Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Shopping - Page 5

  • Vade métro...

    Non mais tu vois pas que les équipementiers de téléphones portables, ils ont cru que la création du groupe Contre les cons qui mettent leur musique de merde tout fort dans le métro dans le livre des visages - Facebook, t'es pas dans la hype ou bien ? -, c'était pour de rire !

    Alors on se retrouve avec des sites où l'adepte du tuning téléphonique peut dégoter pléthore d'accessoires pour portables pour mieux emmerder son voisin de transport en commun.

    L'oreillette blueetooth, je veux bien, même si je lui préfère le bon vieux casque à fil qui éloigne les ondes nocives déclencheuses de tumeurs - ah non, pardon, on me dit dans l'oreillette que les ondes ne sont pas nocives en France, c'est comme le nuage de Tchernobyl. Le kit main libre pour voiture, admettons, même s'il est prouvé que même avec les deux mimines sur le volant, la communication téléphonique réduit l'attention du conducteur - ah, cette fois-ci on me souffle que toutes les personnes téléphonant au volant sont des païlotes responsables... Mmmkay, autant pour moi. Le chargeur allume-cigare, je m'incline, c'est pratique... enfin, surtout en province hein, rapport au fait qu'à Paris, je vois pas trop l'utilité d'une bagnole. La housse ? Mouais, admettons, n'empêche que tu la retires pour téléphoner et que donc ça empêche pas les résidus de glandes sébacées ou de gel fixation béton, selon. Mais les enceintes portables, les enceintes piles/secteur, les enceintes bluetooth et autres étuis musique, non ! Je veux du casque simple, du casque bluetooth ou du casque hi-fi mais pas de speaker system* qui emmerde tout le monde dans le métro !

    Non mais.

  • Baskets tendances mais baskets avant tout !

    Mais oui ! Rappelle-toi ! T'en souvient-il qu'il fut une époque où la basket n'était nullement un accessoire modesque ?

    Ah... ? Tu t'en souviens ?

    Ben je te remercie, c'est hyper sympa de souligner le fait que primo, je frôle l'Alzheimer - alors qu'en fait, je suis juste jeune... - et segundo, je ne suis manifestement pas très portée sur le sport.

    Cela étant et persuadée que l'audimat réunit un bon nombre de feignasses ou de sportifs surtout champions de la mauvaise foi, je m'en viens narrer le pourquoi de ma mine ébaubie même si moi seule est en pouvoir de la constater rapport au fait que je suis seule avec mon ordinateur, que je n'ai pas de webcam, que... bref, je digresse.

    Stupéfaction donc : la basket, c'est high-tech. Ainsi, cette chaussure aux apparences infinies ne sert pas uniquement à s'assortir qui avec un sac à main, qui avec une ceinture, qui avec une casquette ! Elle a visiblement également vocation à être un soulier toujours plus léger et toujours plus confortable pour les personnes désireuses de se déplacer tout-terrain et le plus vite possible... en courant quoi... Je vous demanderais d'observer une minute de consternation s'il vous plaît..

    Je vous vois d'ici me fustiger en disant "quel béotisme sportif, c'est unbelievable !". Je vous arrête immédiatement : je ne cours pas, c'est tout, je fais de la gymnastique chez moi. De temps en temps*. Donc pas besoin de tennis de surcroît performantes qui sont l'apanage du compétiteur, du vrai.

    Mais loin de nier à mon instar cette partie vraisemblablement non négligeable de la cible "consommateurs", les marques ont fait de la R&D en matière de... tenez-vous bien... sneakers**.

    Et en ce moment, the high level, the must combinant tendance et efficience, c'est la adidas Bounce, revue et corrigée, en exclusivité chez Footlocker depuis le 8 septembre. C'est bien ça la révolution : désormais les amateurs de résultats comme les stylées fashionistas auront un point commun. Côté design, ce sont des coloris futuristes, des finitions branchées (vernis noir iridescent, métallisé brillant), un graphisme distinctif sous toutes les coutures (semelle relookée) et un séduisant contraste de matières (maille filet, cuir, acier). Côté technologie, c'est un alliage de filet respirant et de matelassage supérieur pour moins transpirer et mieux rebondir (je vulgarise un peu pour les néophytes comme moi).

    Ca me donnerait presque envie de courir.

    J'ai bien dit "presque".

    Enfin bon, tout ça pour dire que Footlocker adidas Bounce c'est LE co-branding de la rentrée pour coaliser le gang des Carl Lewis et la meute des Carrie Bradshaw.

    * Deux fois par an, ça compte, non ?!

