Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blabla de fille - Page 6

  • Pense pas bête pour soirée tête-à-tête

    Pas toujours évident d'aborder un rendez-vous amoureux disons original de manière tout à fait zen. SexyAvenue, le site branché des services et produits sexy (lingerie, sextoys, massage, bien-être, librairie/jeux), me demande mes trois conseils séduction pour une soirée en couple réussie.

    A bien y réfléchir, chaque personne étant unique - et donc a fortiori chaque combinaison de personnes -, mes conseils ne vaudraient que pour moi et éventuellement pour ma moitié si j'ai la chance de bien la connaître. Au lieu donc de m'aventurer dans des suggestions hasardeuses - 10 conseils sont d'ailleurs disponibles sur SexyAvenue pour stimuler l'imagination de tout un chacun -, je préfère me contenter de rappeler trois lieux pas si communs que ça qui s'ajoutent à l'apprêt bien naturel pour ce genre de circonstances.

    Primo, le malin combo. Une femme aime à être coquette et doit toujours penser aux "munitions" ; les hommes n'étant pas toujours prévoyants voire réfractaires. Quoi de mieux donc que de glisser dans son sac à main le Secret Kiss ? Ce joli petit boîtier permettra à toutes les pimpantes de se mirer à l'envi, de faire briller - et rendre appétissante - leur bouche grâce au gloss volumateur et, pour joindre l'utile à l'agréable, de glisser dans le tiroir secret l'indispensable préservatif.

    Segundo, l'astucieux cadeau. Messieurs, si besoin était de vous le rappeler, une femme aime à être gâtée. Certains se contenteront - et c'est déjà pas mal - du traditionnel bouquet de fleurs choisies avec discernement, chacune d'elles ayant une signification cachée que le fleuriste saura à n'en pas douter vous révéler. Mais, pour ceux dont la moitié serait allergique ou tout simplement pour les plus audacieux, pourquoi ne pas se laisser tenter par le Bouquet surprise de six roses ? Enfin des fleurs qui ne faneront pas et qui feront doublement plaisir à votre belle qui, normalement comme tout membre du sexe féminin, apprécie la lingerie.

    Bon, certes, il existe d'autres fleurs impérissables et non allergènes. Mais si le Flower Power est tout à fait d'actualité en ce mois historique de révolution sexuelle, il peut parfois être prématuré dans certaines relations... A la discrétion de chacun quoi !

    Tertio, IM-PRO-VI-SEZ ! Rien n'est écrit et ne se passe jamais comme prévu. Feeling est donc le maître mot.

    Take pleasure !

    Article sponsorisé

  • Chronique de l'effort #20

    Ou ma vie d'hôtesse de caisse.

    Par définition, le client est à ses boutiques ce que le chien est à son maître : fidèle. De fait, quand vous travaillez dans le commerce, s'établit petit à petit une forme de relation durable avec différentes personnes. Il existe, comme pour tous types de relations interpersonnelles, diverses sortes d'interactions : courtoise, obséquieuse, vacharde, comique, de séduction et plus si affinités... pour ne citer que celles-là.

    Parmi toutes ces accointances, l'on pourrait légitimement penser que la plus insupportable d'entre elles est celle d'avec le client que l'on pourrait définir comme suit : le gros con méprisant limite insultant jamais content. Mais que nenni ! Car ce spécimen fait partie de ceux avec lesquels froideur, emportement voire impolitesse ne valent pas de blâme... sauf si le chef fait partie de son espèce.

    Non, la relation la plus excédante est celle d'avec cette personne qui, sous prétexte qu'elle vient s'acheter livres et CD trois fois par semaine et "vous avez vu, sans infidélité, toujours à votre caisse", pense qu'elle vous connaît, pire, que vous êtes proches. Du coup, les familiarités fusent et vous ne pouvez en aucun cas recadrez l'importun. C'est ainsi qu'en mars 2001, alors que je revenais passablement ballonnée d'un déjeuner entre collègues où nous avions fait gras, je me suis vue féliciter par l'un de mes dévoués cabots. Professionnelle jusqu'au bout, j'ai souri - hypocritement - en m'interrogeant sur ce qui pouvait bien me valoir des congratulations si affectées. Ce n'est qu'en relevant les yeux de ma caisse et en constatant le regard béat - bêta ? - délicatement posé sur ma protubérance abdominale que j'ai compris que j'étais boudinée à un point tel que je passais pour une femme enceinte. Du moins dans l'oeil du boulard scrutateur qui détecte le moindre petit kilo superflu et qui, sous prétexte que vous avez l'air épanoui pour des raisons très personnelles, fait une association d'idées en raccourci puisqu'il vous "connaît".

    Le pire ? J'ai dit merci alors qu'avancer l'argument de l'aérophagie aurait certainement brisé le mythe et incité le gaffeur a changer de caisse... Du coup, par la suite, dès que je le voyais pointer sa truffe de fouineur, je prenais l'air compassé de celle qui a vécu une récente tragédie. Il ne disait plus rien, l'air trop mal de celui qui s'est mêlé précocément de ce qui ne le regardait pas. Douce vengeance. 

  • Concours : qui dit mieux ?

    2136102828.jpgLes Copainsdavant* et autres Facebook* permettent de retrouver de nombreuses connaissances. Parfois c'est une bonne chose. D'autres fois non. Mais comme aujourd'hui j'ai décidé que nul fiel ne sortirait de ma bouche et que par ailleurs il est important de se brosser l'égo, je voudrais parler des retrouvailles si ce n'est heureuses du moins flatteuses et, par cet intermédiaire, stimuler votre propre créativité.

