Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le cahier d'activités Julien Lepers Les fautes de français

cahier julien lepers.jpgEditions Michel Lafon - 48 pages

Présentation de l'éditeur : La langue française nous piège, nous embrouille, nous plonge dans la confusion. Exceptions, dérogations, contradictions : ses règles, on n'y comprend parfois rien. Mais parce que nous l'aimons et que nous l'avons reçue en partage, nous avons envie de mieux la parler et l'écrire. C'est pourquoi, après Les fautes de français ? Plus jamais !, je vous propose ce cahier d'activités ludiques. Il passe en revue des thèmes variés : le genre des mots, les contresens, les adverbes, les pléonasmes, les clichés, les anglicismes, les homonymes... et même les expressions à la mode et le langage "jeune" ! De nombreux jeux pour découvrir ou redécouvrir les subtilités du français et éviter ses traquenards. Testez vos connaissances tout en vous amusant ! Julien Lepers

Merci aux Editions Michel Lafon de m'avoir offert de bons moments d'amusement enrichissant.

Depuis quelques années, les cahiers pour adultes sont devenus une vraie tendance. Un enthousiasme relativement étonnant si l'on se remémore la façon dont on traînait la patte à l'époque où nos parents nous imposaient les devoirs de vacances. La nostalgie de nos vertes années arriverait presque à nous convaincre de reporter des cagoules...

D'après ma mémoire faillible, cet engouement remonte au succès du Cahier de gribouillages pour adultes qui s'ennuient au bureau (Editions du Panama). Depuis, ils sont nombreux : du traditionnel cahier de grilles de jeux au cahier de développement personnel en passant par le cahier coquin pour pimenter l'été ou le vrai cahier d'exercices pour améliorer qui de son anglais qui de son coup de crayon, il y en a pour tous les goûts.

Certes, la période estivale est de manière communément admise synonyme de repos, de relâchement, de décompression, etc. Les épisodes caniculaires renforçant le phénomène de relâchement de l'esprit autant que du corps. Néanmoins, l'on n'est pas tenu de bronzer bête ! D'autant qu'apprendre ne signifie pas forcément se fatiguer les méninges et que feuilleter les potins de la presse people dont les multiples titres publient les mêmes photos sans jamais raconter la même histoire est vite lassant, convenons-en.

Dans le registre ludique mais intelligent, Le cahier d'activités Julien Lepers Les fautes de français est idéal. Si comme moi, vous êtes un(e) amoureux(se) de notre belle langue mais que malgré votre bonne volonté vous butez sur ses nombreuses règles et exceptions, cette édition de la maison Michel Lafon est faite pour vous.

D'étonnement en surprise, j'ai découvert que je parlais bien moins bien français que je ne le croyais ! Et de me rendre compte que je corrigeais des erreurs qui n'en étaient pas... Mais également de faire le constat que le niveau de nos journalistes a pris un sacré coup...

Bref, de quoi remettre les points sur les i à l'heure où les termes sont galvaudés et les syntaxes bafouées. Naturellement, il est inutile d'être en vacances pour se prêter au jeu !

Extraits :

J'ai longtemps eu peur de la langue française. Ma famille et mes professeurs lui manifestaient le respect qu'on doit, par exemple, à une aïeule tatillonne et capricieuse. Ils m'enseignèrent qu'il ne fallait pas la brusquer, qu'un rien l'ébouriffait, qu'un pataquès, un pléonasme, un mauvais accord du participe passé suffisaient à la vexer. Ils m'ont ainsi inculqué, sans que je m'en aperçoive, ce je ne sais quoi qui me fait frémir quand je l'entends maltraiter. Hélas ! ils m'ont aussi transmis l'angoisse de me prendre les pieds - ou plutôt la langue - dans les exceptions et les incohérences qui en compliquent l'emploi. Certains jours, la langue française est belle comme une princesse. Elle donne subitement envie de jouer avec les mots, de les tordre doucement comme des rubans, de les faire touler dans la bouche comme des bonbons, comme des baisers. Et d'autres, elle ressemble à une vieux pruneau plissé de lubies, ratatiné sur ses contradictions et confit dans les aberrations de son histoire.

...

Parfois, la manière arbitraire dont sont attribués les genres des mots me semble relever de la perversité ou de la pathologie. Certains termes poussent même le vice jusqu'à changer de genre entre le singulier et le pluriel...

Les commentaires sont fermés.