Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cutie boy de Yaël Hassan

Editions Casterman - 153 pagescutie boy.jpg

Présentation de l'éditeur : Il s'appelle Alexander Chesterfield, et il aime: faire peurs au mur, son manoir au bord de la mer, gambader tout nu à l'aube sur la falaise, collectionner une multitude d'objets invraisemblables, discuter longuement de l'existence avec son meilleur ami, un chien qui répond au nom de Winston C., sa Lady de mère, même quand elle décide qu'il est temps de le mettre au travail. Mais une seule chose compte vraiment à ses yeux, jeter des bouteilles à la mer pour trouver l'âme sœur...

Ce texte est incontestablement original. Si de prime abord, l'on a la sensation d'être plongé dans une ambiance victorienne, l'on se rend compte par petites touches qu'il s'agit en fait d'une histoire du présent au charme désuet. Les pointes d'humour engendrées par la traduction littérale de certaines expressions anglaises sont également appréciables.

Pour autant, si j'avais des enfants, je ne saurais leur confier cette lecture. Quelque chose me dérange dans ce texte. Dans l'ensemble, je dirais qu'il s'agit d'une littérature à l'adresse des 10-12 ans, mais certaines approches concernant la sexualité me font dire que tout cela s'adresse à un lectorat plus âgé mais qui n'accrocherait pas plus que ça. Ces approches sont également très particulières et sans être aucunement pudibonde, ne correspondent pas du tout au message que je voudrais faire passer sur le sujet à un être en construction. En outre, le fait que le personnage de 25 ans se comporte parfois comme un enfant et soit plus qu'infantilisé par sa mère me semble un peu étrange comme modèle.

Alors d'accord, ce texte est très fantaisiste et loin d'être immoral. Il a même un petit côté madeleine de Proust en nous rappelant notre enfance par l'évocation de nombreux personnages croisés lors de nos vertes années (Mary Poppins, la famille Adams, les quatre filles du Docteur March, Alice au pays des merveilles...).

Mais définitivement, ce roman me gêne un peu dans de jeunes mimines.

Extrait :

Qu'il est triste de découvrir que l'on ne court parfois qu'après des chimères.

Commentaires

  • Merci d'avoir un blog interessant

  • Merci de vous y intéresser :)

Les commentaires sont fermés.