Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les secrets de Summer Street de Cathy Kelly

secrets summer street.jpgEditions Presses de la Cité - 498 pages

Présentation de l'éditeur : Dublin. Summer Street, une rue pimpante, des maisons bariolées. Tout ici respire la sérénité, la vie simple, les vraies valeurs. Cette petite maison de brique par exemple : elle abrite l'exemplaire famille Devlin - trente ans de vie commune, une réussite. Cette autre voit le retour au bercail de Maggie, beauté timide cachée derrière ses boucles rousses. Dans cette autre encore, Faye élève seule une ado qui se cherche. Trois maisons. Trois familles. Trois lourds secrets. Qui ne demandent qu'à être révélés...

Le soleil, enfin. S'il est plus communément synonyme de petites robes, petites jupes, petits shorts, petits débardeurs, petites sandales, etc., il appelle en plus chez moi à une toute autre légèreté : celle de la littérature. Les premiers vrais rayons chauds me donnent envie de frivolité, de bons sentiments, d'ondes positives.

Pour autant, hors de question de tomber dans le dégoulinant. Cathy Kelly, que je découvre ici, est en ce sens un parfait compromis. Une lecture facile-futile mais pas inconsistante dans la veine de la trilogie de Pancol. Bref, un petit plaisir tout féminin avec de jolies héroïnes toutes générations confondues qu'on dévore sans culpabilité.

Extraits :

- Regarder en arrière, c'est terrible. Avec le recul, il y a beaucoup de choses qu'on aurait dû faire ou ne pas faire. Mais c'est comme ça qu'on apprend pour la fois suivante.

...

"Qu'est-ce que je peux faire ?" se demanda-t-elle à haute voix. On pouvait tout surmonter grâce à sa volonté. Elle avait oeuvré à le croire et aimait lire les récits de femmes qui avaient traversé un long tunnel de douleur pour ressortir grandies, plus fortes, intouchables. Elles faisaient partie du même club, exclusivement féminin. Un club qui s'appelait "J'ai cafouillé mais je suis toujours là !".

Les commentaires sont fermés.