Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Travail - Page 2

  • Vive la rentrée !

    Certes, voici un cri du coeur pour le moins hors contexte à l'heure où tout un chacun s'apprête à partir en vacances. Néanmoins, je ne doute pas que lorsque j'aurai dévoilé l'information que je suis sur le point de dévoiler, le voile sera levé sur le caractère quelque peu anticipatif de mon intitulé.

    Car oui, Vertbaudet, le spécialiste de la mode et de la déco de qualité à prix tout doux pour les enfants de 0 à 14 ans et les futures mamans, a trouvé le moyen de faire languir les têtes de blondes de 4 à 12 ans dans l'attente de la rentrée des classes (les parents n'ayant évidemment pas besoin d'être convaincus de l'aspect fort lointain du retour de leur progéniture dans les cours d'écoles).

    Comment ? Tout simplement en organisant un concours international Graines de stylistes jusqu'au 30 juillet ayant pour thème "Dessine et gagne le cartable de tes rêves !". Le but, comme son nom l'indique, est d'imaginer le cartable de ses rêves. Non seulement les dix petits participants les plus imaginatifs désignés par un jury verront leurs créations réalisées et fabriquées par une styliste pour de vrai et rien que pour eux, mais pour chaque participation au concours, un euro sera intégralement reversé à l'association ABC Ailleurs pour la construction d'une école primaire de trois classes au Mali  ! En plus du cartable collector, chaque gagnant recevra 150 euros de bons d'achats Vertbaudet et un diplôme Graine de styliste. Créativité, savoir-faire, enthousiasme et éco-solidarité sont donc les maîtres mots de ce défi.

    Pour participer, il suffit de se procurer en magasin ou sur www.vertbaudet.fr un modèle de cartable et de déborder d'imagination. Crayons de couleurs, peintures, collages, stickers... tout est permis pour décorer, customiser, relooker selon ses goûts !

    Tous les renseignements, les modalités d’inscription, les lots à gagner ainsi que le règlement complet sur http://dessinetoncartable.vertbaudet.fr

    Un bon moyen de se démarquer des copains et copines à la récré avec un sac unique. Une excellente façon d'occuper ses enfants pendant les vacances et de faire des économies à la rentrée. Autant de raisons de participer, zou !

    Article sponsorisé

    Vidéo virale par ebuzzing

  • Chronique de l'effort # 32

    Ou ma vie de brocanteuse (en fait, beaucoup moins classe, de vide-grenier-euse, mais ça ne se dit pas).

    L'on pourra a priori légitimement croire que je suis contaminée par le virus du commerce depuis que je suis libraire et que je poursuis donc cette activité sur mon temps libre. Il n'en est évidemment rien. J'ai besoin de thunes voilà tout.

    Sauf que.

    S'il fut un temps où le vide-grenier permettait de se constituer un petit complément pécuniaire tout en se débarrassant de diverses saloperies encombrantes que - chose aussi incroyable qu'incompréhensible - des personnes sont prêtes à acheter, il n'en est plus rien.

    Mais commençons par le commencement.

    Faire un vide-grenier n'est pas une sinécure. La béotienne que j'étais ignorait totalement qu'on ne s'improvise pas vendeur sur un vide-grenier. Déjà, il faut faire du tri chez soi. Puis faire les cartons et les valises. Et bien sûr les transporter. Mais surtout, il faut se lever à quatre heures du mat' car les emplacements sont convoités.

    Une fois sur place, tu te dis que tu vas t'installer tranquillement et mourir de froid en toute discrétion dans la rue déserte d'un village dont tu ignorais l'existence jusqu'à ce jour. Que nenni ! Tu ouvres à peine ton coffre de voiture que des vautours se jettent sur ton bric-à-brac, lampe de poche en main façon flic et fouillent sans ménagement. Tu te dis qu'il s'agit du comité de surveillance qui vérifie que tu ne recèles pas d'objets volés ou de contrefaçons, mais non, il s'agit bien d'acheteurs fous prêts à acquérir la meilleure bousasse avant tout le monde. Heureusement, ces chalands, une fois le bordel foutu dans tes affaires, te disent, bourrés de savoir-vivre, qu'ils vont te laisser t'installer. De la délicatesse du client de vide-grenier... Tu te répands donc enfin sur la voie publique et tu amorces stoïquement ton décès par hypothermie.

