Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Dernières nouvelles du front sexuel d'Ariane Bois | Page d'accueil | Premiers romans de la rentrée littéraire 2013, quatrième sélection »

24/07/2013

La Fresque d'Éliane Serdan

Éditions Serge Safran - 158 pagesculture,littérature,livre,roman,histoire,italie,liban,amour

Présentation de l'éditeur : À Sienne, au XVe siècle, un despote cynique est en butte à l'opposition de quelques grandes familles. La découverte d'un complot marque le début d'une répression sanglante. Trahi par ses proches, Gian Di Bruno se réfugie en territoire florentin, dans la demeure inhabitée d'un ami. C'est le début d'un long exil qu'une servante, un chien et quelques messagers ne peuvent distraire. La rencontre de l'amour en Lelia Chiarimonti, malgré l'illusion d'un bonheur passager, participe de la perte progressive de ses repères. Alors qu'il a tout perdu, et se sent désormais plus solidaire des arbres que des hommes, l'écriture, enfin, lui permet de donner un sens à sa vie. Comme le vieux frêne solitaire et dénudé qu'il contemple devant la maison et dont les samares ont attendu l'hiver pour mûrir, il entre dans sa dernière saison, celle où il va porter ses fruits. D'origine levantine, Éliane Serdan est née en 1946 à Beyrouth. Elle passe son enfance à Draguignan, avant de faire ses études à Aix-en-Provence et Montpellier. Aujourd'hui, elle vit à Castres, dans le Tarn, où elle se consacre à l'écriture. La Fresque est son troisième roman.

Ma note :

culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis

Broché : 12,50 euros

Un grand merci aux Éditions Serge Safran pour m'avoir offert l'opportunité de découvrir ce livre.

Ne vous y trompez pas, si les premiers mots de la jaquette campent l'histoire au Quattrocento, siècle charnière entre le Moyen-Âge et la Renaissance, et en Italie, étroitement liée à cette époque dans l'imaginaire occidental, il ne s'agit nullement d'un roman historique.

Le contexte n'est que prétexte, alors que les guerres d'une Italie divisée en nombreux royaumes font rage, à l'exil du protagoniste, Gian di Bruno, dans une région reculée de Toscane. Car c'est bien l'exil qui est au coeur de ce roman, "le thème principal de tous mes livres parce que je leur demande avant tout de me consoler de l'exil" comme le dit Éliane Serdan, Libanaise de naissance et Française d'adoption dès l'enfance.

Finalement, le récit pourrait aussi bien se passer en tout temps et en tous lieux. C'est l'intemporalité de l'exil et de l'expérience intérieure qu'il induit qui est au coeur de la narration. Contraint à la fuite par ses ennemis politiques, Gian di Bruno se retrouve en pleine nature, seul face à lui-même. Cette découverte de la solitude a priori angoissante et oppressante sera le commencement d'un cheminement intérieur en plusieurs phases qui le conduira à se découvrir vraiment. De rencontres amicales en fièvres amoureuses en passant par le retour sur son passé plus ou moins lointain, il fera le point sur ses émotions et atteindra maturité, vérité identitaire profonde et accomplissement personnel. C'est dans l'écriture qu'il trouvera la plénitude.

Ce récit, très épicurien en somme, est servi par une écriture épurée. Un dépouillement entretenu par l'auteur, ancienne professeur de lettres, en guerre permanente contre le superflu pour toucher à l'authentique dans son plus simple appareil. Son style minimaliste n'en est pas moins d'une extrême précision et d'une éloquence saisissante sur les étapes existentielles qu'elle égrène comme les saisons.

Passé injustement inaperçu, La Fresque s'est d'ailleurs vu décerner le Prix Tortoni, créé en 2009, récompensant des titres dont la grande qualité a semblé au jury trop ignorée ou pas assez reconnue par les médias. Ce n'est que justice pour cette fresque bucolique et poétique dans laquelle le héros, au fil de ses raisonnements philosophiques voire mystiques, parvient à trouver sa juste place, à "arriver, un soir, dans un pays retrouvé, dans une maison d'enfance, après avoir longtemps cherché, et lire enfin, sur un visage familier, que l'errance est finie." Une conclusion bien plus optimiste que la vision de l'auteur qui "sais maintenant que ce pays n'existe pas". Elle illustre ainsi brillamment la citation de Fernando Pessoa qui disait que "la littérature est la preuve que la vie ne suffit pas". Un texte délicat et profond qui invite à l'introspection et à l'apaisement.

Ils en parlent aussi : Stéphane, Isabelle.

