Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rainbow Warriors d'Ayerdhal | Page d'accueil | La femme du tigre de Téa Obreht »

02/04/2013

Jours heureux à Flins de Richard Gangloff

jours heureux à flins.jpgÉditions Albin Michel - 229 pages

Présentation de l'éditeur : Mai 68, Flins, l’usine-modèle de ce qu’on appelle alors la Régie Renault. Pendant que la société se soulève, à mille lieux des « cadences infernales », Bertrand l’utopiste, Marie la révoltée, Luc le débrouillard, Ginette la bonne copine pas farouche et Gilbert, le populaire patron du comité d’entreprise, fréquentent « Le Cinq », un bar clandestin, tout en se moquant des ordres lancés par une hiérarchie grotesque. Ils font des courses sauvages en R8 Gordini et arrêtent les chaînes de montage lorsque l’envie de batifoler les prend. Combines, truandes, coulage… on profite de la vie dans une bonne ambiance. Jusqu’au jour où la paye des employés est volée, probablement grâce à des complicités internes, semant la panique au sein de l’usine. Qui sont les auteurs de ce braquage ? Dans cette désopilante chronique où une bande de copains se débrouille pour s’en sortir, Richard Gangloff dresse le tableau iconoclaste d’une époque dont nous avons tous une certaine nostalgie.

Ma note :

culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis

Broché : 17 euros

Ebook : 11,99 euros

Un grand merci aux Éditions Albin Michel pour m'avoir offert l'opportunité de découvrir ce premier texte de l'auteur.

Dans la catégorie premier livre où tout est aussi vrai que romancé et surtout aussi drôle, émouvant et haletant qu'une histoire des Pieds Nickelés : Jours heureux à Flins de Richard Gangloff, parution de ce mois de mars des éditions Albin Michel.

Par le biais des folles aventures d'une bande de camarades travailleurs de l'usine Renault-Flins, l'auteur donne à (re)vivre une certaine réalité du monde ouvrier de la fin des années soixante, dont les incontournables événements de mai 68.

Fruit de son expérience, de ses rencontres et de son imaginaire, Jours heureux à Flins n'est ni un reportage, ni un livre témoignages, ni un manifeste pour la lutte des classes - même si les gars cool sont les petites mains et les ringards, les cols blancs. Mais sous ses allures de roman divertissant avec pour trame de fond un pan entier du patrimoine français, Richard Gangloff amène, sans toutefois en faire un roman engagé, une certaine réflexion sur le monde du travail d'hier et d'aujourd'hui.

Malgré l'exploitation, les cadences infernales, la vision offerte par l'écrivain donne à croire, vu de 2013, qu'il y avait des avantages, une certaine considération, un certain respect du travailleur et surtout une possibilité à jouer avec le système pour compenser le quotidien - au risque quand même de se brûler les doigts... -, qui n'existent plus à l'heure actuelle. Et que, malgré une lutte des travailleurs non encore aboutie et le fait que le travail était au centre de la vie, il y avait de vraies raisons de s'en accomoder ou de réels potentiels à s'en affranchir, contrairement à aujourd'hui.

De ce récit et ses vrais-faux personnages aux tribulations épiques émane une tendresse qui parvient à rendre nostalgique même le lecteur n'ayant pas vécu cette époque ; nostalgie pour ma part renforcée par le souvenir des anecdotes de ces anciens de ma famille passés par Flins.

Un passé pas si lointain où la solidarité avait encore un sens... Un bien joli roman dont on aimerait qu'il (r)éveille certaines consciences...

Retrouvez la page Facebook du roman avec documents d'archives et vraies photos des personnages à la clé !

Ils en parlent aussi : Véronique, 20 minutes.

Vous aimerez sûrement :

Rouge dans la brume de Gérard Mordillat

L'établi de Robert Linhart

Le club des incorrigibles optimistes & La vie rêvée d'Ernesto G. de Jean-Michel Guenassia

Trois fois le loyer de Julien Capron

La calèche de Jean Diwo

Marthe et Mathilde de Pascale Hugues

Le café de l'Excelsior de Philippe Claudel

Extraits :

Avant de s'asseoir pour écrire,

Il faut se lever pour vivre...

François Truffaut

...

(...) connaître son point faible, c'est déjà une force.

10:42 Écrit par charlotte sapin dans Bio/autobiographie, Citation, Culture, Document, témoignage, Littérature française, Livre, Première oeuvre, Roman | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.