Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Burp !

    Trois kilos en deux jours...

    Mais pour me consoler, la surcharge ne sera pas uniquement adipeuse puisque mes valises, elles aussi, explosent. Merci Papa Nouël !

    J'espère que les fêtes se seront déroulées heureusement pour un maximum de gens !

  • Merci du cadeau !

    Tous ceux ayant gardé un tant soit peu une âme d'enfant matérialiste s'accorderont sur l'excitation grandissante à l'approche du Grand Soir. Les préoccupations n'étant évidemment plus de savoir si nous avons été suffisamment sage au cours de l'année pour se voir récompenser de présents merveilleux - l'expérience nous ayant démontré que si la méchanceté, la lâcheté, la malhonnêteté, etc... étaient punies, ce n'était pas le soir de Noël - mais de découvrir si les cadeaux que nous allons ramasser sont dignes de nous au moins, conformes aux attentes que nous avons subtilement distillées ces dernières semaines à nos offrants au mieux.

    Oui, la publicité subliminale de Noël - en tout point identique à celle utilisée à l'occasion d'un anniversaire - est fon-da-men-tale. Elle permet d'éviter - autant que faire se peut, certains offrants étant obtus - de se retrouver avec une magnifique statue de clown qui se fondra si bien dans notre déco ethnique ou avec un t-shirt "30 ans et féconde" histoire de sponsoriser notre horloge biologique, fruit des préoccupations de l'ensemble de la famille. Et de surcroît de devoir se fendre d'un "merci du cadeau" parce que nous avons été éduqués et que de toute façon, c'est l'intention qui compte.

    Moi je dis que l'originalité, c'est bien sympa, mais c'est risqué. Surtout pour celui qui réceptionne hein ! Fi donc à la singularité et misons sur des valeurs sûres : le chèque cadeau. Sur Maxicheque, achetez et personnalisez en ligne des bons d'achat de 15 à 150 € valables parmi une sélection de sites marchands très réputés du web. Ils sont envoyés directement par mail à votre bénéficiaire à la date choisie, sans aucun frais supplémentaires (envoi, personnalisation...).

    Nous évitons ainsi les impairs... en plus de sauver la mise à ceux n'ayant toujours pas effectué leurs achats...

    Et parce qu'en ces temps de crise, nous ne pouvons décemment pas arroser de chèques tout notre entourage, nous nous contenterons pour certains de la petite vidéo SuperGiftme à personnaliser sur le site de jeux-concours Merciducadeau.com. Car nous n'oublions jamais que c'est l'intention qui compte.

    merciducadeau

     

    Article sponsorisé

  • Secret défense de Philippe Haim

    secretdefense.jpgEspionnage, action avec Gérard Lanvin, Vahina Giocante, Nicolas Duvauchelle, Simon Abkarian, Rachida Brakni...

    Durée : 1h40min.

    Synopsis : Chaque jour dans notre pays, mouvements terroristes et services de renseignements se livrent une guerre sans merci au nom d'idéologies que tout oppose. Pourtant, terroristes et agents secrets mènent presque la même vie. Condamnés à la clandestinité, ces stratèges de la manipulation obéissent aux mêmes méthodes. Alex et Al Barad sont deux d'entre eux. A la tête du contre-terrorisme de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure) pour l'un et d'un réseau terroriste pour l'autre, ils s'affrontent en utilisant les armes dont les plus redoutables : les êtres humains. Secret défense raconte leur guerre secrète à travers les destins de Diane, une étudiante recrutée par les services secrets français, et de Pierre, un paumé qui croit trouver son salut dans le terrorisme. Formés et endoctrinés pour des missions qui les dépassent, tous deux sont pris dans un engrenage auquel ils ne semblent pas pouvoir échapper. Seront-ils, l'un et l'autre, sacrifiés au nom de leurs "nobles" causes ?

