Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doux remèdes pour coeurs brisés de Cathy Kelly

Editions Presses de la Cité / Pocket - 600 pagesdoux remèdes pour coeurs brisés.jpg

Présentation de l'éditeur : Partie de la petite vile de Tamarin, en Irlande, Izzie a gagné New Yord où elle a monté sa propre agence de mannequins. Une vraie success story ! Ou presque : côté coeur, Izzie a eu la mauvaise idée de tomber amoureuse d'un homme marié... A Tamarin, sa tante Anneliese, elle, découvre qu'elle joue, à son insu, le rôle de la femme trompée. Réunie au cheve de Lily, la grand-mère d'Izzie gravement malade, les deux femmes puiseront dans sa sagesse le remède à leur coeur brisé.

S'il est des lecteurs qui éprouvent parfois le besoin de lever le pied, toute lecture cessante, je dois confesser, pour ma part, que je reprends mon souffle au travers de ce que l'on appelle des lectures légères.

Parce que j'avais particulièrement apprécié Les secrets de Summer Street pour leur frivolité subtile échappant à l'inconsistance trop souvent reprochée du genre, ni une, ni deux, j'ai opté pour la même auteur à l'occasion de ma nouvelle lecture-déconnexion.

Pour l'évasion par la légèreté, aucun souci, on y est complètement. En revanche, il faut bien souligner que comparativement à ma précédente expérience d'avec l'auteur, le contenu ici est sensiblement plus falot. Je nuancerai donc en disant que Les secrets de Summer Street sont à la chick'litt' ce que Doux remèdes pour coeurs brisés est à la littérature de gare. Loin de moi l'idée de m'associer aux gaussements fats de lecteurs intellectualisants. Cette distinction nullement méprisante pour ces soit-disant sous-genres littéraires n'a pour seul but que de nuancer la teneur du contenu, histoire de se plonger dans la lecture en toute connaissance de cause.

Je suis toujours un peu agacée du mépris affiché par certains liseurs pour telle ou telle sorte de littérature, jugées minables - ou inavouables car ne sous-estimons pas les fourbes qui aiment uniquement sous le manteau, incapables d'assumer. Un peu comme ces parents qui désespèrent de la lecture exclusive de bd/mangas par leur progéniture. Mais bouquiner des présupposées lectures indignes, n'est-ce pas lire avant tout ?

Ici donc, Cathy Kelly offre un récit rafraîchissant, certes un peu fade et très convenu, mais j'ai parfaitement décroché et retrouvé mon souffle après des lectures nécessitant plus d'attention. Mission accomplie.

Extrait :

Simplement, certains jours, son esprit n'était plus qu'un nuage de peur, d'angoisse et de ténèbres. Elle ne savait pas pourquoi cela lui arrivait. C'était là, voilà tout.

Commentaires

  • tu m'as donné envie de lire ce livre !

  • Et bien écoute, j'en suis enchantée, c'est exactement la vocation de ce blog ! Bonne lecture !

Les commentaires sont fermés.