bien joli projet qui à l'intelligence de contenter les soap-addicts tout en les décollant de leur télévision.

  • Joséphine 1, 2 & 3 de Pénélope Bagieu

    Editions Jean-Claude Gawsewitch - 60, 64 et 96 pages

    jo 1.jpgjo 2.jpgjo 3.jpg

    Présentation de l'éditeur : Joséphine a "la trentaine", comme elle dit pudiquement. Elle n’est pas mariée, n'a pas d'enfant, mais elle a un chat. Elle est blonde et menue, mais s'épaissit sensiblement au niveau des hanches. Elle travaille dans un bureau, avec plein de gens qui ne connaissent pas son nom, et un macho abject dont elle ne parvient pas à clouer le bec. Elle a aussi une sœur qui est mariée, et a des enfants blonds, souriants et polis plein sa grande maison. Elle a des parents qui n’habitent pas la même ville mais qui réussissent à l’envahir et à la culpabiliser par téléphone. Elle a des copines mais aucune n’arrive à la cheville de Rose, sa meilleure amie, solidaire de ses misères quotidiennes. Elle est terriblement fleur bleue et ne désespère pas de rencontrer l'homme idéal, ce à quoi elle s'emploie activement (bars, salles de gym, clubs d'œnologie, Meetic...). En attendant, elle pleure devant les films à l'eau de rose. Joséphine a des tas de malheurs dont elle est bien souvent à l'origine : elle est maladroite, ne gère pas très bien ses relations professionnelles, peine à se faire entendre, fait des gaffes assez embarrassantes, et enchaîne les faux-pas dans sa vie amoureuse. Elle est en quelque sorte l'artisan de son propre malheur, mais veille à ne surtout jamais tirer de leçons de ce qui lui tombe dessus.

    Une héroïne gaffeuse, complexée, un peu gourdasse... Une espèce de Bridget Jones à la française dépeinte avec légèreté et humour (parfois corrosif) par la célèbre Pénélope Bagieu. On s'y retrouve toutes (oui, car il s'agit bel et bien de chick-litt version BD) tout en souhaitant ardemment se différencier de cette Joséphine bien attachante.

    Très sympa à lire même si dans le genre, ma préférence va incontestablement à Margaux Motin (J'aurais adoré être ethnologue, La théorie de la contorsion). Vu la qualité de son ouvrage bien différent Cadavre exquis, Pénélope Bagieu gagnerait peut-être à se défaire du registre qui l'a révélée...

  • Cadavre exquis de Pénélope Bagieu

    cadavre exquis.jpgEditions Gallimard - 124 pages

    Présentation de l'éditeur : Zoé  un boulot pas drôle : elle est hôtesse d'accueil dans les salons de l'automobile ou du fromage et doit faire bonne figure, debout toute la journée avec des chaussures qui font mal aux pieds. Le jour où elle rencontre Thomas Rocher, écrivain à succès, la vie semble enfin lui sourire. Mais pourquoi Thomas ne sort-il jamais de son grand appartement parisien ? L'amour peut-il vivre en huis-clos ? Et quel est dans cette histoire le rôle d'Agathe, la belle, froide et machiavélique éditrice de l'écrivain ?

    D'un point de vue du trait, l'on reconnaît inconstestablement la griffe de Pénélope Jolicoeur. Mais d'un point de vue du contenu, l'on est bien loin - enfin ? - de la BD girly, de la chick' litt' dessinée. L'histoire est réellement excellente, pleine de rebondissements et au dénouement magistral. L'on en viendrait presque à regretter que ce ne soit pas un roman (uniquement parce qu'il offrirait un traitement plus inscrit dans la durée).

    Jusqu'à présent, Pénélope Bagieu était pour moi une people de la blogo avec un talent certain d'illustratrice lui ayant permis de faire de la BD (Ma vie est tout à fait fascinante et Joséphine 1 & 2) et de la pub. Cadavre exquis la consacre véritablement auteur. Chapeau.