Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le secret de Frédéric Lenoir | Page d'accueil | On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans de Barbara Samson »

14/06/2012

Dernier inventaire avant liquidation de Frédéric Beigbeder

Editions Gallimard - 220 pagesdernier inventaire.jpg

Présentation de l'éditeur : N'oublions jamais que derrière chaque page de ces monuments d'un siècle révolu se cache un être humain qui prend tous les risques. Celui qui écrit un chef-d'oeuvre ne sait pas qu'il écrit un chef-d'oeuvre. Il est aussi seul et inquiet que n'importe quel autre auteur ; il ignore qu'il figurera dans les manuels et qu'un jour on décortiquera chacune de ses phrases - c'est souvent quelqu'un de jeune et solitaire, qui travaille, qui souffre, qui nous émeut, nous fait rire, bref, nous parle. Il est temps de réentendre la voix de ces hommes et femmes comme au premier jour de leur publication, en la débarrassant, l'espace d'un instant, des appareils critiques et autres notes en bas de page qui ont tant contribué à dégoûter leurs lecteurs adolescents et à les envoyer dans les salles obscures ou aux concerts de rock.

Avant son Premier bilan après l'apocalypse où il présente les cent oeuvres tous genres confondus les plus importantes pour lui, le trublion des lettres avait déjà sévi dans l'anthologie littéraire. Dernier inventaire avant liquidation est quant à lui un top 50 très personnel de la littérature classique.

Bon, si le plus célèbre concepteur-rédacteur publicitaire repenti est parfaitement capable d'offrir des textes d'une très grande qualité - qu'il s'agisse de ses livres (99 Francs, L'égoïste romantique, Windows on the world...) ou de ses chroniques pour la presse -, ses anthologies sont de peu d'intérêt et très très subjectives, comme beaucoup lui en ont fait le reproche. C'est une compilation qui lui fait plaisir, qui lui rapporte de l'argent mais qui n'enrichit pas vraiment le lecteur. Tout à fait dispensable en somme.

Extrait :

Il y a là un mystère que je ne percerai peut-être jamais. Que cherchons-nous dans les livres ? Notre vie ne nous suffit donc pas ? On ne nous aime pas assez ? Nos parents, nos enfants, nos amis et ce Dieu dont on nous parle ne sont pas assez présents dans notre existence ? Que propose la littérature que le reste ne propose pas ? Je n'en sais rien. C'est pourtant cette fièvre que j'espère inoculer à ceux qui auront ouvert cette préface par mégarde, et commis l'erreur de la lire jusqu'au bout. Car je souhaite de tout mon coeur qu'il y ait encore des écrivains au XXIe siècle.

00:58 Écrit par charlotte sapin dans Citation, Culture, Littérature française, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.