Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sashenka de Simon Montefiore

Editions Belfond - 731 pagessashenka.jpg

Présentation de l'éditeur : Des dernières heures de l'empire des Romanov à la Russie post-perestroïka des années quatre-vingt-dix en passant par la terreur stalinienne, la destinée bouleversante d'une héroïne inoubliable. Dans la lignée du Docteur Jivago, une fresque éblouissante, par l'un des plus grands historiens de la Russie. Saint-Pétersbourg, hiver 1916. Devant l'institut Smolny pour jeunes filles, Sashenka Zeitlin, jeune bourgeoise de dix-sept ans, est arrêtée. Dans une Russie tsariste au bord du gouffre, alors que sa mère continue de s'enivrer de fêtes avec Raspoutine et sa clique, Sashenka, elle, a choisi son camp. Celui de la révolution... Quelque vingt ans plus tard, Sashenka incarne la femme soviétique modèle. Épouse d'un haut cadre du parti, mère comblée de deux enfants, elle va pourtant s'abandonner à une passion torride pour un séduisant écrivain dont les idées vont se révéler dangereusement compromettantes. Jusqu'à mettre en péril la vie de ceux qu'elle aime... et la sienne. Pendant plus de cinquante ans, son histoire demeurera cachée. Jusqu'à ce qu'une jeune historienne plonge dans les archives du KGB et dévoile le destin d'une femme face à un choix impossible...

Destin de femme, saga familiale, roman historique, Sashenka est un condensé de toutes les littératures que j'apprécie. Et Simon Montefiore sait mélanger ces différents éléments de main de maître pour en faire une histoire émouvante au travers de ses personnages et enrichissante grâce à une connaissance précise de l'histoire russe ; le tout de manière fluide et en ménageant le suspens.

La jeune baronne Alexandra Zeiltlin devenue la camarade Sashenka nom de code Isatis, est de l'étoffe de ces héroïnes, telle Jane Eyre, auxquelles on s'attache profondément. Elle nous fait traverser l'époque tsariste de Nicolas II, celle de la Terreur soviétique de Staline et nous conduit indirectement dans la Russie émancipée de toute dictature si ce n'est celle de la corruption, au gré des bouleversements politiques, des horreurs historiques et de sa construction en tant que fille, femme, mère, maîtresse et "militante". Saupoudrez le tout d'un soupçon d'enquête au coeur des archives secrètes et sanglantes du NKVD-KGB et vous obtenez un sacré pavé qui ne tombe pas, mais pas du tout, des mains, sauf mauvaise volonté évidente, je ne vois pas d'autre explication.

Bref, cette fresque russe est une petite poupée qui berce un bon moment.

Extraits :

Au pays où le flot brille

Sur le roc désert et noir...

Une tendre magicienne

M'a donné un talisman

Et m'a dit avec tendresse :

"Conserve mon talisman

Il t'est offert, je le confesse,

Dans un amoureux élan."

Alexandre Pouchkine, Le Talisman

...

Il se trouvait dans la capitale du plus grand empire au monde, gouverné par les hommes les plus stupides du pays, au coeur de la guerre la plus meurtrière de l'Histoire.

...

"Si tu aimes, aime avec fougue ; si tu menaces, fais-le avec passion", avait écrit le poète Tolstoï.

...

- (...) Vous et moi, Sashenka, nous sommes des vampires. Je me nourris du sang des travailleurs et vous de celui des capitalistes qui eux-mêmes vivent du sang des ouvriers. Plutôt darwinien, non ?"

...

Une seconde suffit parfois à changer le destin.

Les commentaires sont fermés.