Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique - Page 7

  • La science des rêves ou la mécanique du coeur

    Comment tenter d'accroître ses statistiques quotidiennes ? Faire croire aux cinéphiles et autres mélomanes que nous allons aborder les oeuvres26387407.jpg de Michel Gondry* et de Mathias Malzieu* seul ou accompagné de son groupe Dionysos*. Mais n'ayant pas apprécié celle du premier et n'étant pas en mesure de parler de celle du second faute de la connaître, ma frauduleuse tactique est rapidement dévoilée. Ne me restant pour seul espoir que le lectorat, quelles que soient ses motivations initiales, soit d'ores et déjà accroché.

    Ndlr - nous prions les déserteurs de quitter les lieux en cliquant sans bruit par respect pour les personnes motivées et d'acquérir la certitude de ne pas regretter de plonger plus avant dans ce qui promet d'être une note... étonnante.

    Donc. Les subreptices références culturelles n'étaient pas uniquement déloyales rapport à mon expérience onirique de la nuit passée. Je vous épargnerai les inutiles fioritures, tellement intuitu personae* avec l'auteur que même lui peut ne pas les comprendre, c'est dire. Par conséquent, les grandes lignes.

    Synopsis. Je suis du côté de l'océan. Farniente, surfers, teuf et tout le toutim roots qui va bien. Je dois préciser ici que toute cette partie s'inspire de faits réels, dans une vie où je fantasmais sévère sur un adorable moniteur d'accrobranche que je ne me suis décidée à inviter à passer la nuit avec moi que le dernier soir de mes vacances... trop tard... pas là... acte manqué... sob. Dans ma chimère, je suis affirmée dès le début de mon séjour et tout promet de se dérouler comme cela l'aurait dû. C'est là qu'intervient ce rebondissement imprévu propre au songe : je dois aller chez le toubib (papa ?) qui m'annonce de but en blanc que je suis toute pourrite de l'intérieur ; coeur foutu - condamnée. Sob bis. Coup de théâtre repetita. Je retourne sur le camp, je me pomponne et je rejoins M. (oui, il s'appelait M.), lui annonce la nouvelle et lui demande de m'offrir une nuit inoubliable. Et M. de s'exécuter, dépassant naturellement largement mes espoirs (mise en abîme : le rêve est encore mieux que le rêve). Bref. C'est au point culminant de ma vie par procuration que le boomerang est revenu...

    Aaaaah... Mouriiiiiiiir...

    Réveil en pleurs.

    Interprétations

    Je suis mortelle et ça me fout les boules.

    Ce qui me fouterait encore plus les boules serait de me découvrir des talents prémonitoires.

    Ne jamais remettre à demain. Surtout pas ses envies.

    Le seul moyen... Oui, Oscar.

    Je suis devenue tellement cynique que mon coeur me lance un appel au secours avant d'être irrémédiablement incapable de s'ouvrir. Encore.

    Je dois être acculée pour me lancer et il faut que ça change.

    Après la petite mort*, le néant.

    Faut que je baise.

    Et que j'arrête de fumer.

    Je reste bien évidemment ouverte à toute interprétation moins subjective que la mienne, faute de recul. 

  • Echo #2

    Souvenir parallèle du Garance Festival 2007*.2082854994.jpg

    Atemporalité / Commensalisme

    Ce soir le mysticisme a balayé l'athéisme

    Ce soir, debouts, nous étions à genoux

    Et si le Divin réside en chacun de nous...

    Nous étions parcelles d'éternité, éclats de rédemption.

    J'ai vu l'Amour en nos mains, la Béatitude sur nos bouches et en nos yeux la Réunion

    J'ai vu nos origines et différences devenir Unité et Délivrance

    J'ai senti la Haine reculer, chariant dans sa fuite préjugés pervers et réticences

    J'ai vu nos peaux se fondrent en camaïeu

    Tons pourtant tranchés mélés en une même couleur.

    J'ai été touchée par la Beauté que distillaient nos coeurs

    L'Unisson de nos âmes m'a rendue meilleure.

    La Mélodie, magie reflétant les Cieux,

    Dénudait pour nous la belle et farouche Vérité.

    Chaque note donnait la pulsation à nos êtres fièvreux.

