Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mille femmes blanches de Jim Fergus | Page d'accueil | Premiers romans de la rentrée littéraire 2013, cinquième sélection »

02/08/2013

Rosalie Blum de Camille Jourdy

culture,littérature,bande dessinée,bd,illustration,trilogieTome 1 - Une impression de déjà-vu

Éditions Actes Sud BD - 128 pages

Présentation de l'éditeur : Vincent, 30 ans, célibataire, solitaire mène une vie ennuyeuse et routinière partagée entre son salon de coiffure et sa mère possessive et farfelue. Un jour, il croise Rosalie dont le visage lui parait étrangement familier. Sous prétexte de vouloir l'identifier, il se met à la suivre. Immergé clandestinement dans la vie de cette femme pour le moins étrange, Vincent va être amené à remettre en cause les choix de sa propre existence. Une petite ville de province pour un singulier trio composé de Rosalie, Aude et Vincent par l'auteur de "Une araignée, des tagliatelles et au lit, tu parles d'une vie !". Un magnifique travail à l'aquarelle !

Ma note :

culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis

Album souple : 18 euros

Parfois, les éléments déclencheurs d'une lecture sont assez inhabituels. Sans savoir pourquoi ni comment, j'ai découvert que Camille Jourdy était née la même année que moi, au coeur d'une contrée dans laquelle j'ai longtemps vécu. Aussi étrange que cela puisse paraître, ce hasard a suffi à faire naître en moi l'envie de jeter un oeil à la bibliographie de la demoiselle. Ne dit-on pas que le hasard fait bien les choses ? Qu'on se le dise, Rosalie Blum est une petite douceur bédessinée, emplie de bonnes surprises.

La première est évidemment le graphisme, très simple, sans prétention. Fait d'aquarelles pastels très douces au service d'une ambiance agréable, apaisante et jamais lassante, il alterne une construction tantôt classique, tantôt pleine page et parfois faite de petits dessins accumulés anarchiquement. La lecture n'est jamais déstabilisée mais l'oeil toujours surpris.

La deuxième est le récit dont l'intrigue, parfaitement maîtrisée, prend immanquablement le lecteur au jeu du suspense qui atteint son paroxysme à la toute dernière case. De quoi donner envie de se précipiter sur le deuxième puis le dernier volet de cette trilogie qui a obtenu le Sheriff d'or 2009 de la librairie Esprit BD, le Prix Révélation 2010 d'Angoulême et le Grand Prix RTL 2009 de la BD.

Mais la plus importante et audacieuse réside sans doute dans la dimension mystérieuse de cet album éponyme qui ne délivre que peu d'information sur Rosalie Blum. C'est ici Vincent que l'on découvre dans son quotidien qu'il semble subir sans chercher à le modifier.

Petit provincial un peu loser sur les bords, largué par sa copine, tributaire d'une mère castratrice et farfelue - pour ne pas dire timbrée - et légèrement asocial puisque son unique pote est son cousin, Vincent se laisse porter par la vie sans vraiment exister. Jusqu'au jour où il croise le chemin de Rosalie Blum qui provoque en lui une impression de déjà vu sans savoir ni quand, ni où, ni comment. Il décide alors de la suivre, ne laissant nullement croire au lecteur qu'il faille y voir une quelconque perversion. Commence alors pour lui une vie par procuration qui bouscule ses habitudes et lui ouvre le champ des possibles... Si la vie de Rosalie semble plus vivante, moins tiède que celle de Vincent, elle semble elle-aussi très solitaire...

Ce premier tome est surprenant. Véritable chronique provinciale, il ne s'y passe pas grand chose et pourtant l'auteur, par l'intensité évocatrice des détails de son dessin, parvient à exprimer avec force la vacuité du quotidien. Elle dépeint avec justesse, au travers d'une galerie de personnages à la fois communs et originaux, la langueur existentielle, la médiocrité quotidienne aussi pesante que consentie par facilité.

S'il y a beaucoup de fantaisie, de tendresse et d'humour dans ce premier volet d'une histoire prometteuse, le ton de Camille Jourdy est résolument mélancolique. Dans une atmosphère bucolique et spleenétique, elle parvient à transcender la tristesse de ses personnages et leurs petits riens courants, érigeant son récit simple mais ô combien original au rang de narration attachante et intrigante dont on veut absolument connaître la suite. Une oeuvre de l'auteur illustratrice très réussie qui donne vraiment envie de se pencher sur sa bibliographie.

Ils en parlent aussi : Sara, Buzz littéraire, Chaplum.

Vous aimerez sûrement :

Un peu de bois et d'acier et Fables amères de Chabouté

La fille de l'eau de Sacha Goerg

La rue des autres de Violaine Leroy

Paul à Québec de Michel Rabagliati

Les petits ruisseaux de Rabaté

Cinq mille kilomètres par seconde de Manuele Fior

La vieille dame qui n'avait jamais joué au tennis de Zidrou

Appelle-moi Ferdinand de Hervé Bourhis, Christophe Conty et Christian Durieux

La trilogie Joséphine, Cadavre exquis de Pénélope Bagieu & La page blanche avec Boulet

Lulu femme nue d'Étienne Davodeau

Les ensembles contraires de Kris, Éric T. et Nicoby

Vacance & Quatre soeurs de Cati Baur

23:00 Écrit par charlotte sapin dans Bande dessinée, Culture, Littérature française, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.