Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Seuls le ciel et la terre de Brian Leung | Page d'accueil | Noces de chypre »

17/06/2013

Timeville de Tim Sliders

Éditions Fleuve Noir - 380 pagestimeville.JPG

Présentation de l'éditeur : David Cartier fait partie des chefs étoilés les plus réputés de la planète et Anna Cartier est une brillante chirurgienne. Ce soir, David et Anna ont signé les papiers de leur divorce, et David s'apprête à passer une dernière nuit dans son ancienne maison. Mais à son réveil, le décor a radicalement changé et son téléphone portable a disparu. Un hurlement à l'étage lui indique que sa fille Agathe vient de découvrir sa nouvelle coiffure à la Tina Turner et son immonde pyjama Duran Duran. Quant à Tom, le petit dernier, il se demande pourquoi la télé n'a que trois chaînes et ou sont passés ses DVD préférés. Seule Anna semble comprendre l'impossible réalité. La petite famille a voyagé dans le temps... et se retrouve au tout début des années 80, précisément à l'époque ou Anna et David se sont rencontrés et juré un amour éternel... Qui les a envoyés là et dans quel but ? Et surtout comment feront-ils pour supporter cette cohabitation forcée et... rentrer en 2012 ? Bienvenue dans la mystérieuse Timeville ! La ville de tous les temps et de tous les possibles...

Ma note :

culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis

Broché : 19,50 euros

Ebook : 13,99 euros

Un grand merci aux Éditions Fleuve Noir et Pocket pour m'avoir offert l'opportunité de découvrir ce livre.

Contrairement aux apparences anglo-saxonnes du titre et du patronyme de l'auteur, Timeville est l'histoire d'un voyage dans le temps tout ce qu'il y a de plus hexagonal, écrit par un romancier et scénariste français ayant choisi pour coïncident pseudonyme un clin d'oeil à la série Sliders : Les mondes parallèles.

Rétro, vintage, revival... La mode du retour aux sources a le vent en poupe depuis quelque temps. Après s'être emparée de la mode, la déco ou encore la musique, pourquoi la tendance aurait-elle épargné la littérature ? Et quel meilleur procédé que le bon vieux voyage dans le temps pour réinvestir le passé nostalgique ?

Tim Sliders catapulte ainsi au coeur des eighties une famille moderne au bord de la crise de nerfs. Des personnages attachants - particulièrement l'adolescente de la famille - et très réalistes dans leurs réactions en de pareilles circonstances : de l'impression d'être fou à la panique, de la déprime à l'excitation, de l'inquiétude de transformer le cours des choses à la tentation de tirer parti de la connaissance du futur... Mais pourquoi ce bond temporel ? Sont-ils bloqués ? Sont-ils seuls à traverser cette expérience ? Existe-t-il un moyen de retourner dans le futur ? Si oui, quel est-il ? Autant de questions que vont être contraints de se poser les membres de la famille Cartier. En attendant d'y répondre, tous vont devoir s'adapter, les adultes en revivant leurs vertes années et les jeunes en subissant de plein fouet le choc des époques...

Des objets (Rubik's cube, Casimir...) aux figures emblématiques (Jean-Jacques Goldman, Mylène Farmer, deux cambrioleurs aux airs du duo de Steinbeck dans Des souris et des hommes...) en passant par les événements du moment (assassinat de John Lennon, Gang des Postiches...) et les connaissances (médicales, technologiques...) forcément moins avancées, c'est tout le quotidien d'alors qui est mis en scène. Cette toile de fond so eighties donne toute sa saveur à une comédie derrière laquelle se cache également une véritable critique du monde moderne où tout va trop vite, où la carrière prend le pas sur la famille, où l'homme n'est plus rien sans la technologie, où la multiplication des moyens de communication nuit aux relations interpersonnelles, etc.

Mais cette situation fictionnelle avant tout divertissante est aussi le prétexte à une réflexion sur les origines, le temps qui passe, qui nous voit changer. Invite au retour sur soi, elle incite à faire un bilan de parcours : d'où vient-on, où en est-on, où veut-on aller, que veut-on retrouver ? La question de la seconde chance est posée et amène à penser à la réécriture des réussites et des échecs de sa propre vie, véritable uchronie existentielle : ce que l'on voudrait revivre tel quel, ce que l'on voudrait améliorer et ce que l'on voudrait totalement changer. Au-delà du côté kitch des années 80, l'auteur rappelle certains des avantages de cette époque pas si lointaine où tout n'était pas si ringard...

Avec son style simple et rythmé et son intrigue rocambolesque relativement prévisible, Timeville n'est certes pas à proprement parler de la grande littérature. Sans être mauvais, le récit manque d'un petit quelque chose. Peut-être de situations cocasses de téléscopage entre passé et présent ? À moins que ce ne soit l'absence de réelle explication sur ce couloir spatio-temporel. Mais aussi imparfait soit-il, ce livre mêlant science fiction, histoire d'amour, saga familiale et intrigue policière est incontestablement sympathique. Bien qu'exploité à maintes reprises, le thème du voyage temporel garde une forte emprise sur l'imaginaire ; sans compter qu'il touche ici la fibre sentimentale en jouant sur une époque proche et des références faisant littéralement retomber en enfance. Le parfum mélancolique distillé érige une comédie sentimentale grand public somme toute moyenne au rang de madeleine de Proust. Et c'est une recette largement satisfaisante pour offrir un moment de détente tout à fait digne de ce nom.

Ils en parlent aussi : Marnie, Mélo, Lune, Alexandra.

Vous aimerez sûrement :

Demain j'arrête ! de Gilles Legardinier

Quartier lointain de Jirô Taniguchi

Hier tu comprendras de Rebecca Stead

La double vie d'Irina de Lionel Shriver

Enfants de la paranoïa de Trevor Shane

Peste de Chuck Palahniuk

Julian de Robert Charles Wilson

Hunger Games de Suzanne Collins

La chambre à remonter le temps de Benjamin Berton

Extraits :

- (...) J'hallucine que vous ayez pu vivre dans cette époque précambrienne, j'ai toujours cru que vous en rajoutiez. C'est un cauchemar, votre truc !

...

Ses parents lui ont déjà parlé des années 80 - ils se sont connus sur une chanson de John Lennon -, mais jamais elle n'aurait pu croire qu'un tel manque de tout a réellement existé.

19:25 Écrit par charlotte sapin dans Citation, Culture, Littérature française, Livre, Roman, SF, fantasy, fantastique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.