Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Disparition de Bernard Clavel

    L'écrivain franc-comtois est décédé hier à l'âge de 87 ans. Plus connu pour ses romans, il a également écrit de nombreux essais, poèmes et contes pour enfants. Auteur engagé, il a obtenu le Goncourt en 1968 pour Les fruits de l'hiver mais n'en a pas pour autant été moins boudé par la critique.

    Occasion, s'il en est besoin, de relire ses classiques, comme l'incontournable Malataverne.

  • Fille noire, fille blanche de Joyce Carol Oates

    fille noire.gifEditions France Loisirs - 380 pages

    Présentation de l'éditeur : Elles se rencontrent au coeur des années soixante-dix, camarades de chambre dans un collège prestigieux où elles entament leur cursus universitaire. Genna Meade, descendante du fondateur du collège, est la fille du couple très "radical chic", riche, vaguement hippie, opposant à la guerre du Vietnam. Minette Swift, fille de pasteur, est une voursière afro-américaine venue d'une école communale de Washington. Refusant l'idée même du privilège, rongée de culpabilité, Genna essaye sans relâche de se faire pardonner son éducation élitiste et se donne pour devoir de protéger Minette du harassement sournois des autres étudiantes. En son amie elle voit moins la personne que le symbole d'une fille noire issue d'un milieu modeste, affrontant l'oppression. Et ce, malgré l'attitude déplaisante d'une Minette impérieuse, sarcastique et animée d'un certain fanatisme religieux. La seule religion de Genna, c'est la piété bien intentionnée, ce qui la rend aveugle à la réalité jusqu'à la tragéide finale...

    Quelle déception ! Voilà bien longtemps que j'entendais parler de cette auteur qui compte parmi les plus grandes figures de la littérature américaine d'aujourd'hui (comme le souligne Lire dans son dossier du mois Spécial Etats-Unis) sans l'avoir jamais lue. Je me suis donc jetée avec avidité dans la lecture de ce livre et au final, rien.

    Ca commence bien pourtant. Mais au bout d'un moment, l'on se dit qu'un jugement trivial dirait "c'est chiant", alors on se force à se dire que non, il s'agit d'un leeeent crescendo qui réserve de grandes surprises. Cependant, que nenni. Le sentiment final est que l'écrivain dénoue une intrigue qui n'est pas la bonne. On reste sur sa faim.

    Voilà un success story, comme pour Louise Erdrich, dont je ne comprends pas l'origine. Bien entendue, pour l'une comme pour l'autre de ces figures de la littérature américaine, je ne jugerai définitivement qu'après avoir laissé une seconde chance.

  • Le livre audio-solidaire

    Il me souvient de ce temps lointain où j'allais garder les vaches dans les prés du Mont d'Or. Entres les biberonnages de veaux et les chasses au trésor dans l'étable, mes Heidi's copines et moi savourions de nous étendre dans le foin de la grange, non pas avec les garçons vachers de coin (nous étions encore trop jeunes...), mais toutes ensembles pour nous faire la lecture. Nous appréciions particulièrement de le faire à cette heure du jour entre chien et loup, lisant les Histoires à ne pas lire la nuit de Monsieur Hitchcock, afin de fabriquer ce sentiment de terreur tant redouté mais tant convoité par tout enfant de cet âge.

    Parce que ma maman m'avait appris à lire très tôt et que dès ce formidable pouvoir acquis, je ne voulais que lire même à l'heure du jeu, il faut bien avouer que c'est souvent moi qui me collait à l'exercice de la lecture à haute voix pour mes petites camarades montagnardes, le livre dans une main, la lampe torche redoublant l'effet effrayant dans l'autre. Tant pour la lectrice que j'étais (et que je reste) que pour l'auditoire, ce moment était un divertissement plaisant en toute simplicité.

    En toute simplicité ? Demandez donc aux personnes aveugles et malvoyantes ! Heureusement, l'Association Valentin Haüy a lancé jusqu'au 29 octobre une vaste campagne de sensibilisation du public à la cause de ces personnes handicapées visuelles au travers d'un dispositif original et participatif : le premier livre AudioSolidaire.

    L'idée est de fédérer plusieurs centaines de personnes autour d'une même action de solidarité : créer le livre audio Ensemble c'est tout d'Anna Gavalda. Bon, on est d'accord, on est loin du concept de se faire peur à la nuit tombante avec Sir Alfred, mais qu'importe, le truc, c'est la lecture.

    Vous aussi, donnez votre voix au premier livre audiosolidaire. Il vous suffit de vous connecter sur www.avh.asso.fr/audiosolidaire, de choisir un extrait du livre et de le lire. Simplissime n'est-il pas ?

    En marge de cette aventure forte de sens, 60 spots de 45'' visant à illustrer la vie au quotidien des aveugles et malvoyants et à montrer que des solutions existent et doivent se généraliser ont été créés à l'occasion d'un concours de vidéos pour concevoir le premier spot tv de l'association. N'hésitez pas à voter pour votre vidéo préférée.

    Parce qu'en toutes choses, un monde meilleur ne se fera qu'ensemble. C'est tout.