Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cosmopolis de Don DeLillo

Editions J'ai lu - 191 pagescosmopolis.jpg

Présentation de l'éditeur : Avril 2000. Eric Packer, golden boy comblé qui dirige une influente société de courtage, traverse New York dans sa limousine. Il pose sur le monde qui l'entoure un regard désenchanté, tout en parcourant la ville que paralysent progressivement une série de manifestations collectives. Dans cette atmosphère d'apocalypse, reviennent le hanter des souvenirs qui le conduisent à reconsidérer son existence et à s'interroger sur la personne qu'il est désormais. Mais il est trop tard : l'homme postmoderne qui voulait se suffire à lui-même n'a plus accès à la réalité qui le frappe alors de plein fouet.

J'avais beaucoup entendu parler de Don DeLillo comme d'un auteur exceptionnel. Je ne remettrais pas le talent de l'écrivain en question avant d'avoir tenté un deuxième texte. Mais une chose est sûre, ce n'est pas Cosmopolis qui me ralliera au fan club !

J'ai littéralement détesté ce livre que je n'ai pas abandonné uniquement parce qu'il n'était pas très long. Le héros est odieux mais ce n'est pas ça qui m'a rebuté tant il peut être délectable d'haïr certains personnages. C'est surtout le style très particulier - je dois avouer que parfois je ne comprenais rien - et l'absurde qui m'ont exaspérée. Oui, c'est ça, tout est absurde et n'a aucun sens.

Je m'interroge sur l'adaptation cinématographique du moment avec l'affolant Pattinson. Quel genre de film peut-on tirer d'un tel livre ? Je n'irai pas vérifier mais si l'un d'entre vous peut m'expliquer l'intérêt et le sens de ce livre, je suis preneuse.

Les commentaires sont fermés.