    Comme je l'ai déjà évoqué, je ne suis pas férue de cinéma ; le lieu j'entends et non les films. Mais il est des désagréments qu'il faut savoir surmonter, surtout lorsqu'on est invitée... Et malgré le prévisible imbuvable public, je ressors enchantée de cette petite violence faite à moi-même.

    Les acteurs sont formidables et j'appuie cette critique fort consensuelle en précisant que je n'apprécie pas particulièrement Lanvin (aucun argument spécifique, un non feeling c'est tout) et Giocante (trop belle). Aux jeux exceptionnels s'ajoute une trame, certes peu originale au regard de l'actualité, mais dont l'action et les rebondissements n'ont de cesse de vous tenir en haleine.

    Parce que je suis une grande naïve qui entend bien le rester, je pars du principe que rien ici n'est romancé. Partant, c'est un foutu boulot agent secret ! Pourrait pô...

    Petit conseil pour apprécier l'oeuvre à sa juste valeur : éviter de n'être pas en état de placer sa concentration au niveau maximal. Le film est un brin complexe, faut que ça percute !

  • Chronique amoureuse #15

    C'est vrai qu'il existe différentes écoles.

    Il y ceux qui se montrent.

    Et il y a ceux qui ne se montrent pas. Ne dit-on pas d'ailleurs : pour vivre heureux, vivons cachés ?

    La question étant de savoir, si l'on adopte le second postulat, pourquoi l'on se dissimule. S'il s'agit d'une option concertée, nulle interrogation. Mais quand cette option s'impose à vous, notamment de manière systématique, le questionnement est légitime. Soit vous faites barrage sans vous en rendre compte. Soit vous semblez être l'objet de la honte.

    Le fait est qu'une vie dissolue peut conduire à tenter de se préserver des médisances d'autrui, tellement de rigueur aujourd'hui. Mais d'un autre côté, pourquoi sacrifier les instants déjà tellement comptés ? Doit-on, pour éviter les jugements qui, quoi qu'il arrive, ne cesseront jamais d'assaillir, rogner sur son bon plaisir ? Cette vie si courte semble justifier l'indispensable abandon des barrières de protection.

    Peut-être que la muraille a plus de force que la volonté... Mais si tel n'est pas le cas et que vous vous sentez d'assumer, quels que soient vos gestes, quels que soient vos faits, une question reste : qu'est-ce qui fait de vous l'inavouable immuable ?

  • Chronique amoureuse #14

    Que l'on soit homme ou que l'on soit femme, sur bien des points, vieillir est une tragédie. A commencer par le rapprochement d'avec la Fin.

    Mais le plus difficile reste probablement la déchéance physique.

    Et comme pour compenser le fait que la femme dispose d'une espérance de vie supérieure à celle l'homme, elle se décatit si ce n'est plus mal, du moins plus vite que son équivalent masculin ; toute inexorable exception à la règle écartée. Elle voit, par exemple, sa poitrine s'affaisser - si tant est que Dame Nature l'en ait dotée... Non, toute frustration morphologique mise à part, c'est un fait, point barre.

    Cela dit, l'homme n'est pas en reste si l'on compte les déplumages, briochages et autres ramollissages intempestifs.

    Mais, car il y a toujours un mais, il y a évidemment du bien dans le mal, sinon le Monde ne serait pas Monde. Et donc côté amants, il faut bien reconnaître que le mûrissement, comme pour le bon vin, à sa part d'enrichissant. Hormis une ou deux exceptions, l'homme gagne à être connu du haut de son vécu. Du mot choisi au geste précis, c'est indiscutable, l'expérience est soeur de jouissance.

    Bon, ça n'empêche pas que l'homme reste homme, sachant parfois faire preuve de manque de glamour en gardant ses chaussettes (ou autres moeurs bizarres) ou de manque de réceptivité en étant paradoxalement trop concentré (ou comment passer à deux doigts de l'absolu). Mais ces détails restent bien secondaires si à l'intensité du plaisir l'on se réfère...

    Mon conseil : oubliez vos armoires, mettez le vintage dans votre boudoir !