Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A moi pour toujours de Laura Kasischke

Christian Bourgois Editeur - 377 pagesà moi pour toujours.jpg

Présentation de l'éditeur : "A moi pour toujours" : tel est le billet anonyme que trouve Sherry Seymour dans son casier de professeur à l'université un jour de Saint-Valentin. Elle est d'abord flattée par ce message qui tombe à point nommé dans son existence un peu morne. Mais cet admirateur secret obsède Sherry. Une situation d'autant plus troublante qu'elle est alimentée par le double jeu de son mari. Sherry perd vite le contrôle de sa vie, dont l'équilibre n'était qu'apparent, et la tension monte jusqu'à l'irréparable... Laura Kasischke peint avec talent une réalité américaine dans laquelle tout, y compris le désir, semble bien ordonné.

Après Les revenants, Laura Kasischke confirme son talent pour planter des décors et des situations a priori normaux, tout ce qu'il y a de plus banals, mais derrière lesquels se cachent toutes les perversions. Elle est en quelque sorte la grande prêtresse de l'atmosphère illusoire qui masque tous les désespoirs ; ou comment les petites vies bien rangées n'attendent qu'un petit coup de pouce du destin pour éclater. De sa plume précise, l'auteur fait basculer de la vie bien ordonnée au plus sombre chaos et crée le thriller psychologique là où on ne l'attend pas. Et la psychologie affutée de ses personnages ne fait que rajouter au trouble, au dérangeant, qui émanent immanquablement de ses textes.

Laura Kasischke semble prendre un plaisir un peu sadique à faire s'effriter les apparences lisses et sait jouer avec nos émotions les plus viles en nous faisant éprouver une curiosité malsaine voire un réel plaisir à observer la perfection voler en éclat. Elle décortique avec beaucoup d'acuité les faux-semblants qui se jouent dans le couple, dans la famille et dans les relations amicales ou professionnelles.

Souvent comparée à Joyce Carol Oates, dont je n'apprécie que très moyennement l'oeuvre, Laura Kasischke nous entraîne dans la noirceur sans tomber dans le glauque et c'est ce qui, pour moi, fait toute la différences entre ces deux auteurs.

Au final, une fois le nez mis dedans, on tourne les pages avidement, tenaillé par l'envie de savoir ce qui se cache derrière tout ça et comment cela va-t-il finir. Le suspens nous assaille et ne nous lâche plus et c'est bien ce que l'on attend d'un thriller digne de ce nom. Non ?

Extraits :

C'est drôle, le simple fait de me souvenir de ça ("Tu devrais t'habiller un peu moins...", elle n'avait jamais réussi à dire le mot) m'avait fait rougir.

Je sentis l'éclat chaud de l'humiliation sur ma poitrine - encore, ou bien à nouveau.

...

Est-ce qu'une amie meilleure aurait fait ça ? Est-ce qu'une amie meilleure aurait reconnu que, oui, il y avait bien eu une prise de poids, que cela n'était pas bon pour la santé, que les biscuits, de toute façon, n'étaient là que pour les jumeaux, ou par politesse ? Aurais-je dû lui offrir une pomme, plutôt ? Ou alors, avais-je eu raison de dire, comme je l'avais fait : "Mais tu le mérites bien, Sue. Tu es en grande forme?"

...

Comment avais-je pu louper ça, toutes ces années, dans cette amitié, la haine, aussi ?

Les commentaires sont fermés.