    Puis le soleil se lève enfin et le preneur se multiplie. Evidemment, en bon marchand improvisé, tu n'as absolument pas pensé à venir les poches remplies de monnaie, de fait, tu rates des ventes, faute de pouvoir rendre la différence aux possesseurs de billets. Et là, alors que le froid plus-que-matinal fait place à un soleil de plomb qui te tanne le cuir faute d'avoir prévu le parasol que de toute manière tu ne possèdes pas, tu te rends compte que les poches de tes clients ne regorgent pas que de billets et non de pièces. Elles sont également pleines d'oursins. Tu vends un beau livre d'art cinq euros ? On t'en propose un. Tu envisages de céder des baskets trois bandes neuves à dix euros ? On t'en propose un. Les gens croient-ils que c'est la foire à un euro ? Qu'à cela ne tienne, tu acceptes de te défaire de tes cd honteux de jeunesse à un euro. On t'en propose... cinquante cents !

    Au final, tu plies bagages à treize heures, terrassée, obligée de remballer et déménager en sens inverse quatre-vingts pourcent des merdes que tu préfères voir encombrer ton garage plutôt que de les brader à des radins désagréables, le visage cramoisi et la bourse alourdie de pas moins de trente-huit euros cinquante.

    Moralité, tu repars enrichie. De la certitude que jamais plus on ne te reprendra à faire un vide-grenier.

  • Daddy's day

    Le 19 juin, c'est la Fête des Pères. A l'instar du calendrier qui place cette célébration après le jour des mamans, je garde le souvenir d'une Ecole qui prenait du temps pour que les enfants confectionnent des cadeaux élaborés pour leurs moumines mais qui organisait à la va-vite un atelier de cadeaux pour papas. Et bien souvent, il s'agissait d'un pot à crayons, d'un presse-papier ou de tout autre matériel de bureau. Comme si le chef de famille était forcément un col blanc. Aberration !

    Passé le temps des cadeaux fabriqués, moches souvent sinon inutiles, beaucoup - moi la première - sont tombés dans la sempiternelle cravate ou chemise que nos figures paternelles n'arrivaient plus à caser dans leur armoire. Aberration bis repetita !

    C'est vrai que ce n'est pas facile de choisir un cadeau pour un homme, a fortiori son papa. Les messieurs - du moins de cette génération - sont souvent moins matérialistes. En revanche, ils adorent passer de bons moments. Et bien grâce à Happytime, il est possible de les offrir ces bons moments.

    En quelques clics sur www.happytime.com, vous choisissez votre région, votre prestation et vous commandez un coffret cadeau ou vous imprimez un chèque activité si vraiment vous vous y prenez à la dernière minute. Que Papa soit baroudeur, bon vivant, sportif ou intellectuel, il y en a pour tous les goûts puisque pas moins de 8 000 prestations de loisirs à partir de 10 euros sont proposées partout en France. Naturellement, si l'option retenue n'est pas la bonne, il est possible de l'échanger gratuitement à sa guise. D'ailleurs, si vous ne voulez pas vous tromper, vous ne choisissez rien d'autre qu'une carte cadeau générique créditée du montant de votre choix et Papa choisira comme un grand.

    theme-ateliers.jpg

    Bien sûr, nul ne vous oblige à n'utiliser Happytime que pour faire des cadeaux à autrui. Gâtez-vous, vous-même ! Moi, je n'hésite pas et même que dans ma grande bonté, je vous gâte vous aussi puisque j'offre un chèque cadeau de 30 euros à valoir sur le site Happytime à celle ou celui qui me laissera la dédicace/anecdote la plus touchante relative à son papoute. A vos plumes, vous avez jusqu'au 15 juin !

    Article sponsorisé

    Vidéo virale par ebuzzing

  • Mon droit de réponse à L'Yonne Républicaine

    Figure-toi que je suis une star. Dix-huit mois passés en pleine cambrousse et déjà deux passages dans le journal local !

    Si mon premier passage visait à illustrer un article sur les nouvelles tendances de l'après-Noël à savoir la manie d'échanger ou d'e-bayiser ses cadeaux, mon second portait sur l'événement du week-end ; non pas le vrai event pop que constituait le mariage princier de Will and Cate mais le bienbonheur de Jipitou.

