Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La poursuite du bonheur de Douglas Kennedy | Page d'accueil | Rien ne va plus de Douglas Kennedy »

06/07/2012

Retour à Killybegs de Sorj Chalandon

retour à killybegs.jpgEditions Grasset - 334 pages

Présentation de l'éditeur : "Maintenant que tout est découvert, ils vont parler à ma place. L'IRA, les Britanniques, ma famille, mes proches, des journalistes que je n'ai même jamais rencontrés. Certains oseront vous expliquer pourquoi et comment j'en suis venu à trahir. Des livres seront peut-être écrits sur moi, et j'enrage. N'écoutez rien de ce qu'ils prétendront. Ne vous fiez pas à mes ennemis, encore moins à mes amis. Détournez-vous de ceux qui diront m'avoir connu. Personne n'a jamais été dans mon ventre, personne. Si je parle aujourd'hui, c'est parce que je suis le seul à pouvoir dire la vérité. Parce qu'après moi, j'espère le silence." Killybegs, le 24 décembre 2006 Tyrone Meehan

Dans Mon traître, Sorj Chalandon narrait sa relation à l'activiste Tyrone Meehan et comment ce dernier allait trahir leurs liens amicaux quasi fraternels.

Retour à Killybegs est l'écho de cette auto-fiction. Ici, c'est Tyrone dont la voix résonne par la plume de Chalandon qui, en donnant la parole, accorde son pardon.

La puissance du récit de Chalandon prend littéralement aux tripes et permet, par l'évocation de l'histoire d'une poignée d'hommes, d'appréhender celle avec un grand H de l'Irlande dans son combat pour l'indépendance qui a vu nombre de destins brisés pour la cause. Au fil de ce plongeon au coeur de la conscience, l'auteur, loin de tout manichéisme, permet si besoin était, de mieux comprendre la complexité de tout engagement, de tout choix et met en évidence l'impossibilité de juger quand on est pas pris dans l'engrenage historique.

Difficile de savoir où sont le Bien et le Mal tant ces notions sont intimement liées. Dit comme ça, l'on pourrait penser qu'il ne s'agit que d'enfoncer une porte ouverte, mais ce serait sans compter la force et l'humanité de la plume de Chalandon qui fait revivre la souffrance, la sauvagerie, la révolte de tout un peuple et qui incite à l'introspection quant à l'engagement politique.

17:42 Écrit par charlotte sapin dans Bio/autobiographie, Culture, Littérature française, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.