Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualités - Page 4

  • 10 vies, 10 destins... Le reveal !

    Quelle était donc la clé de cette énigme derrière les dix visages en noir et blanc ? Quelle était cette aventure humaine intitulée 10 vies 10 destins. L'heure de la révélation a sonné : il s'agissait des premiers maillons de la chaîne de solidarité du don et de la greffe de moelle osseuse à l'occasion de la 5e semaine de mobilisation pour la cause organisée du 8 au 14 mars par l'Agence de la biomédecine, en collaboration avec l'Etablissement français du sang, les centres hospitaliers et les associations.

    Brigitte, Erick et Stanko sont inscrits sur le Registre France Greffe de Moelle pour, un jour peut-être, donner une seconde chance à une personne atteinte d'une grave maladie du sang. Amaury, Muriel et Soline ont, quant à eux, eu le privilège de faire don de leur moelle osseuse et offert une chance de guérison à des malades. Last but not least, Eric, Karine et Sandra ont eu le bonheur de bénéficier d'une greffe ; ils sont guéris aujourd'hui ou en cours de rémission et ce, grâce à l'engagement désintéressé de personnes bien portantes.

    Ce lien unissant ces dix personnes est aussi celui de milliers d'autres et plus encore si chacun s'inscrit sur le fameux Registre. L'objectif de cette semaine de mobilisation est bien sûr d'informer, de sensibiliser le plus grand nombre... mais surtout, de pousser à passer à l'acte en récoltant concrètement 38 000 nouvelles adhésions.

    Pour cette édition, l'Agence de biomédecine vous propose de devenir donneur en un clic et de vous mobiliser en créant votre message de solidarité en mettant en scène le mot d'ordre "Ma chance, c'est vous !". Vous pouvez également créer une page personnelle pour recruter deux personnes de votre entourage... et bien plus encore, on l'espère.

    Merci d'avance.

    Article sponsorisé

  • Un mal pour un bien

    Un jour dans le passé lointain, j'ai raconté - plus ou moins bien - ça. Alors peut-être que les histoires à morale, c'est gonflant. N'empêche que c'est intemporel - si tant est que l'on soit pourvu a minima d'un certain code moral (qui avouons-le est bien relatif sur certains sujets...). Bref. Donc.

    Le CQFD, c'est que, le 31 décembre au soir, alors que je m'apprêtais à festoyer dignement à l'occasion de la Saint-Sylvestre, bien qu'un peu tardivement du fait - comme c'est étonnant n'est-il pas ? - d'un retard accusé par le train de ceux qui nous font préfèrer l'avion, ce soir-là donc, j'ai eu un accident de voiture. Rien de grave heureusement si ce n'est de la tôle froissée, dont la faute revient à deux jeunes imbéciles en scooter ne sachant pas que dans l'expression "sens giratoire", le "giratoire" signifie "tourner autour".

    L'on pourrait, dès lors, se dire : quelle déveine. Sauf que. "Grâce" à cet accrochage et au jeu des assurances, le vieux tas de boue que je devais acquérir ne peut pas m'être vendu. L'ancien propriétaire - ma mère - touche une prime qui couvre largement les réparations nécessaires et ce qui reste représente le prix que je devais verser. De plus, avec ce système, la carte grise est gelée, je n'ai donc pas à la refaire ; économie supplémentaire. Et je n'ai pas à changer les plaques. Economie bis repetita.

    Comme quoi, la morale de mon histoire du passé lointain est donc bien toujours d'actualité.

    Sinon bonne année ! C'est tard ? Oui mais tout le monde te l'a déjà souhaitée et, alors qu'un 11 janvier, personne ne devrait plus avoir à ton égard de bonnes pensées, moi si. Encore un mal pour un bien. Ne me remercie pas, c'est bien naturel.

  • Bon ben euh...

    Joyeux Noël à tous hein !

  • Synchronisation des montres !

    Tu me croiras ou pas, la première du genre a beau avoir eu lieu onze ans avant ma naissance - et donc bien avant l'avènement d'internet - à l'occasion de l'assassinat de Robert Kennedy (Funeral Train) ; le phénomène a beau s'être amplifié grâce à internet dès 2003 ; Bambie a beau être mort en 2009 en nous laissant son célèbre Moonwalk... Je n'ai jamais, au grand jamais, de près ou de loin, participé à un flash mob (mobilisation éclair d'un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d'avance avant de se disperser rapidement) ou à sa déclinaison très théâtrale mais un peu flippante quand on ignore totalement le concept de freeze party (flash mob où l'action consiste pour les participants à rester figés pendant un court laps de temps).

    Histoire de ne pas mourir idiote, je pourrais participer à la toute prochaine manifestation du genre, baptisée Hopper Invasion. Pendant toute une semaine, des Hoppers, ces gros ballons sauteurs de notre enfance (enfin, moi, perso, je n'ai eu droit qu'au Jump Jumper), vont envahir les rues de la capitale. Ah ça, c'est pas banal. Tu peux d'ailleurs toi aussi participer puisque le but de ce type de meeting est bien de regrouper un maximum de monde.

    Ok me diras-tu mais pour qui ? Pour quoi ? Ce à quoi je réponds : bonne question ! Pour le fun, déjà. Ensuite, pour l'innovation puisqu'il s'agit du tout premier flash mob cross media, sur le web et dans la rue, créé par Mediaedge : cia et MEC Access, sa structure de partenariat, dans le cadre de la campagne de communication développée par Saatchi & Saatchi, en référence au film publicitaire Spark something (à toi de jouer).

    Pour l'instant, il suffit de se rendre sur www.hopperinvasion.fr, de customiser et de donner un nom à son propre Hopper. Ensuite, il faut patienter jusqu'au 18 novembre pour voir la homepage de Yahoo subir une invasion hors norme puisque tous les Hoppers customisés feront leur apparition à l'écran, mais surtout pour recevoir par mail le lieu et l'heure exacts des rassemblements dans les rues de Paris. Les Parisiens sauront-ils faire mieux que les Barcelonais et leurs 500 ballons sauteurs fin septembre ? Suspens suspens.

    S'agissant du pour qui ? et pour quoi ?, le reveal se poursuivra le 18 toujours, en parallèle du rassemblement, en affichage (Decaux / Smart / Total covering ligne 1), online (+ 220 M d'impressions), au cinéma et en TV (habillage C+ et campagne TV "classique"). En attendant, à vos pronostics, rendez-vous sur www.hopperinvasion.fr et tenez-vous prêts pour le 18 novembre !

    Voici mon Hopper à moi, baptisé Psychocat, en l'honneur de mon chat fou :

    Article sponsorisé