Vous aimerez sûrement :

La rive sombre de l'Èbre de Serge Legrand-Vall

Les arbres voyagent la nuit d'Aude Le Corff

Et rester vivant de Jean-Philippe Blondel

La silencieuse d'Ariane Schréder

Juste avant le bonheur d'Agnès Ledig

Petit art de la fuite d'Enrico Remmert

Je ne suis pas celle que je suis de Chahdortt Djavann

La nuit ne dure pas d'Olivier Martinelli

Dieu est un pote à moi de Cyril Massarotto

Ce parfait ciel bleu de Xavier de Moulins

L'amour sans le faire de Serge Joncour

Les déferlantes de Claudie Gallay

Extraits :

J'avais cru, jusqu'ici, que l'art n'avait d'autre intérêt que d'embellir une église ou d'enrichir un palais. Je découvre qu'il est nécessaire à la vie.

...

Au cours des derniers mois, j'ai vu mes amis assassinés ou contraints de fuit. Ma femme est morte, il y a des années, et je refuse d'appeler famille , un fils et des neveux qui ont pris le parti du tyran. J'ai tout perdu, l'argent, le luxe et le pouvoir. Mais la perte la plus douloureuse est d'une autre nature.

L'exil est avant tout la fin d'une harmonie. Quand je vivais à Sienne, je ne prenais jamais le temps de contempler la fuite des cyprès ou l'ocre d'un chemin mais je sais, maintenant que s'instaure entre le paysage et moi un désaccord de tous les instants, quelle était la force du lien qui nous unissait.

La fin de la pluie me rendra un décor où rien n'est familier. Même les nuages me sont étrangers. Ils me chargent d'errance, égaré, sans repères. Et pas un mouvement, pas un sentier qui donne envie de le suivre, pas une couleur qui éveille en moi l'élan.

...

Certaines périodes de notre vie glissent sur la mémoire sans y adhérer.

...

La souffrance est là. Je croyais savoir ce que signifiait ce mot. J'avais, comme tous, connu la douleur physique, les chagrins de la séparation, la morsure de la trahison. Mais rien n'est ciomparable à ce morcellement, à ce va-et-vient intérieur qui m'agite comme une eau trouble. Ma mémoire vagabonde fait défiler devant moi des images que je ne peux pas contrôler. Je cherche en vain, pendant le jour, à échapper à ce chaos douloureux. Tout m'atteint. Tout me blesse.

Le soir, enfin, me ramène à moi-même. Dans la lumière des premières flammes, l'inquiétude s'apaise.

Comme une bête immonde relâcherait son étreinte, l'angoisse se fait lointaine. Et je la reharde, étonné de la trouver insignifiante, ne comprenant pas comment elle a pu me disloquer.

...

Il était laid et d'allure ordinaire. Je me faufilais déjà derrière une tenture en direction de la porte, quand sa voix s'éleva.

Je m'arrêtais, subjugué. Il me sembla que je n'étais plus seul. Un autre que moi rêvait, et donnait à sa rêverie une forme qui me la faisait partager. Je regardai autour de moi : la magie opérait sur tous les convives.

Il existait dont un moyen de concrétiser les rêves : ce moyen, c'était les mots...

À partir de ce jour, je n'eus plus qu'une idée : grandir, devenir à mon tour jongleur de mots. Je passais des heures à essayer de déchiffrer les livres que je subtilisais dans la bibliothèque de mon père.

...

Je ne sais qui de nous a cédé le premier à l'élan qui le portait vers l'autre, ni quel signe invisible a rompu les digues qui m'isolaient depuis tant d'années. J'ai senti brusquement pendant que je la tenais contre moi, la vie affluer. Dans ma mémoire, une voix s'est mise à chanter.

C'était un air très ancien que j'avais oublié. Il disait la joie et la douleur. Il disait la folie des amants.

L'accord privilégié qui se crée en amour n'est semblable à aucun autre accord. Quand il a pu s'instaurer, il est prêt à renaître à chaque rencontre. La main qui reconnaît notre main. La voix qui fait naître en nous une voix dont jamais nous ne nous sommes servis avec d'autres. Le rythme qui nous ramène à notre cadence profonde, celle d'avant les masques et les faux-semblants, celle de l'enfance.

...

J’écris toutes les nuits, l’écriture ne me console pas de la vie. Elle m’en donne une autre.

19:37 Écrit par charlotte sapin dans Citation, Culture, Littérature française, Littérature libanaise, Livre, Roman | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it!

Commentaires

J'espère qu'il sera à la bibio !

Écrit par : clara | 25/07/2013

Répondre à ce commentaire

Avec un peu de chance. Il a quand même été primé. C'est un texte vraiment singulier qui embarque le lecteur sans qu'il s'en aperçoive. Au début on se dit bof et puis... la magie opère.

Écrit par : charlotte à clara | 25/07/2013

Les commentaires sont fermés.