    Symbiose aux larmes de joie, symbiose aux sangs mélés.

    Ce sont vos battements qui soulevaient ma poitrine

    Mais c'est ma lymphe qui irriguait vos chairs.

    La Musique, cinglant nos incessants mouvements, était là pour les parfaire.

    Nos intellects ont érigé le Commensalisme en doctrine

    Nos énergies instinctuelles ont consommé, dévoré le mariage de nos âmes.

    Vous m'avez aimée, je vous ai aimés, Union cérébrale ;

    La sueur coulait entre nos reins, nos ondoiements devenaient Transe, Union animale.

    Nous avons vibré et nous vibrons toujours

    Habités désormais et forts de cet Amour

    Universalité en Temps d'Atrocité

    Nous avons cueilli l'Espoir et nous l'avons gardé.

    Sista Claire Alliguié 

  • More respect pour les Anciens

    2030075201.jpg Après avoir approché au plus près Zion grâce à l'envoûtante musique du charismatique Max Romeo* le 2 février dernier à l'Elysée Montmartre, le phénomène de quasi transe musicale s'est reproduit il y a peu. Les notes orgasmiques auraient pu être jouées un jour comme un autre. Mais non. Elles le furent le jour de mon anniversaire (9 avril), tout simplement. Ce magnifique et eurythmique présent en ce jour très particulier pour moi, je le dois aux Congos et aux légendaires Israel Vibration.

    1868850676.2.jpg
    962426419.jpg

    Quatre heures de show assuré par des sexagénaires, de surcroît juchés sur des béquilles pour les Israel touchés par la poliomyélite dans leur enfance, quand les petits trentenaires plafonnents à soixante/quatre-vingt dix minutes de prestation, c'est ce que j'appelle les grandes leçons des Anciens.

    D'ailleurs, le public ne s'y trompe guère. Survolté comme jamais, l'hommage a été pleinement rendu.

  • Morte au chant d'honneur

    Aujourd'hui, j'ai chanté. Ca peut paraître stupide mais c'est au moment où je m'exécutais que je me suis rendue compte91ecbb5dcc89078cc680d42796701703.jpg que ça faisait une véritable éternité que ça ne m'était pas arrivé. Et pfiou... Qu'est-ce que ça fait du bien ! De Brassens à Barbara en passant par Brel, je me suis littéralement fait plaisir.

    Ok, ok, je t'entends d'ici penser qu'après avoir fait une note sur Reggiani et une autre sur Bob Marley, décidément, je n'écoute que des artistes morts. Faux, je te réponds. Je me suis également égosillée sur De Palmas. Et toc !

    Enfin, tant et si bien que ma voix, retrouvée depuis peu, s'est envolée avec mes notes. C'est les voisins qui doivent être contents de ne plus avoir à subir tous mes couacs. Cassée la voua-ah-ah...

  • Redemption song de Bob Marley

    Old pirates, yes, they rob I

    Sold I to the merchant ships

    Minutes after they took I

    From the bottomless pit

    But my hand was made strong

    By the 'and of the Almighty

    We forward in this generation

    Triumphantly

    Won't you help to sing

    These songs of freedom

    'Cause all I ever have

    Redemption songs Redemption songs

    Emancipate yourselves from mental slavery

    None but ourselves can free our minds

    Have no fear for atomic energy

    'Cause none of them can stop the time

    How long shall they kill our prophets,

    While we stand outside and look

    Some say it's just a part of it

    We've got to fulfeel the book

    Won't you help to sing

    These songs of freedom

    'Cause all I ever have

    Redemption songs

    Emancipate yourselves from mental slavery

    None but ourselves can free our mind

    Wo! Have no fear for atomic energy

    'Cause none of them-a can-a stop off the time

    How long shall they kill our prophets

    While we stand outside and look

    Yes, some say it's just a part of it

    We've got to fulfil de book

    Won't you help to sing

    Dese songs of freedom

    'Cause all I ever had

    Redemption songs

    J'aurais pu mettre la traduction mais bon, entre nous, le texte est pas trop compliqué (si y'en a un qui me sort "comme toutes les chansons reggae", je vais pas stand outside and look longtemps) et puis, disons que ça vous fera réviser un peu !