    Après donc quelque quinze années de séparation, v'là-t'y pas que je retombe inopinément sur J.C. J'arrête tout de suite les esprits les plus romanesques : nul messie en la matière, je ne fais que respecter les règles premières de la vie privée d'autrui. Ma rencontre avec J.C. remonte au CM2. Oui, je confirme, ça ne nous rajeunit pas. Comme J.C., il est comme moi il a la nostalgie du passé, qu'on s'est connu au temps jadis, qu'on faisait partie de la même bande en 4e/3e et que ma maman, elle m'achetait plein de chaussures dans la boutique de ses parents, J.C., il a voulu être sympa avec moi en racontant sur Copainsdavant une petite anecdote. Et J.C., avec le temps, il a su acquérir le sens de la formule. La preuve :

    La réincarnation de Stendhal atomiquement fusionnée avec la très belle Carrie Bradshaw.

    Pour ceux qui n'auraient pas suivi ou qui n'arriveraient pas à faire le rapprochement, je confirme : cette parole d'évangile m'est adressée. Si tu préfères, c'est comme si tu ouvrais ton dictionnaire, que tu cherchais Charlotte Sapin* et que la définition soit celle-là.

    Ton défi du jour, comme tu l'auras compris, est de surpasser les talents définitionnels de J.C. Chacun sa croix, moi, faut que je cherche du taf.

  • Comment séduire (et conclure) en 3 étapes

    Seul le public majeur et averti est habilité à lire ce post mais n'ayant pas la capacité technique de vérifier qu'il en ira bien ainsi, je n'ai qu'une chose à dire : fais-toi plaiz' jeune padawan.

    L'expression consacrée étant "jamais deux sans trois", après la visite guidée et les idées St-Valentin, je vais vous replonger dans l'univers de SexyAvenue, le site partenaire des moments hot proposant des services et produits érotiques branchés et ludiques pour s'épanouir sexuellement seul, à deux ou à plusieurs. Aujourd'hui, le but de l'annonceur est de m'extorquer les 3 conseils séduction pour une soirée intime réussie. Etant femme à brouiller les pistes des fois que je risquerais de trop me dévoiler, je vais donner trois fois trois conseils, histoire de m'adapter aux différentes cibles... Et qui sait, peut-être serai-je triplement rémunérée. Vous en doutez ? Oui, moi aussi, mais n'allons-nous pas parler de fantasmes ? Alors autant se mettre en condition !

    Donc.

    Primo : la tactique romantique (lui pour elle)

    Bander délicatement les yeux de sa belle pour l'emmener by night dans un endroit romantique (exemple le Pont des Arts) et trinquer en amoureux dans un cadre idyllique. NDLR : prévoir la bouteille et les verres ; plan réservé aux heureux propriétaires d'une voiture sous peine d'infliger un moment de solitude à sa douce, affublé d'un loup avec "sexy" inscrit en gros dessus.

    Après cette petite escapade, regagner ses pénates pour profiter à deux d'un bain chaud moussant tout en continuant à déguster un excellent vin, cette fois-ci accompagné de petits canapés savoureux. NDLR : éviter les aliments du type caviar qui laissent de disgracieux grains entre les dents ; ne pas trop boire ; plan réservé aux heureux propriétaires d'une grande baignoire.

    Laisser courtoisement la demoiselle se sécher en s'esquivant rapidement de la salle de bains... et lui tracer un chemin de roses pour l'inciter à vous rejoindre. NDLR : aucune recommandation ou restriction donc pas la peine de râler.

    Segundo : la stratégie harpie (elle pour lui)

    Se faire une beauté et revêtir ses plus beaux atours. NDLR : la combinaison lingerie fine / bas / porte jarretelles, uniquement dissimulés sous un trench, est préconisée.

    Débarquer à l'improviste chez son homme, en arborant une moue affectée du type "faut qu'on parle". Lui demander de s'asseoir. NDLR : être sûre de ne pas tomber sur le moment où monsieur reçoit sa maîtresse ; ne pas trop bien jouer la comédie de la boudeuse dès fois qu'il monte sur ses grands chevaux et sorte les vieux dossiers avant vous.

    Se débrouiller pour attacher monsieur, jouer la carte du strip tease en arrachant son trench, se trémousser, masser, titiller, susurrer jusqu'à l'insoutenable et... lâcher le fauve.

    Tertio : le dessein on se marre bien

    Parce qu'il est dit que "femme (ou homme d'ailleurs) qui rit à moitié dans son lit"... et que les idées ne manquent pas. Combo pour totale crampe d'abdos : le déguisement limite ringard et le gadget qui déstabilise avant de s'atteler aux positions les plus improbables du Kamasutra.

    Pour ceux qui ne seraient pas enthousiasmés outre mesure par mes suggestions ou qui manqueraient d'inspiration - quasi fatalité dès l'instant où le partenaire demande "quel est ton fantasme ?" -, SexyAvenue propose une rubrique Les 10 conseils de séduction pour entretenir la flamme et pimenter le quotidien.

    Take pleasure !

    Article sponsorisé

  • Pensées pacotilles

    Le chômage, c'est comme gagner au Loto* ou à l'Euromillions* : il ne faut le dire à personne sous peine d'être sempiternellement dérangé.999205200.jpg

    L'adulte pense que l'adolescent ne veut pas écouter ses conseils parce qu'il préfère la rébellion à la raison. L'adolescent sait que l'adulte a souvent raison mais il préfère prendre le risque de regretter ce qu'il aura appris par lui-même.

    Les brunes comptent pas pour des prunes. Je le sais, je suis récemment devenue brune.

    Quand on me regarde signer, ma main se crispe et je fais un affreux gribouillage. Pourquoi ?