Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les cinq personnes que j'ai rencontrées là-haut de Mitch Albom

Oh ! Editions - 221 pagesles cinq personnes.jpg

Présentation de l'éditeur : Pendant des années, le vieil Eddie, petit homme trapu de 83 ans, a veillé au bon fonctionnement des attractions de la fête foraine de Ruby Pier. Comble de l’ ironie, c’ est ici qu’ il vient tout juste de mourir, écrasé sous la nacelle d’ un manège alors qu’ il tentait de sauver la vie d’ une fillette… Arrivé dans l’ au-delà, le défunt se retrouve embarqué sur un vaste océan multicolore et multiforme où, comme dans un rêve éveillé, il va faire cinq rencontres bouleversantes et déterminantes : avec Marguerite, son amour perdu, mais aussi avec un ancien capitaine d’ infanterie, une vieille femme aux cheveux blancs, un mystérieux homme bleu et une toute jeune Asiatique détenant, dans ses petits doigts atrocement brûlés, le secret d’ Eddie et de sa destinée...

Ce conte tout simple, tout en délicatesse, nous offre une approche émouvante et rassurante de la vie après la mort. S'il ne bouscule pas vraiment les conceptions communes en la matière - sans jamais tomber dans un quelconque prosélytisme de quelque culte que ce soit -, il a le mérite de nous conforter dans nos aspirations les plus ultimes, d'apaiser un peu les possibles angoisses liées à l'inéluctable et de ré-insuffler un peu d'amour dans une humanité qui semble se déliter au gré des indifférences et des individualismes.

S'il incite à méditer, à opérer un retour sur les principaux composants de sa propre expérience, il le fait dans un souci d'apaisement, de sérénité, de déculpabilisation. D'aucuns trouveront peut-être l'ensemble un tantinet gentillet mais si offrir des vibrations positives, des moments de douceur, des façons de se réconcilier avec la vie et celle d'après est la définition de gentillet, alors cet attribut est un compliment.

Un bien joli moment de lecture qui se lit facilement et rapidement.

Extraits :

Tous les parents abîment leurs enfants, c'est inéluctable. La jeunesse est comme le verre ancien, elle absorbe les empreintes de ceux qui la touchent. Certains parents maculent, d'autre fêlent, quelques-uns brisent complètement les enfances en minuscules éclats éparpillés, impossibles à recoller ensuite.

...

L'amour, comme la pluie, se nourrit par en haut, inondant les couples d'une joie diffuse. Mais parfois, sous la chaleur coléreuse de la vie, l'amour sèche en surface et doit se nourrir par en dessous, plongeant alors dans ses racines afin de rester vivant.

Les commentaires sont fermés.