Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Y'a des jours comme ça...

    ... ou la vie vous sourit.

    C'est ainsi qu'hier, environ cinq minutes montre en main après avoir transformé l'essai de ma reconversion professionnelle (suite au prochain épisode de la Chronique de l'effort), j'ai gagné deux places de concert du Black Summer Festival !

    Non seulement j'adore les concerts mais celui-ci se tenait dans ma salle préférée : le Cabaret Sauvage, un magnifique chapiteau avec terrasse-barbecue. Et cerise sur le gâteau, ce rendez-vous inattendu en terre musicale inconnue était fan-tas-ti-que ! Pourtant en lisant le descriptif, l'expérience s'annonçait particulière puisqu'il s'agissait de mbira-pop (?) et de rythmes afro-péruviens (donc).

    Au final, j'ai découvert Chinowiso, une chanteuse originaire du Zimbabwe et exilée à Londres, chantant la résistance, dénonçant la violence et défendant la liberté d'expression et le groupe Novalima composé de DJ's et de musiciens pour une ambiance de feu très cuba-salsa ! Les chanteuses des deux groupes étaient très touchantes et vraiment généreuses et l'ensemble des musicos étaient sensationnels.

    Merci le Cabaret Sauvage et Facebook pour ce joli cadeau !

    cabaret.jpg

    Les Cousins sur le pont - © photo : Philippe Cibille

    cabaret.jpg

    Le bar sauvage - © photo : Nadia Benchallal

  • Des arguments de poids !

    Bien entendu, il est un peu tard pour se préoccuper de sa silhouette ; s'il s'est fait attendre, l'été est enfin là et les veinards ayant échappé à la crise sont déjà en vacances ou sur le point. M'enfin pour ceux qui ne partiront pas comme pour ceux exhibant leurs bourrelets cette année, il n'est pas interdit d'anticiper la prochaine année. Et le meilleur outil pour ça a été créé par une jeune société française de haute technologie qui révolutionne les objets de la vie quotidienne en les connectant au réseau internet.

    Withings a lancé la première balance connectée pour un suivi en ligne de sa forme. Bon là, immédiatement, on se dit que, comme la plupart des produits high tech, c'est hyper compliqué d'utilisation. Sauf que. Cette balance à impédancemétrie (capable de différencier masses maigre et grasse) est à la portée des plus réfractaires aux notices et à la technologie. Il suffit de créer sa page perso sur www.withings.com (deux minutes montre en main), d'allumer sa balance et elle se connecte automatiquement au compte créé. Sans aucun branchement ni chiffre à entrer, elle met à disposition toutes les mesures (poids, masse grasse, masse maigre, IMC) qui sont transférées via Wifi à la page web perso. Toutes les courbes de poids sont consultables n’importe où, n’importe quand, et gratuitement, y compris à partir de l'iPhone qui, en plus d'être un révolutionnaire ordinateur de poche, s'érige en véritable coach : la balance s'y connecte automatiquement et à chaque pesée, les mesures lui sont envoyées directement.

    Cette balance intelligente, élaborée avec des médecins, des nutritionnistes et des diététiciens, calcule jour après jour l'IMC et le compare aux données de référence établies par ces spécialistes. Les conseils en fonction des résultats sont donc adaptés à chaque profil en fonction de l'âge, du sexe... La balance peut accueillir les paramètres de huit personnes sans aucun réglage : elle reconnaît instantanément quelle personne est pesée et transmet les mesures sur les espaces web respectifs.

    Le véritable point fort de cette balance est d'être un élément de motivation dans le régime. Qui, à l'occasion de ces périodes passablement frustantes, n'a pas cédé à la tentation de se peser chaque jour et n'a pas ressenti l'envie d'exploser sa balance face aux résultats ? L'on peut se bouger les fesses ou ne pas faire d'excès, parfois, l'abominable machine n'indique aucune baisse, voire pire. Mais de nombreux facteurs sont à l'origine des résultats décevants (les variations peuvent aller jusqu'à deux kilos d'un jour sur l'autre) : rétention d'eau, prise de muscle, stress, syndrôme prémenstruel... La révolution réside dans le fait que la balance Withings permet de différencier le "vrai" poids des variations naturelles et ça, incontestablement, ça joue sur le moral !

    Last but not least, elle est élégante, moderne et résistante puisque son plateau en verre noir au design extra-plat et à l'affichage rétro-éclairé est résistant aux chocs pour éviter la casse et les éraflures.

    Prix 129 Euros.

    Article sponsorisé

  • Persuasion de Jane Austen

    persuasion.jpgEdition Christian Bourgois - 296 pages

    Quatrième de couv' : "Sous le vernis d'un genre, chacune des phrases de Jane Austen attaque les conventions, traque les ridicules, et finit avec une grâce exquise par pulvériser la morale bourgeoise, sans avoir l'air d'y toucher. Les héroïnes de Jane Austen lui ressemblent, elles aiment les potins mais détestent bavardages, grossièreté et vulgarité. La pudeur, le tact, la discrétion, l'humour sont les seules convenances qu'elles reconnaissent... Et si Jane Austen mène les jeunes filles au mariage, c'est fortes d'une telle indépendance qu'il faut souhaiter au mari d'être à la hauteur ! A lire yeux baissés et genoux serrés pour goûter en secret le délicieux plaisir de la transgression des interdits." Anne Barbe, Libération 1980

    Et voilà ! Après Orgueil et préjugés, Emma, Northanger Abbey, Raison et sentiments, Lady Susan et Mansfield Park, j'ai fait le tour de l'oeuvre de la fameuse Jane Austen. Du moins de son oeuvre d'adulte puisqu'il me reste tout de même ses écrits d'adolescentes regroupés dans Juvenilia et autres textes et qui, semble-t-il, ne déméritent aucunement. Peut-on d'ailleurs pointer la moindre faille dans les écrits de cet incontournable auteur ? Nullement. Parole de fan.

