Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Plus jamais ça de Vervisch et Morvan | Page d'accueil | A quoi rêvent les loups de Yasmina Khadra »

09/06/2012

Monkton le Fou de William Wilkie Collins

monkton le fou.jpegEditions Phébus - 114 pages

Présentation de l'éditeur : Contre quelle malédiction se battent les descendants de la famille Monkton ? Pourquoi le dernier d'entre eux, vivant jusque-là reclus, ajourne-t-il subitement un mariage inespéré pour se rendre en Italie ? Que représente pour lui cet oncle disparu dans un étrange duel sans que l'on puisse retrouver son corps ? Une certitude demeure : l'héritier des Monkton semble à son tour dévasté par une incommunicable obsession...

C'est Jane Austen, dans je ne sais plus lequel de ces romans, qui m'avait mis le nom de Collins à l'oreille. Elle semblait porter une réelle admiration à cet auteur et étant moi-même admirative de l'oeuvre de cette grande dame des lettres anglaises, je me suis dit que je serais à n'en pas douter séduite par ce qui l'avait elle-même impressionnée.

Dans le mille ! Comme l'a dit Henry James dans un éloge qu'il a fait à propos de William Wilkie Collins, "il a introduit dans l'espace romanesque les plus mystérieux des mystères : ceux qui se cachent derrière nos propres portes".

Considéré comme le précurseur du roman policier anglais, j'ai perçu Collins, au travers de cette première lecture, comme le décrit James : un maître du mystérieux davantage que du polar, même si le récit est en quelque sorte une enquête. Il y a un petit côté gothique dans son écriture fluide et élégante sans être pompeuse. Les adeptes des histoires de fantômes ou d'esprits trouveront immanquablement beaucoup de charme à ce texte. Pour les peureux comme moi, rassurez-vous, ce n'est pas non plus le genre de littérature qui empêche de dormir. L'auteur sait cultiver le mystère et jouer sur certaines peurs irrationnelles sans tomber dans le glaçant effrayant traumatisant. En fait, il donne du cachet à un genre qui n'est vraiment pas a priori ma tasse de thé.

Les écrivains anglais du XIXe siècle, quel que soit leur genre, ont vraiment une plume exceptionnelle, un style raffiné typique et un sens de la narration captivant.

00:14 Écrit par charlotte sapin dans Citation, Culture, Littérature anglaise, Livre, Polar, thriller, roman noir, Roman | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.