    Et bien cette deuxième expérience d'avec la presse du coin (oserai-je dire du petit coin tellement on s'y em... bête ?) me laisse davantage bouche bée que béate.

    Pour comprendre pourquoi, comparons l'interview comme elle s'est passée et l'article tel qu'il a été (ré)écrit.

    L'interview :

    Des questions sur les livres consacrés à Jean-Paul II.

    Des réponses sur les livres consacrés à Jean-Paul II.

    - Et vous, que pensez-vous de la béatification de l'ancien pape ?

    Regard lourd de sens quant à mon désintérêt le plus total sur le sujet.

    - Un sondage tendrait à exprimer l'opinion selon laquelle plus de 60 % de personnes préféraient Jean-Paul II à Benoît XVI, le trouvaient plus sympathique. Et vous ?

    - Oeil qui frise. Sourire en coin. Certes, il avait l'air moins obtu mais après tout, les gens ne se mettent-ils pas à regretter Chirac (hem) depuis qu'ils récoltent Sarkozy ? N'y a-t-il pas une tendance à la cristallisation ?

    - Heu... Vous n'êtes pas croyante ?

    - Bouarf... Disons que ça m'arrangerait qu'on se réincarne ou qu'on se retrouve dans un petit coin, pas un où l'on s'em... bête, un où l'on ne prend que du bon temps. Mais je n'ai aucune certitude.

    L'article (qui OSE les guillemets) :

    "Moi, cela ne me fait rien, je ne me sens pas concernée par ce week-end. On cherche à le mettre en avant par rapport au pape actuel, explique Charlotte, athée. C'est comme aujourd'hui en politique où les gens disent qu'ils aiment plus Jacques Chirac que Nicolas Sarkozy."

    Je trouve que cette reformulation qui m'est attribuée alors qu'il n'en est rien me donne un air "jeunesse UMP-JMJ qui adhère totalement à sa nouvelle idole Benito Croivébaton". Pour une interview donnée sur la tonalité incontestablement gaucho-anti-cléricale, je trouve ça énorme.

    Lourde d'évidence sur la qualité de l'information en générale qui nous est délivrée.

    Mais je prends le parti d'en rire pour cette fois-ci. Hors de question que le moindre grain de sable se glisse dans les rouages de ce week-end mémorable. Encore une fois, crions nos louanges au vrai héros du jour :

    Wiiiiiiiiiilllll,  marry me !

    ...

    Shit, too late...

  • Juste une mise au point

    La crise, les impôts, Noël, les soldes, l'augmentation sensibles des prix traditionnelle du 1er février... Autant de raisons qui font que le bas de laine est, pour beaucoup, passablement raplapla. Et pourtant, il faudrait encore mettre la main à la poche pour la sacro-sainte Saint-Valentin, si tant est que l'on rentre dans la logique commerciale et que l'on pense qu'il faille une date spécifique pour faire étalage de ses sentiments.

    Il existe pourtant une solution originale, non pécuniaire et engagée de se plier à ce calendrier qui est toutefois le nôtre : le message mystère. Ce dispositif inattendu est mis en place du 7 au 16 février par l'Association Valentin Haüy qui oeuvre au service des aveugles et des malvoyants. Cékoidonc ? Et bien tout simplement un message codé en braille. Il suffit de se connecter sur le site http://mystere.avh.asso.fr , de rédiger un message pour son amoureux ou son amoureuse et de le lui envoyer. A elle ou lui, attisé par la curiosité, de se connecter pour en découvrir la traduction.

    En participant à ce projet inédit, non seulement vous éviterez de faire grincer les dents de votre banquier, mais vous contribuerez à faire découvrir à l'élu de votre coeur l'utilité du braille et plus largement l'action de l'association qui aide les aveugles et malvoyants à sortir de leur isolement, à développer leur autonomie et à leur donner les moyens de vivre le plus normalement possible. Last but not least, les auteurs des plus beaux messages seront récompensés d'un dîner pour deux personnes au restaurant Dans le Noir à Paris (son concept est de vous faire dîner dans l'obscurité) ou d'un lot de 4 dvd en audio-description.

    Article sponsorisé