    ** Nom scientifique pour dire "baskets".

    www.footlocker.eu/bounce

    Article sponsorisé

  • Somewhere... over the rainbow

    Telle Judy Garland dans Le Magicien d'Oz, j'aime à penser qu'il existe un pays, quelque part, par-delà l'arc-en-ciel, loin du désespoir sans espoir - hopeless jumble -, où les soucis fondent comme du sorbet au citron - troubles melt like lemon-drops. Dans ce monde idéal de joie, maintes fois chanté par les plus grands - Franck Sinatra, Ella Fitzgerald, Jerry Lee Lewis, Phil Collins, Barbra Streisand, Olivia Newton-John, Eric Clapton, Ray Charles, Kylie Minogue, Juliette Greco, Nina Hagen, Elvis Presley, Jimmy Hendrix, Norah Jones, j'en passe et des meilleurs -, tout ne serait qu'amour et gratuité.

    Mais comme ce n'est pas parce que I believe I can fly que je fly, il en va de même pour le monde parfait. J'ai beau y croire plus fort que le plus fervent de ses interprètes, latitude et longitude me restent désespérément inconnues.

    Oui, c'est rude. Mais on se fait une raison. Et on trouve des compensations.

    Pas over the rainbow, but Somewhere.

    Ce n'est pas gratuit mais jusqu'au 30 novembre 2008, tout nouveau client - homme ou femme because Somewhere is for everybody - bénéficie de 50% sur le deuxième article + de la livraison offerte + d'un sac en tweed en cadeau avec le code avantage 8709.

    Ce n'est pas gratuit, donc. Mais c'est plein de couleurs, un peu comme un rainbow ; finalement on s'y retrouve.

    Ce n'est pas gratuit, certes, mais ce qu'il y a de bien sur www.somewhere.fr, c'est que les vêtements tendances casual chic alliant modernité éthique et simplicité design se répartissent en diverses gammes aux noms trendy - Cosy design, Minimaliste chic, Army décontracté, Rétro féminin -, dont une particulièrement judicieuse : "L'été en hiver" ou comment recycler ses tenues estivales en fringues inter-saisons. Et ça, si l'on ne compte pas les petits accessoires que nous voudrons immanquablement y ajouter - genre la petite casquette qui va bien -, ben ça, c'est gratuit !

    Mais bon, on sait toutes qu'on veut assortir de nouveautés nos basiques réactualisés...

    A noter I-look, petit outil interactif très utile pour créer son propre style !

  • Le fabuleux destin des chaussures pour la rentrée

    Quand j'étais petite, les chaînes de magasin n'en étaient qu'à leurs prémices. De fait, la plupart des gens, comme ma maman-responsable en chef des dépenses pour la marmaille, accordaient encore davantage leur confiance aux petits commerces spécialisés de proximité. Pour la viande, on allait chez le boucher et chez le chausseur pour les souliers. Les prix étaient certes plus élevés, mais à l'époque - et je dis bien, à l'époque -, le caractère onéreux d'un produit était gage de qualité. Ma maman donc, d'un naturel méfiant et soucieuse de l'investissement judicieux des actifs gagnés à la sueur du front de mon père, conservait d'année en année sa fidélité pour les boutiques "homologuées".

    Ainsi, des temps de révolution complète de la Terre autour du Soleil durant, je me suis vue trouver chaussure à mon pied chez L'Enfant Roi, rue du Pont, Auxerre. Enfin, chaussure à mon pied, faut le dire vite. Car du fait de l'infinie politesse qui m'a été inculquée à laquelle s'est ajoutée pendant longtemps une extrême timidité, j'ai eu un mal fou à réaliser que non, il n'était pas irrévérencieux de ne pas aimer tel modèle présenté par la vendeuse et que le fait d'avouer que l'on flottait dans l'escarpin ou a contrario qu'on était trop serré dans le godillot n'était pas l'expression manifeste d'un enfant capricieux. L'investissement judicieux tant convoité par ma mère fut ainsi mis à mal en de nombreuses occasions.

    Et puis un jour, quand la génération de mes parents a réalisé que les Trente Glorieuses étaient bel et bien un passé révolu et que les bourses se sont aplaties durablement, les consommateurs ont commencé à faire jouer la concurrence et se sont risqués à poser le premier orteil dans les chaînes de magasin. Méfiants de prime abord, le rapport qualité-prix a été éprouvé, le choix de masse a été approuvé et last but not least, l'investissement judicieux est devenu réalité du fait d'un libre service ne mettant plus la pression d'un vendeur trop zélé sur les frêles épaules d'un enfant (trop) bien élevé.

    Et L'Enfant Roi, sous la porte, a mis la clé...

    Bref, tout ça pour dire que quelle que soit l'évolution des pratiques de consommation, une donnée est restée la même : écolier ou non, à la rentrée, tout le monde veut ses nouvelles chaussures. C'est un peu ce que l'on pourrait appeler la tradition de la rentrée en grande pompe (ou comment botter en touche les lecteurs peu perspicaces...).