    Ici, c'est le destin d'Anne Elliot qui nous est présenté, héroïne austenienne par excellence dont j'ai adoré le parcours, même si, d'après ce test, je suis davantage :

    quizmarianne.jpg
    Et vous ?
  • Faire son Bonhomme de chemin

    D'aussi loin que je me souvienne, les départs en vacances en voiture ont toujours été l'occasion de prises de têtes mémorables entre le pilote (mon père) et le co-pilote (ma mère). Soit avant le départ parce que faire tenir les valises dans le coffre s'avérait être un véritable casse-tête, soit après le départ quand mon père vérifiait - toujours une fois qu'il était trop tard - que le parasol ou ci ou ça avaient bien été oubliés. Mais le sujet de discorde le plus mémorable restait bien sûr l'itinéraire qui était soit inintéressant parce qu'intégralement autoroutier, soit trop long rapport aux insupportables moutards geignards de la banquette arrière - "c'est quand qu'on arrive ?"... -, soit erroné parce que ni ma mère (trop occupée par les valises), ni mon père (trop occupé à être préoccupé) n'avaient pris soin de le préparer minutieusement a priori. Bien sûr, c'est toujours le co-pilote qui trinque...

    L'on aurait pu penser que l'avènement du GPS participerait largement à détendre l'atmosphère des grands départs, mais c'était sans compter les prises de becs face aux difficultés de programmation et surtout les problèmes de réception satellite, les pannes technique ou de batterie rendant l'objet inutile. Et la prise de tête de reprendre, plus virulente que jamais, faute de s'être prémunis de ce genre de déconvenues par l'acquisition des indispensables cartes et guide Michelin.

    C'est pour parer ce genre de contre-temps que Michelin a lancé son nouveau site http://www.jamaissansmacartemichelin.com.

    Jamais sans ma carte rappelle que la gamme complète (collections national, région, département, zoom) permet de choisir sa route et d'organiser son voyage en toute sécurité (informations sur la déclivité, la hauteur maximale des ponts, les passages à niveau, les obstacles divers) et de façon bien plus intéressante grâce aux nombreuses informations touristiques (parcours pittoresques, pistes cyclables, voies vertes, sites incontournables...). Et loin de se contenter de sauver la mise des aspirants vacanciers, ces cartes sont pratiques (indéchirables, résistantes à l'eau...), économiques (de 2,95 à 6,65 €) et surtout fiables (mises à jour annuelles très précises).

    Si avec ça, le drame des départs perdure, c'est que c'est par goût de la tradition (de casser les bonbons).

    Merci Bibendum !

    michelin.jpg

    Article sponsorisé

  • Pilules bleues de Frederik Peeters

    Editions Atrabile - 200 pagespilules bleues.jpg

    Présentation de l'éditeur : A travers une histoire simple et des thèmes universels (l'amour, la mort), Frederik Peeters nous parle de sa rencontre et de son histoire avec Cati, de ce maudit virus qui va bouleverser la donne, et de toutes les émotions les plus contradictoires qu'il va devoir apprendre à gérer : compassion, pitié, ou amour pur et inaltérable ? Pilules bleues nous propose, sans pathos ni sensationnalisme, de regarder sous un jour rarement (jamais ?) abordé le quotidien de la maladie, tout en nous balançant quelques vérités surprenantes et bien senties sur le sujet. Malgré la gravité du thème, Pilules bleues se présente comme une œuvre remplie de fraîcheur et d'humour.

    Pilules bleues, c'est le récit autobiographique d'une histoire d'amour entre Frederik et Cati. Ca commence plutôt légèrement : pendant les 34 premières pages, l'on se rencontre, l'on se manque, l'on se recroise, l'on se perd, puis l'on se trouve, enfin. Et en l'espace de deux planches, tout bascule : Cati et son fils sont séropositifs.

    Plus qu'un aveu d'échec, c'est un cri d'espoir que pousse Peeters. Sans complaisance ni apitoiement, l'auteur relate de manière très personnelle et émotive son quotidien, ses doutes, ses joies, bref sa vie, avec pudeur et parfois moins mais sans jamais tomber dans le pathos. Si l'album a pour fil conducteur le sida, il ne se veut ni didactique, ni préventif. C'est un témoignage simple, émouvant, juste, sur la maladie, avant tout sur l'amour, mais aussi sur la paternité, l'enfance, l'intimité, la sexualité, l'introspection... Le tout servi par un trait noir et blanc et une construction intelligente (travelling, gros plans...) renforçant, si besoin était, l'émotion.

    Un véritable chef d'oeuvre.