Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique de l'effort - Page 8

  • Chronique de l'effort #4

    Ou ma vie d'hôtesse de caisse (c'est la formule politiquement correcte pour dire caissière). 

    Après avoir laissé tomber mes études de droit - seule filière envisageable pour mon cher père après sa déception de m'avoir vue abandonner ma première scientifique pour une terminale littéraire et ainsi réduit à néant ses espoirs de faire de sa petite dernière un grand chirurgien - et avant d'être convaincue par l'expérience et soutenue par la gentillesse, la compréhension et les finances de mes petits parents d'amour de reprendre mes études - de communication/publicité cette fois-ci -, entre les deux donc, j'ai souhaité faire l'expérience (me la jouer) de l'indépendance en m'assumant financièrement (mais en louant symboliquement un appartement appartenant à mes, oui toujours eux, procréateurs.

    Cela étant dit, j'ai exercé cette activité d'encaisseuse pendant une année complète dans une grande enseigne trotskiste de la culture. Cette profession transitoire m'a permis de faire un constat (si besoin était encore de le démontrer) : les gens ne savent pas s'exprimer. Combien de fois ai-je entendu "bonjour (introduction bien souvent facultative), vous êtes une caisse ?"... Non tête d'ampoule, je suis un être humain dont la fonction d'agent d'encaissement peut satisfaire ta présente demande.

  • Chronique de l'effort #3

    Ou ma vie de concepteur-rédacteur.

    Quand il m'arrive de rencontrer des personnes qui ne se désintéressent pas très rapidement de mon travail (cf) - événement rarissime pour ne pas dire insolite -, je trouve toujours assez inouï de passer pour une professionnelle pointue.

    Certes, le fait d'avoir rédigé intégralement le site internet de tel constructeur / distributeur de systèmes d'ouverture et de fermeture de maisons, de m'être chargée de la communication événementielle d'un industriel pétrolier, d'avoir élaboré les outils de communication interne d'une SSII, d'avoir mené un audit pour la création d'un service d'une collectivité territoriale, et caetera, et caetera, laisse supposer une prodigieuse polyvalence ainsi qu'une vaste connaissance des différents secteurs professionnels et, de fait, impressionne mes - rares - interlocuteurs.

    C'est assez délicieux pour l'orgueil.

    Même si je dois bien avouer qu'assurément j'écris beaucoup... de choses que je ne comprends pas (!).

  • Chronique de l'effort #2

    Exit la liberté de faire ou de ne pas faire.

    Exit les couchers tardifs et les grasses matinées.

    Exit les déambulations au coeur de la capitale aux heures de non bousculade.

    Exit les grignotages pour ne pas dire repas en continu (ah ben si, finalement il y a un point positif !).

    Exit... exit...

    Exit les vacances.

    Bonjour tristesse *

    * Par Françoise Sagan 

  • Chroniques de l'effort #1

    Ou ma vie de concepteur-rédacteur.

    Quand vous dites que vous êtes concepteur-rédacteur, les gens ont l'air interrogateur.

    Quand pour être un poil plus précise, vous expliquez que votre rôle consiste, au sein d'une agence de communication-publicité, à faire les accroches (slogans) et textes, les gens trouvent ça sexy.

    Quand ces mêmes gens vous demandent d'approfondir tellement c'est fun comme métier, vous expliquez que vous travaillez dans la communication ressources humaines et que l'essentiel de votre mission consiste à rédiger des offres d'emploi.

    Quand vous avez franchi ces trois étapes, les gens se désintéressent totalement de votre vie professionnelle.