Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rentrée littéraire : Dessous de Leela Corman | Page d'accueil | Beauvoir in love d'Irène Frain »

08/10/2012

Pas de pitié pour les gueux de Laurent Cordonnier

pas de pitié pour les gueux.jpgSur les théories économiques du chômage

Editions Raisons d'agir - 124 pages

Présentation de l'éditeur : Pourquoi y a-t-il du chômage ? Parce que les salariés en veulent toujours trop… parce qu’ils recherchent la sécurité, la rente et se complaisent dans l’assistanat… parce qu’ils sont roublards, paresseux, primesautiers et méchants, etc. Voilà ce que racontent, en termes certes plus choisis, et avec force démonstrations mathématiques, les théories « scientifiques » élaborées par les économistes du travail. L’auteur se livre ici à un véritable travail de traduction en langage littéraire des théories savantes, au terme duquel il apparaît que leur signification, « une fois défroquées de leurs oripeaux savants, frôle souvent l’abject, à un point dont on n’a généralement pas idée ». C’est justement pour en donner idée que ce livre est écrit.

Voilà un formidable ouvrage d’économie !

Ce livre est une réflexion pertinente sur le monde du travail et l’une de ses entités, les chômeurs. Economiste maître de conférences à l’Université de Lille 1, l'auteur pourrait se contenter, comme bon nombre de ses coreligionnaires, de nous bombarder de chiffres et de théories absconses autant qu'abstruses mais non, absolument pas. Il préfère l’usage intelligent des mots et plus incroyable encore - crime de lèse-majesté ! -, il fait preuve d'une infinie honnêteté intellectuelle en critiquant les grands courants économiques actuels.

Son extraordinaire pédagogie permet à tout un chacun de comprendre les fondements de l'économie du travail et les théories du chômage. Des explications simples et claires qui permettent d'appréhender facilement ce fléau de nos temps. Son ironie désopilante rend l'ouvrage très divertissant et permet de mettre un peu de légèreté dans un sujet grave.

De chapitre en chapitre, Laurent Cordonnier va démonter l'usine à gaz qu’est le marché du travail - existe-t-il vraiment ? - rêvée par les économistes adeptes de la théorie néolibérale. En quelques pages seulement, il parvient à révéler la vaste farce capitaliste dont nous sommes les dindons, les gueux. Il démonte clairement la manipulation orchestrée par les politiciens, les patrons, les économistes et relayée par les journalistes, qui inventent les théories qui les arrangent. Des théories académiques qui ne tiennent aucun compte de la réalité, de l'humain et sont par le fait évidemment absurdes.

Une plongée brutale mais nécessaire et surtout salutaire qui met à mal bien des préjugés, notamment celui de ce travailleur / chômeur (le travailleur pouvant devenir chômeur et inversement) tour à tour « poltron, roublard, paresseux, primesautier et méchant » ! Un choc, un accident, un télescopage... Ce livre est violent mais pourrait-ce être différent quand d’un côté le travailleur / chômeur est déconsidéré, maltraité, injurié dans son état d’Homme et que de l’autre les théoriciens avancent que « le taux de chômage doit être suffisamment élevé pour qu’il soit payant pour les travailleurs de travailler plutôt que de prendre le risque d’être pris en train de tirer au flanc » ?

Paru en 2000, ce travail rigoureux et plein d'humour pourrait paraître daté. Pourtant il n'a pas pris une ride et s'inscrit plus que jamais dans l'actualité des multiples crises connues et vécues ces dernières années. Un essai essentiel pour mieux comprendre le monde qui nous entoure et déjouer, au moins intellectuellement, les mépris et méprises qui nous sont adressés, nous travailleuses, travailleurs... D'aucuns diront peut-être que ce travail est pour le moins marqué politiquement. Mais sans doute sera-ca parce que cette analyse les dérange...

En guise de conclusion, un dernier boum : disons-nous que quand un grand acteur économique avance qu’il s’agit d’un signal au marché du travail, cela n’augure rien de bon pour nous... Mais en fait, nous le savions déjà, malheureusement...

Extrait :

Milton Friedman, le chef de file du monétarisme, a peut-être raison : la meilleure chose que l’on puisse faire avec les pauvres, c’est de les laisser tranquilles. Ils n’ont que ce qu’ils méritent, et qu’ils ont bien cherché.

Rédigé par Vincent

12:58 Écrit par charlotte sapin dans Citation, Culture, Essai, Les billets de Vincent, Littérature française, Livre, Travail | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.