Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'impossible Miss Ella de Toni Jordan

À paraître le 28 février 2013.l'impossible miss ella.jpg

Éditions Héloïse d'Ormesson - 300 pages

Présentation de l'éditeur : Della est une jeune femme comme les autres, à ceci près qu'elle a fait du mensonge un art de vivre et de l'escroquerie sa profession. Sous les traits d'Ella, brillante biologiste, saura-t-elle convaincre Daniel Metcalf, irrésistible milliardaire, de financer son projet de recherche ? Avec vingt-cinq mille dollars à la clé, l'arnaqueuse de haut vol n'a pas le droit à l'erreur. Pour prouver à l'ingénu que le tigre de Tasmanie n'est pas une espèce éteinte, elle engage une extraordinaire expédition dans la jungle. Un coup monté presque parfait, si l'amour ne s'immisçait dans la manigance. Une comédié romantique - et scientifique - pétillante.

Traduit de l'anglais (Australie) par Laurence Videloup.

Ma note :

culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis

Broché : 21 euros

Un grand merci aux Éditions Héloïse d'Ormesson et à Babelio pour m'avoir offert l'opportunité de découvrir ce livre en avant-première dans le cadre de l'opération Masse critique.

Un clan composé d'à peu près Robin des bois vivant d'arnaques alambiquées dans le cadre australien... Un pitch a priori prometteur pour de dépaysantes et décapantes aventures !

Seulement, si ce sont les mots "extraordinaire expédition dans la jungle" qui ont retenu votre attention dans la présentation de l'éditeur, passez votre chemin. Malheureusement, l'auteur ne met que peu l'Australie et ses richesses environnementales à l'honneur dans son récit : l'on a quasiment jamais l'impression d'y être et la grande scène de l'expédition pourrait aussi bien se passer sur la colline d'en face ou le parc du coin qu'il n'y aurait pas de différence.

Si l'on ajoute à cette flagrante absence de mise en valeur du cadre un certain manque de crédibilité du prétendu savoir-faire de soit disant arnaqueurs de haut vol, l'on peut légitimement penser que ce texte, faute de vraisemblance, n'a pas grand intérêt, voire est un échec.

Pourtant, si tant est que l'on recherche un moment de lecture synonyme de légèreté, le livre de Toni Jordan remplit sa mission en terme de divertissement. Les personnages décalés, pour ne pas dire loufoques, parviennent à embarquer le lecteur dans leurs folles aventures. L'on sourit, l'on compatit, l'on s'attendrit... et l'on éprouve malgré tout l'impatience de savoir comment tout va se terminer.

À noter le talent particulier de l'auteur pour l'écriture des quelques scènes sensuelles. Si ce genre de passages sont rarement convaincants, soit laissant de marbre soit ridicules ou vulgaires, ils sont ici particulièrement bien dosés, juste ce qu'il faut, ni trop ni trop peu.

À défaut donc d'être dépaysante, cette lecture s'avère amusante, touchante et à certains moments émoustillante. Et c'est déjà pas mal. Ce n'est certes pas très profond mais la lecture n'a pas à toujours être un acte intellectuel engagé que diable !

Ils en parlent aussi : Yael, Judith, Ladesiderienne.

Vous aimerez sûrement :

Extraits :

- (...) Qui fait les lois de cette société ?

- Les riches et les sans-coeur.

- Et pourquoi font-ils ces lois ?

- Pour protéger leurs avantages personnels, résultats de leur origine privilégiée et de siècles d'oppression des plus faibles.

- Et que pensons-nous de ces lois ?

- Nous les rejetons. Totalement.

...

- Donc, on a pensé que les humains, dans la matrice, reproduisaient les différentes phases de l'évolution de l'espèce. Que les embryons sont d'abord des poissons, puis des salamandres, des tortues, puis des poulets, avant de devenir humains. Immense théorie. Dommage qu'elle ne soit pas vraie. Elle a l'air vraie. On devrait tous la porter en nous, porter le poids de notre passé, les vestiges de ce que nous étions.

- Quand vous formulez les choses comme ça, je ne l'aime pas cette théorie. Quel terrible fardeau ! Porter avec soi tout ce qu'on a été, dit-il d'une voix qui semble assourdie par l'obscurité.

- J'imagine que vous avez raison, tout le monde a droit à un nouveau départ.

Commentaires

  • Son précédant roman avait déjà l'air sympa, léger, pas prise de tête. Je ne vais pas me précipiter sur ce nouveau roman mais je le garde en mémoire, peut-être pour une lecture facile au bord de la plage.

  • Tu as raison, c'est une bonne lecture de plage ! Je ne connaissais pas l'auteur pour ma part mais même si j'ai passé un agréable moment, je ne pense pas me plonger dans sa bibliographie... Merci pour ta visite. A bientôt !

Les commentaires sont fermés.