Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualités - Page 2

  • Ces malades qui nous gouvernent

    Après Roosevelt qui négociait avec Staline le partage du monde à Yalta avec une tension à 30 qui oblitérait dramatiquement sa lucidité ;

    Après Kennedy atteint d'une grave maladie des glandes surrénales qui l'obligeait à rester couché la moitié de ses journées pendant qu'étaient installées les fusées soviétiques à Cuba ;

    Après Hitler et sa maladie de Parkinson, doublée de paranoïa, triplée de mégalomanie et que sais-je encore ;

    Après Salazar, Franco, Mao, Khrouchtchev, Brejnev, Pie XII, Staline, Nixon, Pompidou, Mitterrand... ;

    J'ai nommé le gouvernement des priapiques dont la pensée se situe au-dessous de la ceinture. Après le fellation-inflation de Rachida Dati, c'est au tour de Brice Hortefeux de nous parler du fichier des empreintes génitales au lieu de digitales.

    Consternation.

    Ces malades qui nous gouvernent de Pierre Rentchnick et Pierre Accoce aux éditions Stock.

  • Fluide.G ! BD Q pour pépée

    Quand on achète Biba, Cosmo ou autres Elle, on est cataloguée fillasse. Quand on est une fille fluide g.jpgqui achète Fluide Glacial ou l'Echo des savanes, ça fait un peu garçon manqué. Pour trancher dans la dualité quasi schizophrène, une équipe de talentueux barrés a eu la bonne idée de créer Fluide.G !

    C'est quoi t'est-ce ? Ben tout simplement un magazine qui bouscule le monde des féminins, alliant bd érotico-humoristique et articles provoc' (chroniques, enquêtes inédites, tests, jeux, romans-photo...) réalisés par des blogueurs, illustrateurs et dessinateurs virtuoses aussi connus que Pacco, Margaux Motin, Diglee, Maïa Mazaurette, Dupuy et Berberian, pour ne citer qu'eux.

    Exit les feuilles de chou consensuelles, formatées, raisonnables, consuméristes, psychologisantes, anorexisante, couplisante et maternisante. On est irresponsable et on veut du Q !

    Un bien chouette trimestriel digne de son aîné Fluide Glacial.

    Le site Fluidepointg.

  • Disparition de Bernard Clavel

    L'écrivain franc-comtois est décédé hier à l'âge de 87 ans. Plus connu pour ses romans, il a également écrit de nombreux essais, poèmes et contes pour enfants. Auteur engagé, il a obtenu le Goncourt en 1968 pour Les fruits de l'hiver mais n'en a pas pour autant été moins boudé par la critique.

    Occasion, s'il en est besoin, de relire ses classiques, comme l'incontournable Malataverne.

  • Le connard du jour #2

    ... est une connasse. Bah oui, ce n'est pas l'apanage de la gent masculine !

    J'ai donc nommé : Madame Betancourt.

    Non pas Madame L'Oréal en passe de sénilité, ni même son aspirante racketteuse de fille, mais l'ex-otage des Farc.

    Elle devrait d'ailleurs s'entendre à merveille avec son homonyme qui essaie désespérément de faire interner sa radine de mère pour mieux la dépouiller, puisque non contente d'avoir été odieuse avec ses co-détenus et insatisfaite d'avoir été salope avec son mari qui s'était battu pour elle pendant toute sa captivité, Ingrid, cette chère Ingrid, a tenté d'extorquer des fonds à la Colombie ainsi qu'à la France pour le préjudice subit par ses années perdues dans la jungle.

    Et de "renoncer" à ces indemnités réclamées et de s'embourber dans de pseudo-excuses...

    Le vice-président colombien lui a ironiquement décerné les "prix de l'ingratitude extrême". Je lui attribue à mon tour celui de la connasse du jour. Quand la femme icône devient la femme e-conne.

  • Le connard du jour #1

    J'ai nommé : Kemi Seba.

    Ce « ministre francophone » de l'organisation afro-américaine « New Black Panther Party For Self-Defense » - pour ne citer que cette partie de son pathétique curriculum vitae très clairement étayé par les seuls articles connexes du lien Wikipedia ci-dessus - est tout simplement la tragédie de la communauté noire.

    Que cet ethno-différentialiste, que dis-je, ce Le Pen strasbourgeois aux couleurs béninoises ose reprendre les mots d'Aymé Césaire pour défendre son indéfendable cause est juste abject.

    Ses nouvelles provocations.

    A l'attention de cet adepte imbécile de la théorie du complot : oui je suis une femme blanche qui contredit un homme noir. Cela fait donc forcément de moi une femme raciste. Je n'ai d'ailleurs choisi un compagnon noir que dans le but d'assouvir mon vice colonial intrinsèque toubab, c'est évident.