    Et là, forcément, on pense à La Halle aux Chaussures pour équiper toute la famille à petit prix. Mais quand en plus d'être économe (fauché quoi...), on est malin et qu'on veut multiplier les avantages, on pense Cap sur la rentrée. En se connectant au site www.capsurlarentree.com préalablement à la vraie sortie en famille, non seulement vous pourrez découvrir les collections et gagner un temps fou en magasin dans lequel la tribu se fera un plaisir de s'éparpiller, mais également :

    • obtenir un aperçu complet des chaussures et accessoires tendances en promotion,
    • parcourir et pourquoi pas enrichir l'espace conseil des mamans pout bien réussir la rentrée,
    • vous divertir grâce au grand jeu la Marelle et peut-être gagner un home cinéma, des abonnements magazine ou des places pour le Futuroscope, sachant qu'à chaque ami(e) invité(e), vous avez une chance de plus de gagner au grand tirage au sort,
    • vous saisir de goodies très pratiques à télécharger : des étiquettes croquignolettes pour cahiers, un joli pédimètre ou un planning,
      • Et conquérir, en bonus pour les mamans, un bon de réduction valable sur la Nouvelle Collection !

    Ouais, des fois, on se dit que la rentrée, c'est le pied !

    Article sponsorisé

  • Rendez-vous câlin sous les sunlights des tropiques

    Avertissement : cher public innocent, dans ton infinie naïveté, tu n'as encore pas idée à quel point l'hypocrite euphémisme est ritournelle dans le jargon de cette ignoble engeance qu'est celle des... beurk... adultes. Ainsi, tu sauras bien assez tôt que "rendez-vous câlin" ne signifie pas "horaire de retrouvailles avec ton doudou", mais il n'est pas encore l'heure de t'expliquer qu'il s'agit d'une sournoise manipulation pour ne pas avoir un historique de navigation trop flag. Cela étant, c'est pas parce que les grands sont artificieux qu'il faut pas leur causer. C'est ce que je m'apprête donc à faire et comme tu le sais parce qu'on te l'a souvent répété, tu peux pas écouter, t'es trop jeune. Certes, je ne peux que te le conseiller à défaut de t'y contraindre. Mais ne perds pas ton temps, j'ai scrupuleusement choisi mes visuels, circulez, y'a rien à voir (sauf la gonz' en maillot de bain mais rien d'excessif, entendons-nous bien).

    Quant aux artificieux hypocrites, à nous !

    Si malgré ça, ça, ça, ça et ça, tu n'as toujours pas compris que SexyAvenue était LA boutique sexy online de référence proposant des produits et services branchés et ludiques pour que chacun puisse s'épanouir pleinement, franchement, je baisse les bras.

    Comme nous le savons tous, l'été est la période propice aux amours charnelles. Tu me diras probablement qu'au regard des statistiques de natalité, il s'avère que la meilleure saison semble être l'hiver mais j'ai dit "amours charnelles" et non reproductives. Ici, on aime pas les moutards et on sort couvert - et à pas cher* puisque tout l'été sur SexyAvenue, pour toute commande d'une boîte de Manix, tu as 50 % de réduction sur les modèles XPeriences*.

    Que tu sois donc sur le point de partir une énième fois dans ta station balnéaire de prédilection dans laquelle tu envisages d'élargir sérieusement ton tableau de chasse ou que tu t'apprêtes à partir en tête-à-tête avec Jules ou Bobonne - remarque que je ne discrimine pas le lectorat -, je ne saurais te prodiguer meilleur conseil que d'alourdir quelque peu te valise afin de casser ta routine estivale. C'est vrai quoi, grasse matinée, bronzage, apéro, barbecue, fiesta, c'est usant à la longue. Ajoute donc la fièvre à la canicule, l'homme à tête de chou* l'a dit : sea, SEX & sun.

    Les indispensables du Summer of Love* sont donc :

    Côté Massage, pour compléter la collection de crèmes et huiles solaires indispensables pour se protéger du mélanome, les huiles Hot aux couleurs flashy :

     

    Côté Lingerie, l'indispensable maillot de bain, de préférence le Bikini avec chaîne bijou parce les fashionistas l'on dit, l'été sera trikini* ou ne sera pas :

     

    Côté Librairie, les Cahiers de vacances érotiques parce que bon, faut bien se culturer un peu et que c'est top tendance :

    Côté Sextoys, le Stimulateur sphère Tuyo parce que... heu... ben... parce qu'on dirait qu'il a une bouée, quoi de mieux pour la plage ? :

    Take pleasure !

    Article sponsorisé