Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Deuxième génération de Michel Kichka | Page d'accueil | Les ignorants d'Etienne Davodeau »

03/04/2012

Le blues du braqueur de banque de Flemming Jensen

A paraître le 4 avril 2012.

Gaïa Editions - 191 pagesle blues.jpg

Présentation de l'éditeur : Max est conseiller politique de haut niveau. Il est l'homme de l'ombre, le génie. Il est malin et avec lui on s'en sort toujours. Seulement, cette fois, Max a assassiné son meilleur ami, qui est aussi, accessoirement, le Premier ministre danois. Coincé entre une insurrection groenlandaise et d'âpres négociations internationales, un match Danemark-Suède et l'intervention d'une jeune scoute peut-être pas si cruche qu'elle en a l'air, quel plan génial pourra-t-il échaffauder pour se tirer d'affaire ? Un texte décalé et burlesque sur fond de satire politique.

Une opinion répandue voudrait qu'il n'y ait pas grand plaisir à lire un polar qui commence exactement là où il devrait s'achever. Quel intérêt de se lancer à l'assaut d'une non-enquête puisque dès le premier chapitre, dès la jaquette même, l'auteur nous dévoile qui est l'assassin, qui est l'assassiné et comment le drame s'est déroulé ?

Et pourtant, Flemming Jensen réussit le tour de force de nous embarquer dans cette drôle d'histoire à l'étrange narration. Il parvient même à nous étonner par un final inattendu - comme quoi, il ne faut jamais préjuger et croire un peu naïvement que le final (le vrai) nous est révélé dès le début.

Sur fond d'anti-thriller donc, Jensen nous offre un portrait au vitriol du monde politique et de la nature humaine, une vision délicieusement grinçante du pouvoir et de ses conséquences.

Seule petite fausse note adressée aux éditions Gaïa : si la ligne éditoriale tous horizons est d'une qualité exceptionnelle, la correction est vraiment le talon d'Achille de la maison et les nombreuses coquilles sont quelque peu dérangeantes.

Exraits :

Les politiciens sont des amateur.

Et ça ne pose absolument aucun problème. C'est même le principe de la démocratie : nous devons tous avoir notre mot à dire, puisque nous sommes tous à égalité - tout simplement.

L'idée vient de la Grèce antique, elle est née d'un profond idéalisme et d'une désespérante ignorance de la nature humaine.

Nous avons nous-mêmes décidé que les choses devaient être comme elles sont. Mais le résultat est dont que les pays démocratiques à travers le monde sont menés par une bande d'amateurs à moitié dingues. On peut devenir ministre de l'Environnement uniquement parce qu'on possède un tracteur ! Il en va des ministres comme des couches jetables : il faut en changer souvent.

Et pour la même raison.

...

On se marie pour se dire des mots doux l'un à l'autre, pour être fier l'un de l'autre, pour se rendre la vie plus simple l'un à l'autre. Bien entendu, l'idée est aussi d'avoir une épaule sur laquelle se reposer, ou sur laquelle pleurer, et un endroit où chercher de l'aide quand la vie est trop dure.

...

"Les gens se battent pour la démocratie, mon vieux ! On se vante de notre démocratie ! On fait des guerres partout sur Terre pour exporter la démocratie !"

Elle se maîtrisa. Parfois, la langue s'emballe, et on commence à dire des bêtises.

"Enfin, non." Elle se corrigea toute seule, irritée. "On le fait pas pour la démocratie. Mais après coup, on dit que c'était pour ça... vous le dites !"

Elle l'accusait du regard.

Grand Dieu ! Max n'en pouvait plus. La nuit était bien avancée, et il n'avait pas dormi. C'était évident : Max était fatigué.

Mais il n'y avait pas de détour possible. Il fallait y retourner.

"Je vais essayer de t'expliquer quelque chose à propos de la démocratie, Signe. Quelque chose qui peut être un petit peu difficile à comprendre...

- Fais gaffe, si c'est trop difficile à comprendre, je risque de devenir méfiante !"

Il n'y avait évidemment rien de révolutionnaire dans les propos de Max sur la démocratie, mais Signe était très jeune, il n'avait donc aucun intérêt à sauter une étape.

Pour le lecteur aussi tout ça pourrait avoir des airs d'évidence, mais laissez-moi résumer brièvement, question de cohérence.

Commençons avec les grands défis de l'humanité - juste quelques-unes, on n'est pas au Consensus de Copenhague.

La Terre va mal, c'est comme ça. On le sait bien : le CO² dans l'air, les substances toxiques dans l'eau, la radioactivité... Tout ça, on nous en rabat les oreilles. Le fait est que l'homme est le seul animal à avoir choisi son extermination en chiant dans son propre terrier.

On peut penser ce qu'on veut, mais c'est comme ça.

Quel rapport avec la démocratie ?

Tout le monde sait ce qui ne va pas - tout le monde sait ce qu'il faut faire. Personne ne le fait ! La Terre approche la limite de la surpopulation, pendant que nous les riches devenons plus riches, les pauvres plus pauvres, les assoiffés plus assoiffés, les affamés plus affamés - et l'impuissance se mue en une rage mondiale, qui un jour ou l'autre explosera forcément en Ragnarök.

On peut trouver ça bien ou pas, mais on est bien obligés de s'y faire, parce que c'est comme ça.

Peut-on y faire quelque chose ?

Oui, on peut - on peut l'empêcher !

On ne le fera pas.

Qui doit le faire - est-ce que nous pouvons l'empêcher ?

Oui, il se trouve qu'on le peut !

Est-ce qu'on va le faire ?

Non, on ne le fera ps.

Pourquoi ?

A cause de la dé-mo-cra-tie !

Nous y voilà : la démocratie causera la ruine de la Terre !

Tous les gouvernements du monde savent quoi faire, mais personne ne fait rien.

Parce que ce qu'il faut faire serait si radicalement impopulaire que personne ne veut mettre la tête sous la guillotine.

Parce qu'il y a toujours des élections dans quelques années.

L'indicible vérité est : la seule chose qui pourrait sauver la Terre, c'est un régime totalitaire.

Mais ça, on n'en veut surtout pas ! Oulala !

Plutôt laisser crever la Terre.

Pour la démocratie !

...

"La mort de la démocratie ne sera pas le fait d'une audacieuse embuscade - mais le résultat d'une destruction progressive par l'apathie, l'indifférence et la sous-alimentation."

Robert M. Hutchins

11:01 Écrit par charlotte sapin dans Citation, Culture, Littérature danoise, Livre, Polar, thriller, roman noir, Roman | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.