Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Petit éloge du charme d'Harold Cobert

François Bourin Éditeur - 109 pagespetit éloge du charme.jpg

Présentatin de l'éditeur : "Il a du charme" concède-t-on quand on ne peut pas dire de quelqu'un qu'il est beau tout en lui reconnaissant un certain attrait. Mais quand on nous somme de nous expliquer, voilà que l'on bafouille. Tel est le charme: multiple, fuyant, se soustrayant sans cesse à l'analyse. Le romancier Harold Cobert a relevé le défi. S'appuyant sur l'étymologie, la philosophie, l'histoire et la littérature, il examine tous les aspects de cette notion volatile dans un style aérien, ludique et bien sûr charmant.

Merci à l'auteur et aux Éditions François Bourin de m'avoir donné l'opportunité de découvrir ce livre.

Ma note :

culture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unisculture,citation,littérature,livre,roman,etats-unis

Broché : 14 euros

Lire le premier chapitre

Au gré de mes pérégrinations sur les différents réseaux sociaux, j'ai constaté que plusieurs blogueurs littéraires s'étaient vus offrir Petit éloge du charme d'Harold Cobert en service de presse. Et moi alors ?! Ni une, ni deux, j'ai audacieusement entrepris de faire savoir à l'auteur par le biais de ces mêmes réseaux sociaux que j'étais passablement vexée de n'avoir manifestement pas assez de charme pour avoir l'honneur de lire et chroniquer son nouvel ouvrage.

Un accès de véritable déception jalouse enrobé d'humour qui a fait mouche puisque le charmant Harold Cobert m'a proposé de satisfaire mon caprice en m'envoyant son livre à condition que le toupet ne devienne pas une mauvaise habitude. Ce que je me suis empressée de promettre - tout en croisant les doigts !

Mais alors que je guettais ma boîte aux lettres, un doute m'a assaillie. Et si le livre ne me plaisait pas ? Parce qu'il faut reconnaître que ça la fiche plutôt mal de pleurer un bouquin pour ensuite le démonter. D'autant que mes recherches m'ont appris que ce que je croyais être un roman est en fait... un essai... Et les habitués du blog connaissent mon goût ô combien prononcé pour les essais - hum...

Si l'on considère néanmoins que seuls les imbéciles ne changent pas d'avis et que je m'efforce autant que faire se peut de ne pas sombrer dans les certitudes inébranlables, signes manifestes d'un encroûtement spirituel synonyme de vieillissement dans l'acception péjorative du terme : j'ai lu et j'ai aimé.

Alors certes, le plaisir que j'ai éprouvé à la lecture de ce court traité tient en partie à sa concision. Soyons honnêtes, on ne se refait pas du tout au tout du jour au lendemain, un pavé aurait été une gageure pour l'habituelle non-lectrice d'essais que je suis. Mais au-delà de ce format réduit, c'est bel et bien le contenu qui m'a agréablement surprise.

Loin de mes a priori qualifiant ce type d'écrits de trop sérieux, barbants ou encore hermétiques, Petit éloge du charme est un texte accessible et digeste. Avec humour et poésie, Harold Cobert explique à sa façon la notion de charme, terme si souvent utilisé mais que tout un chacun est bien en peine de définir. En s'appuyant sur l'éthymologie, la mythologie, la philosophie, la littérature ou tout simplement les événements de la vie courante, l'auteur livre une approche aussi universelle que personnelle du charme. Forcément. Quoi de plus relatif quand on y songe ? Ce qui fait de ce petit livre moins une réelle ambition de réponse qu'une délicieuse invite faite au lecteur de se plonger dans sa propre représentation.

Et quoi de plus exquis que de se laisser aller à son imagination et/ou ses souvenirs, de penser à tout ce qui nous charme ?

Un petit livre très agréable et facile à lire, extrêmement bien documenté, tout à fait enrichissant et de bien des manières.

Ils en parlent aussi : Eulimène, Actulittéraire.

Vous aimerez sûrement :

La rue des autres de Violaine Leroy

Fables amères et Un peu de bois et d'acier de Chabouté

La vieille dame qui n'avait jamais joué au tennis de Zidrou

Là où vont nos pères de Shaun Tan

Extraits :

On devrait toujours être légèrement improbable.

Oscar Wilde

...

En résumé, on ne peut définir le charme avec exactitude, il se refuse à toute analyse et nous tient constamment en échec. Difficile, alors, d'en parler, encore plus d'en faire l'éloge sans rompre le charme du charme et, partant, de passer à côté ou, pire, de le voir se dissiper dans le néant.

Faut-il pour autant jeter l'éponge et renoncer à notre entreprise dès ses prémices ? Non, la gageure plaît. Mieux : elle nous charme.

...

Dire que la charme ne saurait se résumer à la beauté, au sens physique du terme, n'implique pas que la beauté soit dénuée de charme(s). Qui pourrait prétendre ne pas être sinon charmé, du moins captivé, parfois subjugué, par une femme ou un homme à la plastique stupéfiante ? On peut le nier, dans l'absolu, arguant avec des airs péremptoires que "la véritable beauté est à l'intérieur", que seule compte "la beauté de l'âme", "de l'esprit" et autres poncifs aussi moraux qu'éculés. Hypocrites, surtout.

...

Le temps est donc l'ennemi de la beauté. Mais il est l'allié du charme. Il patine les épidermes, les sculpte, les cisèle de mille et une entailles qui racontent toutes une histoire. Là, l'encoche du premier sourire. Ici, la fêlure du premier chagrin d'amour. A la commissure des lèvres, la cicatrice d'une moue trop souvent opposée aux coups du sort et aux maux pris sur soi. Autout des yeux, l'éventail des pattes d'oie, cadran solaire strié décomptant les moments de rire et de bonheur passés.

...

Le temps et la charme se vouent une affection réelle et mutuelle. Certaines personnes sont même plus belles une fois fanées les extravagances de leur jeunesse.

Commentaires

  • Comme d'hab, une superbe chronique : vive, vivante et pleine de charme !

  • Merci Vincent ! Je suis sûre que ce texte te plairait au plus haut point !

  • Ravie qu'il t'ait plu aussi !
    Merci pour le lien, je vais en faire de même dès que j'aurai un peu de temps !

  • Oui, je ne suis pas habituée à lire ce genre de texte mais celui-ci est un réel petit plaisir.
    Je t'en prie. Ce n'est pas une obligation, c'est mon nouveau format de présentation. Je cherche d'abord chez les copains, sinon je mets des liens vers des lecteurs inconnus.
    Quoiqu'il en soit, merci pour tes visites fidèles et tes commentaires !

Les commentaires sont fermés.